Articles contenant le tag Souverainisme

HISTOIRE DU QUEBEC

Marc Durand
Editions Imago

histoire-du-quebec1Une superbe histoire du Québec, la Belle Province abandonnée par les « maudits Français ». L’Histoire de nos cousins d’Amérique !

PRESENTATION

A la différence des autres membres de la Confédération canadienne, le Québec englobe une véritable nation, celle des Canadiens français. Cette province est, en effet, peuplée en majorité - plus de 80 % de la population - de Canadiens francophones.
Tout en brossant une minutieuse étude des mentalités québécoises, Marc Durand retrace l’histoire du Québec, depuis sa découverte par Jacques Cartier en 1534 jusqu’à nos jours. Fiers de leur esprit aventurier et entreprenant, mais battus par les Anglais en 1759, les Québécois, mis à l’écart de l’économie par les vainqueurs, vont se replier sur les travaux agricoles. L’Eglise et les intellectuels s’appliqueront alors sans relâche à préserver une langue française ” pure ” et les traditions ancestrales.
Mais à partir des années 1950, et surtout avec la Révolution tranquille des années 60, les Québécois rejettent les valeurs rurales dont ils se sentent prisonniers et, qu’ils soient acquis ou non à l’idée de souveraineté, prennent en main leur destinée économique et politique. Aujourd’hui comme hier, cependant, la question du Québec est toujours l’histoire d’une lutte pour la survivance d’un peuple.

A la différence des autres membres de la Confédération canadienne, le Québec englobe une véritable nation, celle des Canadiens français. Cette province est, en effet, peuplée en majorité - plus de 80 % de la population - de Canadiens francophones.
Tout en brossant une minutieuse étude des mentalités québécoises, Marc Durand retrace l’histoire du Québec, depuis sa découverte par Jacques Cartier en 1534 jusqu’à nos jours. Fiers de leur esprit aventurier et entreprenant, mais battus par les Anglais en 1759, les Québécois, mis à l’écart de l’économie par les vainqueurs, vont se replier sur les travaux agricoles. L’Eglise et les intellectuels s’appliqueront alors sans relâche à préserver une langue française “pure” et les traditions ancestrales.
Mais à partir des années 1950, et surtout avec la Révolution tranquille des années 60, les Québécois rejettent les valeurs rurales dont ils se sentent prisonniers et, qu’ils soient acquis ou non à l’idée de souveraineté, prennent en main leur destinée économique et politique. Aujourd’hui comme hier, cependant, la question du Québec est toujours l’histoire d’une lutte pour la survivance d’un peuple.

EXTRAIT

LA NOUVELLE-FRANCE (1534-1763)

1. DÉCOUVERTES ET PREMIÈRES COLONISATIONS (1536-1660)

Les précurseurs

Après la découverte et la conquête de l’Amérique par les Espagnols et la bulle Inter Cætera qui partageait en 1493 le «nouveau monde» entre l’Espagne et le Portugal, des nations européennes telles que l’Angleterre ou la France se sentirent lésées. L’Angleterre la première, et le Portugal insatisfait du partage qui le limitait au Brésil, cherchèrent la «route de l’Asie» au nord des toutes nouvelles possessions espagnoles d’Amérique Centrale et du Sud.
Le roi d’Angleterre Henri VII encouragea ainsi Jean Cabot, dès 1497, à naviguer en route vers les «épices». Les marchands anglais furent invités à participer à une telle initiative. De 1497 à 1506, les expéditions se succédèrent depuis le port de Bristol, mais cessèrent en ce début du XVIe siècle, faute d’or et de pierres précieuses. En 1499, Don Manuel, le roi du Portugal, lançait aussi des expéditions «au-delà des Açores», au nord-ouest de l’Atlantique. Ces expéditions furent un temps communes avec les entreprises projetées depuis Bristol mais s’avérèrent, elles aussi, être un échec, faute d’or. C’est à cette époque qu’une entreprise lusitano-anglaise découvrit, probablement en 1501, le Groenland.
La France, durant les premières années du XVIe siècle, est absente. Les monarques Charles VIII et Louis XII sont occupés par les guerres d’Italie et se désintéressent de l’Atlantique.
En l’absence de patronage royal, les pêcheurs français, bretons et normands, explorent les bancs de morue de Terre-Neuve dès 1504. Des expéditions plus conséquentes, en nombre de navires et en hommes, sont entreprises, en 1506 à Honneur, et en 1508 à Dieppe grâce au soutien de l’armateur Jean Ango. Progressivement, d’autres ports français tels que Rouen, La Rochelle ou Bordeaux manifestent leur présence, saisonnière certes, mais régulière au large de Terre-Neuve. Au cours de ces années, les pêcheurs s’identifient d’ores et déjà à une nation française, comme en font foi les querelles pour la délimitation des zones de pêche. Avant 1550, la France semble avoir engagé le long des côtes du Saint-Laurent et de Terre-Neuve le plus grand nombre de bâtiments. L’Angleterre, en effet, profitait des pêcheries islandaises et laissa ainsi le champ libre aux pêches françaises.

SOMMAIRE

LA NOUVELLE FRANCE (1534-1763)
LA DOMINATION BRITANNIQUE (1763-1840)
UNE SOCIETE AUTARCIQUE (1840-1940)
LE DECLIN DES VALEURS TRADITIONNELLES (1940-1960)
LA REVOLUTION TRANQUILLE (1960-1966)
LES DERNIERS DEFIS (1966-2002)
QUEBEC, NATION RESPONSABLE (1960-2002)

L’AUTEUR

Marc Durand est historien de formation et travaille au ministère de l’Economie et des Finances. Il a déjà publié plusieurs ouvrages dont L’Artisanat en France (P.U.F.).

Parution : 15 novembre 2002
Nb de pages : 236 p.
ISBN : 978-2911416743
Prix : 20 €

, , , , , , ,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.