Articles contenant le tag Louis XIV

LE CHEVALIER MECANIQUE TOME 1 LA TABLE D’EMERAUDE

Mor et Cédric Mainil
Sandawe Editions

chevalier-mecanique-couv1Un récit d’aventure très riche, sur des bases historiques solides. Au cœur de l’action, un super-héros d’un genre nouveau, dont l’origine bouleversante renforce l’humanité. Une reconstitution graphique minutieuse de l’époque du XVIIe siècle.

PRESENTATION

En 1661, lorsque le jeune Louis XIV accède enfin au trône de France, il est loin de se douter que, dans les coulisses, une sanglante conspiration menace déjà son pouvoir.
Ni que son salut viendra peut-être d’un mystérieux personnage… mi-homme, mi-automate !
Bienvenue au Paris du XVIIe siècle. Sa face soleil — le luxe de Versailles, les fêtes royales — et sa face à l’ombre — les empoisonnements, les conspirations, les enlèvements, les messes noires…
Louis XIV trône dans la lumière, mais il sait que, derrière celle-ci, les menaces sont nombreuses. Alors, quand il apprend qu’un inventeur génial, fabricant d’automates intelligents qui a eu le malheur de lui déplaire, est capable de fabriquer un homme mécanique à partir d’une tête décapitée, il l’oblige à en créer un qui lui servira de bras armé. Mais, cruel caprice d’un roi de droit divin, il devra utiliser… la tête de son propre fils, un jeune infirme rejeté par tous, qu’il fera supplicier dans ce but !
Malgré ce destin tragique, le chevalier d’Astarac, première machine humaine, acceptera de servir Louis XIV. Mais il ne sait pas encore qu’il a face à lui la confrérie intégriste du «Saint Sacrement», aux pouvoirs alchimiques puissants.

Cédric Mainil utilise habilement les ingrédients du feuilleton populaire, les intrigues de Cour, les conspirations, les courtisans, pour installer un univers historiquement crédible dans lequel se déroulera le destin hors du commun de son héros. Le premier ressort dramatique fort — un père obligé de construire une mécanique à partir de la tête de son enfant sacrifié — donne le ton d’une série qui multipliera les rebondissements spectaculaires.

LU DANS LA PRESSE

Le Chevalier mécanique est un projet participatif réalisé avec 137 « édinautes » qui ont participé au financement du T.1. Ce premier album publié du scénariste Cédric Mainil  propose une uchronie au temps de Louis XIV. Le Chevalier mécanique de son vrai nom Ulysse de Vaucanson avant de devenir par ordre du roi le fortuné Chevalier d’Altarac de Frontailles est une sorte de machine horlogère sur laquelle a été greffée une tête humaine. Ulysse était un nain infirme et va grâce au génie de son père retrouver vie dans un corps mécanique aux pouvoirs démultiplié et un visage reconstruit. Comme les plus grands super héros américains, il a ses failles - devoir se remonter tous les jours avec une clé unique en or - et  « ses fêlures psychologiques ». Au service imposé du Sa Majesté, il va devenir un agent secret et se confronter rapidement à une conspiration meurtrière visant à s’emparer d’un secret de l’immortalité datant de l’Égypte ancienne. L’idée est originale, même si sa crédibilité n’est pas aisée au départ. Le rendu associe un dessin classique de Mor, auteur d’une quinzaine d’albums dans une veine historique. Il n’a pas ménagé ses efforts sur les décors et les détails du XVIIe siècle, avec quelques maladresses morphologiques et des couleurs trop foncées et chargées sur certaines pages à l’impression. Cette trilogie conserve un bon potentiel et mérite des encouragements.
(Lu sur auracan.com)

LA VIDEO

LES AUTEURS

Mor (dessinateur). De sa terre d’adoption, le Languedoc Roussillon, il dessine depuis 1984 des albums de bande dessinée historique : dix tomes sur la croisade albigeoise (éditions Bélisane, OSAC et Loubatières), deux titres racontant le compagnonnage (éditions Grancher), cinq volumes sur l’Aude fabuleuse, ainsi que des albums sur Rennes le Château, l’abbé Saunière, le Catharisme, Beaucaire…
Son dernier album, « Lili sur les quais » (éditions Jos), est un thriller signé Bernard Coatl.

Cédric Mainil (scénariste). Ancien concepteur/rédacteur durant une dizaine d’années dans diverses agences de pub parisiennes, il est ensuite devenu chef d’entreprise avant de se tourner vers sa passion de toujours, la bande dessinée.
«Le Chevalier mécanique» est son premier scénario publié. Il a déjà en tête divers projets, dont le plus abouti, « Ladies Circus », met en vedette les très originales membres d’un cirque entièrement féminin.

Parution : 22 février 2012
Nb. de pages : 56 p.
ISBN : 978-2930623030
Prix : 12,99 €

chevalier_mecanique1-chevalier2

chevalier_mecanique_t1_131

chevalier_mecanique_t1_17

, , ,

Pas de commentaire

UN JOUR JE SERAI ROI

Jean-Michel Riou
Flammarion

un_jour_je_serai_roi_01Un jour, je serai roi est le premier volume d’une saga fascinante où se mêlent amour et argent, vengeance et trahison, consacrée à la construction du plus beau des palais, Versailles. Une trame romanesque plus qu’historique sur l’époque de Louis XIV.

