Articles contenant le tag Fleuve Noir

SOUVENIRS DE SANG

Meg Gardiner
Univers Poche / Fleuve Noir

souvenirs-de-sangUn thriller qui allie une enquête psychologique aux ingrédients explosifs d’une course-poursuite à perdre haleine.

PRESENTATION

La spécialité de Jo Beckett, psychiatre médico-légale, est l’autopsie psychologique. En d’autres termes, elle enquête sur la vie des gens pour établir les causes de leur mort. Mais pour la première fois de son existence, elle doit intervenir sur un sujet vivant.
Son nom : Ian Kanan. Un homme qui a été sorti d’un avion en pleine crise de folie. Bientôt, Jo détecte chez lui une rare forme d’amnésie : ses souvenirs subsistent mais aucun nouvel élément se fixe dans sa mémoire. Toutes les cinq minutes, la conscience de ce qui l’entoure s’efface. Kanan, persuadé que sa famille a été kidnappée et que lui-même a été empoisonné, disparaît de l’hôpital avant que Jo Beckett puisse en savoir davantage.
Lorsqu’elle se met à fouiller dans son passé, elle découvre que Kanan est non seulement consultant pour la sécurité chez Chira-Sayf, une entreprise de nanotechnologie, mais aussi qu’il a peut-être été exposéà une arme biologique expérimentale.
Jo se lance alors dans une course effrénée pour retrouver Kanan. Son but : les sauver lui, elle, et peut-être même l’ensemble de la population de San Francisco…

meg-gardinerL’AUTEUR

Née en 1957 dans l’Oklahoma, Meg Gardiner est diplômée de droit de l’université de Stanford, en Californie. Après avoir travaillé en entreprise, puis enseigné le droit, elle a déménagé à Londres avec son mari et ses trois enfants. Après Le dirty secrets club, Souvenirs de sang est le deuxième roman de la série mettant en scène l’héroïne Jo Beckett.

Parution : 8 septembre 2011
Nb. de pages : 397 p.
ISBN : 978-2-265-09092-7
Prix : 19,27 €

, , ,

Pas de commentaire

AMAZONIA

James Rollins
Fleuve Noir

amazoniaUn homme mourant erre dans la forêt amazonienne. Membre des Forces Spéciales américaines, Clark est l’unique rescapé d’une expédition de chercheurs menée par le Dr Carl Rand, et disparue il y a quatre ans.
Nathan Rand, son fils, n’a jamais renoncé à retrouver sa trace. Le Dr Kelly O’Brien l’informe que des Rangers de l’armée américaine viennent d’arriver au Brésil pour organiser une nouvelle expédition à laquelle il est associé.

Pendant ce temps, le Dr Louis Favre s’évertue à contrecarrer cette initiative. Le Dr Rand était son ennemi juré à cause de la concurrence impitoyable que se livrent les laboratoires pharmaceutiques. La firme de Rand tentait d’exploiter le savoir des chamanes pour découvrir de nouvelles plantes médicinales, le fameux « or vert ». Favre se prend à rêver de vengeance : assassiner Nathan à défaut d’avoir pu tuer son père.

Lorsque la CIA, en pratiquant l’autopsie de Clark, découvre que son agent était porteur d’un virus contagieux et mortel, une course contre la montre s’engage car il s’agirait d’un prion mutant. L’expédition, quant à elle, tourne au cauchemar…

LE MOT DE L’EDITEUR :

Dans la forêt amazonienne, un Américain est retrouvé mourant aux abords d’un village. C’est l’un des membres d’une expédition scientifique partie étudier le savoir des chamans et disparue quatre ans plus tôt. Seul Nathan Rand, le fils du savant qui la dirigeait, n’a jamais perdu espoir de les retrouver vivants.
Et c’est ce fol espoir que le Dr Kelly O’Brien et son frère ravivent en lui proposant de rejoindre l’équipe de secours organisée par le gouvernement des États-Unis. Seulement, la jungle et ses enjeux pharmaceutiques attisent bien des convoitises. Des mercenaires se lancent à leur poursuite…
A mesure que le groupe progresse, l’aventure tourne au cauchemar : attaques de fourmis géantes, assaut de piranhas hypertrophiés, prolifération de sauterelles carnivores. La malédiction des Ban-ali rôderait-elle ? Mais est-elle vraiment la seule explication à ces terrifiantes mutations génétiques ?

REVUE DE PRESSE /
AMAZONIA : QUAND LA NATURE REPREND SES DROITS…
La Critique de Coupie sur le Blog MORT SURE :

