Articles contenant le tag voile

ANTIGONE VOILEE

François Ost
De Boeck

Un texte à lire et à mettre en scène pour aborder le thème autrement.
Et si Antigone s’appelait Aïcha ?
Et si son objection de conscience prenait la forme du hijab ?

antigone-voilee

La tragédie de Sophocle revisitée par François Ost résiste extraordinairement à un contexte nouveau !

Un dossier d’accompagnement propose : une mise en perspective de la pièce permettant d’approcher la figure intemporelle d’Antigone la résistante ; une lecture juridique permettant de comprendre les enjeux et le cadre de la question.

Dans notre démocratie, quelle place pour les signes religieux à l’école ? Quelle réponse apporte le droit?

Antigone voilée est une pièce de théâtre écrite par François Ost en 1999. Elle explore le mythe d’Antigone dans une version revisitée en utilisant la problématique du voile islamique.

LU DANS LA PRESSE /
La Critique de Sahkti, le 7 janvier 2005 (Payot, Genève) :

« François Ost, juriste et philosophe, a décidé de réactualiser Antigone à sa manière, en lui donnant le prénom d’Aïcha et en lui faisant porter le voile. De quoi, si besoin en était, nous rendre compte une fois de plus que l’histoire d’Antigone ne prend pas une ride et se prête à toutes nos époques.
Le voile d’Antigone est criant d’actualité et le texte propose d’intéressantes pistes de réflexion sur le mariage politique/religion et sur la liberté. Car si le voile asservit certaines femmes, n’en affranchit-il pas d’autres ? Le débat est lancé et aucune vérité suprême ne pourrait exister en la matière.
L’Antigone de François Ost est une jeune femme moderne, dont les frères Nordin et Hassan font exploser une grenade, l’un décède, l’autre est blessé. Le débat s’emballe. Islamistes ? Petits voyous ? Aïcha prend position, clame et revendique, tente de se faire une place au milieu d’une société hostile, cette société n’étant pas forcément celle que l’on montre du doigt dans les journaux télévisés. Au-delà de cette histoire, ce sont toutes les questions liées à la polémique du foulard à l’école qui sont posées. Le droit à la liberté d’expression, le respect de la laïcité, la liberté et l’émancipation féminine, la médiatisation à outrance, l’aveuglement de certains règlements, la limite entre droit privé et droit public…
François Ost ne reste pas neutre dans son propos. Il dépeint, par exemple, le directeur d’un établissement scolaire de manière caricaturale. Il conteste les règlements en vigueur (l’auteur est vice-recteur des Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles) en matière de port du voile dans les écoles, les décisions étant laissées à la libre appréciation des directeurs scolaires. Il dénonce l’association “voile = terrorisme” que de nombreux médias, relayés par des foules apeurées devant la montée des extrémismes, ont tendance à prononcer.
C’est un texte vivant et empli de force, de nombreuses interrogations qui ne peuvent laisser indifférents et doivent ouvrir la porte vers le dialogue. »
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/7042

Nb. de pages : 144 pages
Dimensions : 13cm x 20,5cm x 0,7cm
Format : Broché
ISBN : 978-2-8041-6049-4
EAN : 9782804160494

Enhanced by Zemanta

, , ,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.