PRESENTATION

Versailles : 3.000 pièces décorées par une armée d’artistes, 8.000 hectares de marais domestiqués, 6.000 serviteurs pour assister le Roi-Soleil. Cinquante années de travaux acharnés, et des dizaines de milliers d’hommes et de femmes accourant vers ce nouvel Eldorado. Architectes, maçons, aventuriers, soldats, ouvriers, filles de mauvaise vie, voici leur histoire. Celle du Palais de Toutes les Promesses, de 1638, jour de la naissance du futur Louis XIV, à sa mort en 1715.
A travers le destin de trois clans celui du marquis de La Place, de Pontgallet, maçon du roi, et de Toussaint Delaforge, bâtard, de Paris à Versailles, se déroule la saga du plus fabuleux des palais, celui où le soleil ne se couche jamais.
Qui est le père de Toussaint Delaforge, orphelin ? Convaincu qu’on lui cache la vérité, Delaforge s’échappe du terrible collège de Montcler pour percer le secret de ses origines. Livré à la rue, il est recueilli par Pontgallet, bâtisseur du roi qui lui propose une nouvelle vie. Dix ans plus tard, Delaforge a réussi : il construit à Versailles, avant d’autres chantiers prestigieux, les auberges où logent les ouvriers se présentant en masse. Il triche, ment, vole afin de parvenir à ses fins : être un jour assez puissant pour obliger le marquis de La Place à le reconnaître comme son fils. Mais la vérité est-elle toujours où l’on croit ? Comment accomplir cette vengeance sur le chantier même du Roi ?

Une grande saga au rythme haletant, pleine de rebondissements, sur la construction de Versailles, le plus prestigieux et le plus visité des châteaux.
L’auteur, de son style éblouissant, nous entraîne au coeur des métiers d’art et d’artisanat qui ont contribué à la naissance du plus bel édifice au monde.
Trois volumes pour relater avec brio la construction d’un palais pas comme les autres.

EXTRAIT

Le Palais de toutes les promesses

En juin 1693, le vent du nord rugissait tant sur Paris que l’on vit les femmes des faubourgs sortir leurs vêtements d’automne, et personne n’aurait su dire de quel mois surgissait ce ciel d’apocalypse. Au cours de cette année, aucune saison n’allait idéalement, délivrant la douceur puis la rudesse et toujours excessivement sans que rien ne domine ou ne dure. Ainsi, le 2 juillet, tout changea brusquement : à la tombée du jour, une tempête brûlante, saturée de sable sang et or, s’engouffra dans le couloir de la Seine recouverte jusque-là d’une bruine aux allures de Toussaint. Ce vent-ci appelé sirocco était chaud. L’été vint donc d’un coup, soudainement, flamboyant. Un assaut sans nuance, déchirant peu à peu, ça et là, le voile de nuages, libérant pour finir un ciel d’azur aux rayons si ardents qu’à midi l’esprit capricieux du Parisien quémandait la fraîcheur qu’il détestait la veille.
L’époque du Roi-Soleil avait déjà connu des phénomènes pareillement extravagants. En hiver, le vin gelait ; au moment de la débâcle, les fleuves s’arrachaient de leur lit, charriant dans un chaos abyssal, poissons, arbres, ragondins et toutes sortes de bêtes méconnaissables sorties de l’enfer, boursouflées par la mort, et, à Versailles, la Cour grelottait. Certains printemps, l’orge pourrissait sur pied, le pain se faisait rare. Sans raison, l’été enfantait l’hiver. L’équilibre de la nature se rompait-il ? Dieu punissait-il Ses enfants ? Ce désordre était tel et durait depuis si longtemps que la terre de certaines régions du royaume de France renonçait à livrer sa manne. Des voyageurs racontaient que, dans les vallées des Alpes, la neige tenait bon en été, qu’il n’y avait rien à manger pour les hommes et les animaux, que la glace ne voulait pas fondre, qu’on mourait de faim, et qu’eux-mêmes, ces êtres fiers devenus vagabonds, avaient déserté leur village, errant depuis, sébile en main, quémandant chaque matin de misère l’obole d’une vie désormais maudite. Mais en janvier de cette année-là, 1693, dans le pays du grand roi Louis XIV, c’était pire encore. Il faisait si froid, le sol était si dur, que l’on renonça à enterrer les morts.
Le laboureur Judicaël Goulwen et son épouse Soizick étaient de ceux que le malheur avait frappé cruellement. Ils avaient perdu leurs trois fils au cours de cet hiver. Audren, l’aîné, n’avait que dix ans. Rien de bon ne pouvant jamais plus se produire sur leurs terres de Benac’h, ils fuirent les lieux dès le premier jour de l’été, poussés par la faim, tournant le dos à l’océan, à l’Ouest, aux racines des Anciens. Un moine du monastère voisin de Loc-Maria leur avait parlé de Versailles où l’on cherchait continûment des bras pour construire et agrandir le château fabuleux de Louis XIV, le Roi-Soleil. Et l’épithète d’un tel monarque n’était-elle pas plus prometteuse que tout l’or de l’Eldorado, ce monde d’aventures dont les marins échoués de Beg Meil à Locquirec parlaient d’un air entendu, en claquant du gosier et en faisant briller leurs yeux ?

L’AUTEUR

Jean-Michel Riou a publié plusieurs best-sellers chez Flammarion, dont Le Secret de Champollion - L’Insoumise du Roi-Soleil - 1630, La Vengeance de Richelieu et 1658, L’Éclipse du Roi-Soleil prouve une nouvelle fois sa maîtrise du roman et de l’Histoire.

Format : Broché
Nb de pages : 622 p.
Parution : 2 novembre 2011
ISBN : 978-2081240902
23 Euros.

Enhanced by Zemanta

, , ,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.