« Comme son nom le laisse deviner, Amazonia est un thriller se déroulant en pleine forêt amazonienne.
Après le retour inattendu de l’un des membres d’une expédition disparue depuis quatre ans, l’Amérique se décide à lancer l’opération Amazonia. Ainsi, une autre expédition composée de chercheurs, de militaires, et d’autres experts, est lancée pour continuer le travail commencé par la première qui était à but pharmaceutique. Mais qui dit jungle dit dangers, et bientôt, suite aux attaques d’animaux mutants, l’expédition tourne au vinaigre. Et c’est sans compter le groupe de mercenaires envoyé par une société pharmaceutique concurrente…
L’histoire est racontée à travers le point de vue de plusieurs personnages, ce qui fait qu’il y a aussi plusieurs intrigues qui tournent toutes autours de la forêt est de la mystérieuse tribu des Ban-ali. Chaque personnage a son propre objectif, ses propres préoccupations : Nate, qui veut retrouver son père, membre de l’expédition disparue, où découvrir les causes de sa mort. Kelly cherche à trouver un remède contre la mystérieuse maladie transmise par Gérald Clark, le membre de l’ancienne expédition qui était reparu, et avait développé d’étonnantes tumeurs cancéreuses dans tout le corps. La maladie se transmet dans toute l’Amérique et Kelly s’inquiète pour sa fille restée là bas…
On a également le point de vue de Louis, chef des mercenaires. On sait qu’il a infiltré une “taupe”, un espion, au sein même de l’expédition, mais on ne découvre son identité qu’à la fin. Petit défaut : on devine trop facilement qui est le traître, ça parait trop évident. J’aurai aimé que l’auteur nous surprenne sur ce point.
Sinon, cette variation dans les points de vue est vraiment intéressante, car les personnages affrontent non seulement des animaux sauvages et des mercenaires, mais aussi leur propre esprit.
Autrement, j’ai apprécié la vision que donne le roman des indigènes. Ici, ils ne sont pas considérés comme des êtres primitifs, mais au contraire, l’histoire montre que s’ils n’ont pas évolué de la même façon que nous autres occidentaux, ils l’ont fait à leur façon : la médecine des chamans est remarquable.
Il y a quelques passages “scientifiques”… pas trop ardus ( la preuve : j’ai réussi à m’y retrouver !), mais on voit que l’auteur s’est bien documenté sur le sujet. Le roman traite beaucoup des l’évolution et des mutations, mais aussi de la communion entre les espèces végétales, animales, et l’homme.
Le roman est divisé en cinq actes réparties en chapitres. Chaque acte est introduit par la fiche technique d’une plante. C’est assez original.
En conclusion, c’était une lecture sympathique et remplie d’actions que rythme le style agréable de l’auteur. Je remercie le forum Mort Sûre et les éditions Fleuve Noir pour ce partenariat ! »

http://mortsure.over-blog.com/article-amazonia-de-james-rollins-fleuve-noir-74595012.html

James Rollins est un auteur de thrillers à la renommée internationale. Ce vétérinaire, spéléologue et plongeur invétéré, inspiré par un goût immodéré pour les voyages et l’aventure, passe le plus clair de son temps sous l’eau ou sous terre. Auteur de nombreux romans, dont 4 ont déjà paru au Fleuve Noir, James Rollins vit en Californie.

Traduit par Leslie Boitelle de Anglais (etats-unis)
Nb de pages : 586 p.
Parution: mars 2011
Format: Broché
Dimensions: 22.5 x 14.0 x 3.8 cm
ISBN: 9782265089716
EAN13: 9782265089716

Enhanced by Zemanta

, ,

Pas de commentaire

L’enfant aux cailloux

Sophie Loubieres
Fleuve Noir

lenfant-aux-caillouxQui est donc Madame Préau ? Une folle dangereuse et paranoïaque comme certains le prétendent ? Une grand-mère souffrant de solitude comme le croit son fils ? Ou un être à part doté d’une clairvoyance qui échappe à la normale ?

Quand Madame Préau réintègre sa maison après plusieurs semaines de convalescence, elle se rend immédiatement compte que son voisinage a changé.
Une nouvelle famille s’est installée à côté de chez elle, et de sa fenêtre elle peut observer leurs moindres faits et gestes.

Bientôt, elle comprend que quelque chose cloche chez ses voisins. Ils ont deux enfants en parfaite santé, qui jouent dans le jardin en rentrant de l’école. Mais un troisième enfant apparaît de temps à autre qui semble l’appeler au secours en envoyant de tout petits cailloux sur sa fenêtre afin d’attirer son attention.
La police refuse de l’entendre. Isolée de son propre petit fils, Madame Préau tient absolument à venir en aide à cet enfant. Mais tout bascule le jour où, après s’être liée d’amitié avec ses voisins, elle tente de les empoisonner…
Qui est donc Madame Préau ? Une folle dangereuse et paranoïaque comme le prétend son fils ? Ou un être à part doté d’une clairvoyance qui échappe à la normale ?
Elsa Préau est une retraitée bien ordinaire.
De ces vieilles dames trop seules et qui s’ennuient tellement - surtout le dimanche - qu’elles finissent par observer ce qui se passe chez leurs voisins. Elsa, justement, connaît tout des habitudes de la famille qui vient de s’installer à côté de chez elle. Et très vite, elle est persuadée que quelque chose ne va pas. Les deux enfants ont beau être en parfaite santé, un autre petit garçon apparaît de temps en temps - triste, maigre, visiblement maltraité.
Un enfant qui semble l’appeler à l’aide. Un enfant qui lui en rappelle un autre… Armée de son courage et de ses certitudes, Elsa n’a plus qu’une obsession : aider ce petit garçon qui n’apparaît ni dans le registre de l’école, ni dans le livret de famille des voisins.
Mais que peut-elle contre les services sociaux et la police qui lui affirment que cet enfant n’existe pas ? Et qui est vraiment Elsa Préau ? Une dame âgée qui n’a plus toute sa tête ? Une grand-mère souffrant de solitude comme le croit son fils ? Ou une femme lucide qui saura croire à ce qu’elle voit ?

Sophie Loubière, en reine du roman psychologique, brosse un bouleversant portrait de femme en proie à la violence ordinaire et touche en plein coeur.

Format : Broché
Paru le : 14/04/2011
Nb. de pages : 334 pages
Dimensions : 14,2cm x 22,6cm x 2,7cm
ISBN : 978-2-265-09257-0
EAN : 9782265092570

,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.