Articles contenant le tag mensonges

LES INTELLECTUELS FAUSSAIRES. LE TRIOMPHE MEDIATIQUE DES EXPERTS EN MENSONGE

Pascal Boniface
Jean-Claude Gawsewitch

les-intellectuels-faussairesDans cet essai corrosif, Pascal Boniface décrypte les ressorts et méthodes qui permettent à des intellectuels serial-menteurs d’occuper avec un culot inouï l’espace médiatique.
Véritables docteurs es malhonnêteté intellectuelle, ils ne sont jamais inquiétés même lorsqu’ils sont pris en flagrant délit de mensonge. Le triomphe des faussaires constitue une menace pour l’information du public.
Un ouvrage à lire et à relire

PRESENTATION

Depuis quelques années, le mensonge est devenu la marque de fabrique de plusieurs intellectuels. Ces « faussaires » qui assènent sans aucun scrupule des contrevérités pour défendre telle ou telle cause sont quasi intouchables. Quoi qu’ils racontent, on les respecte et personne, ou presque, n’ose dénoncer leurs (petits) arrangements permanents avec la vérité. Le triomphe de ces « serials-menteurs » représente une véritable menace pour l’information et la démocratie.
Les « intellectuels faussaires » dont il est question dans cet ouvrage sont bien connus. Ils s’affichent sur les plateaux de télévision et tiennent des chroniques à la radio ou dans la presse. Tous brandissent la morale pour nous faire avaler leurs couleuvres. Tous distillent des énormités et des concepts creux sur l’islamisme. En levant le voile sur leurs pratiques, Pascal Boniface dénonce une nouvelle « trahison des clercs ».
Un ouvrage corrosif qui démontre, exemples à l’appui, les mensonges de certains experts et autres donneurs de leçons très médiatiques. Une réflexion iconoclaste sur les dérives du débat intellectuel aujourd’hui en France.

EXTRAIT

La France, le pays où les intellectuels sont rois

Jean Bothorel dans son savoureux Chers imposteurs raconte que François Mitterrand, fraîchement élu président de la République, et invité par Margaret Thatcher au Royaume-Uni, demanda à y rencontrer des intellectuels. Les services du 10 Downing Street ont répondu qu’ils pouvaient trouver des écrivains, des historiens, des philosophes et des chercheurs mais pas d’intellectuels.
Ils jouissent en France d’un prestige particulier dont on peut faire remonter l’origine au Siècle des lumières et son enracinement dans notre paysage, à Zola et l’affaire Dreyfus. Ils ne sont pas simplement, ou seulement, des savants ou des scientifiques. Certes, ils peuvent faire progresser le niveau de connaissance, faire reculer les frontières de l’inconnu, mais c’est leur participation aux débats de société qui fait la différence et les fait accéder à ce statut prisé d’intellectuel.
Voltaire a une aura particulière parce qu’il a - en plus de son oeuvre - pris parti pour des causes au nom de l’idée qu’il se faisait de la justice, notamment avec l’emblématique affaire Callas, ce protestant accusé à tort, en raison de sa foi, d’avoir tué son fils. L’engagement politique de Victor Hugo, qu’il s’agisse de la défense de la République, de la lutte contre la peine de mort et de l’évocation de la question sociale, fait de lui non seulement un grand auteur, mais aussi un géant du panthéon français. Le «J’accuse» de Zola en faveur d’un officier innocent et accusé parce que juif a contribué autant à sa trace dans l’Histoire que la rédaction des Rougon-Macquart. Malraux n’a pas fait qu’écrire sur les républicains espagnols, il était à leurs côtés. Le terme lui-même est hérité de l’affaire Dreyfus. Huit jours après la publication de «J’accuse», Clemenceau écrit : « N’est-ce pas un signe, tous ces intellectuels venus de tous les coins de l’horizon qui se regroupent sur une idée ? » Barrés réagit et ironise sur « la protestation des intellectuels ». Le concept est lancé.

LU DANS LA PRESSE

Le directeur de l’IRIS revient sur les dossiers qu’il connaît bien et sur lesquels il a développé une véritable expertise : les questions internationales et stratégiques, et plus particulièrement la zone sensible du Proche et du Moyen-Orient, avec la politique à adopter vis-à-vis de l’Irak et de l’Iran sur la question de l’arme nucléaire et celle à suivre sur le conflit israélo-palestinien. Depuis les années 1990, il a conçu un argumentaire très sévère et très étayé contre la politique d’Israël et sa diplomatie désastreuse, et multiplie les critiques sur son non-règlement de la question palestinienne…
Pascal Boniface a décidé d’aborder ces sujets brûlants sous l’angle des faussaires. Il s’indigne sur « la place centrale occupée par le mensonge dans le débat public » et s’interroge : « Pourquoi les “faussaires” ne sont-ils pas démasqués mais bénéficient, au contraire, d’un avantage comparatif par rapport à ceux qui sont trop scrupuleux pour oser s’affranchir des règles de l’honnêteté intellectuelle ? »
(Alain Beuve-Méry - Le Monde du 7 juillet 2011)

L’AUTEUR

pascal-bonifacejpgPascal Boniface est directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et enseignant à l’Institut d’études européennes de l’université de Paris VIII. Il a écrit ou dirigé une quarantaine d’ouvrages ayant pour thème les relations internationales, les questions nucléaires et de désarmement, la politique étrangère française ou encore l’impact du sport dans les relations internationales.

Parution : 20 mai 2011
Nb de pages : 272 p.
ISBN : 978-2350132778
Prix : 19,90 €

, , , , , ,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.