Articles contenant le tag Hermann

BERNARD PRINCE. INTEGRALE. TOME 3/3

Greg et Hermann
Le Lombard

bernard_prince_int_03Réunion de quatre albums des aventures de cet ancien agent d’Interpol qui, de Manhattan à l’Afrique du Nord en passant par la Chine et l’Amérique du Sud, parcourt la planète aux côtés de ses amis Barney et Djinn pour défendre la veuve et l’orphelin. Volume assorti d’un dossier illustré.

PRESENTATION

Un dernier tome de l’Intégrale au ton plus sombre. Il voit Bernard Prince et ses compagnons se retrouver dans des situations de plus en plus ambiguës, croisant des personnages aussi dangereux que pourris, jusqu’à la destruction de leur bateau, Le Cormoran. Hermann restitue magnifiquement cette dimension plus misanthrope que prend la série au fil de ces albums.

LES AUTEURS

Greg n’a pas perdu de temps, puisqu’il signe ses premières planches de bande dessinée à 16 ans. Ce n’est que le début d’une des carrières les plus prolifiques de la profession. Au début des années 50, il fait la connaissance de Franquin, pour lequel il écrit quelques gags. Rapidement, via l’agence International Press, il va produire un nombre impressionnant de planches, pour tous les goûts, dans tous les styles.
Capable de passer du gag au western ou à la série d’espionnage, il trouve même encore le temps de dessiner. Et c’est en auteur complet que, en 1963, il crée son personnage le plus célèbre, « Achille Talon », petit bourgeois dont la logorrhée enchante les lecteurs de Pilote. Deux ans plus tard, il entame une nouvelle aventure en devenant rédacteur en chef du journal Tintin. Neuf ans durant, il va moderniser de fond en comble le fleuron des éditions du Lombard, écrivant séries et rubriques, et révélant nombre de jeunes artistes qu’il a fédéré autour du célèbre Studio Greg. Véritable découvreur de talents, il révélera ainsi Hermann, Dany, Dupa et bien d’autres.
Il renonce à ce poste en 1974, pour tenter l’aventure éditoriale chez Dargaud. Aventure qui l’emmènera jusqu’aux Etats-Unis, pays qui le fascine depuis l’enfance. Il revient en France au milieu des années 80, sans jamais avoir arrêté d’écrire des histoires humanistes, aux dialogues aussi touchants que prolixes. Jusqu’à la fin de sa carrière, Greg se sera tout entier dédié au 9e Art, lourdement endeuillé depuis sa disparition, le 29 octobre 1999.

Herman Huppen est né le 17 juillet 1938 dans la région des Fagnes (Belgique). Une enfance en guerre, une adolescence marquée par le souci de s’en sortir très vite tout seul et d’apprendre un métier : ébénisterie, architecture, décoration d’intérieur… A 17 ans, il s’envole pour le Canada. Mais le jeune homme, bien qu’ayant suivi des cours de dessin à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Gilles, ne se destine pas encore à la BD. Circonstance étonnante, c’est son mariage, en 1964, qui le rapprochera de sa nouvelle promise de papier : son beau-frère tout neuf, Philippe Vandooren, futur directeur éditorial de Dupuis, dirige alors une revue scoute à laquelle il livrera sa première histoire.
Remarqué par Greg, Hermann, puisque tel devient son nom de plume, est engagé au studio du maître qui écrit pour lui, à partir de 1966, la série qui établira d’emblée son talent incontestable dans la veine réaliste, “Bernard Prince” (Le Lombard). Après un détour par “Jugurtha” (Le Lombard), dont il dessinera les premiers albums, Hermann entreprend une nouvelle série avec Greg, la très western “Comanche” (Le Lombard) dont la publication commence en décembre 1969.
Dix ans plus tard, le débutant a acquis toutes les ficelles du métier, et s’est gagné un large et fidèle public : il a toutes les cartes en main pour lancer et réussir sa première série solo, “Jérémiah” (Dupuis), qu’il assume toujours aujourd’hui avec le même succès. Il s’écartera des thèmes post-atomiques pour créer dès 1982 les “Tours de Bois-Maury” (Glénat), une fresque médiévale.
Exigeant, curieux, bosseur, Hermann ne s’accorde aucune facilité. Enclin à placer la barre toujours plus haut, il signe en 1991 son premier one-shot, “Missié Vandisandi” (Dupuis), qui sera suivi par le cri de révolte “Sarajevo-Tango” (Dupuis), un album réalisé en couleurs directes dont la teneur historique et sociale lui vaut de recevoir le Prix Oesterheld, du nom du célèbre scénariste argentin tragiquement “disparu” en 1977.
Avec “Caatinga” (coll. Signé du Lombard), le crayon d’Hermann se range une nouvelle fois du côté des victimes d’un certain ordre social, celui qui sévissait dans le Nordeste brésilien des années trente.
En 2000, il publie avec J. Van Hamme au scénario, “Lune de Guerre” pour la collection Aire Libre de Dupuis.
Avec son fils, Yves H. au scénario, il réalise pour la coll. Signé du Lombard une trilogie américaine : en 2000, un polar fantastique “Liens de Sang”, en 2002, un superbe roman noir “Manhattan Beach 1957″ et en 2005, “The girl from Ipanema”.
Hermann a reçu de nombreux prix pour couronner son oeuvre et notamment, en 2002, le prix Saint-Michel au premier Comics Festival de Bruxelles et une nomination pour “l’Alph Art du meilleur dessin” pour “Manhattan Beach 1957″ au Festival d’Angoulême 2003.

Nb de pages : 232 p.
ISBN : 978-2803627561
35 Euros.

Enhanced by Zemanta

, , , ,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.