Articles contenant le tag Fabienne Casta-Rosaz

A L’IMPOSSIBLE NOUS SOMMES TENUS. HISTOIRES DE FAMILLE

Fabienne Casta-Rosaz
Escabelle

a-limpossible-nous-sommes-tenusRESUME :

Concubinage, mariage, divorce, PACS, recomposition, etc., la diversité et la multiplicité des formes familiales aujourd’hui en France sont appréhendées à travers dix histoires de familles. Elles dévoilent les bonheurs et les difficultés de la vie de famille.

PRESENTATION :

C’est quoi une famille aujourd’hui ? Plus de règle imposée, plus de modèle défini ? Amour, recomposition, passion, maladie, naissance, mariage, séparation…
Pour chacun c’est une partition à composer et à réinventer chaque jour. En colère ou amoureux de sa famille, qui peut se dire indifférent ?
A travers 10 témoignages d’un des membres de familles d’aujourd’hui, Fabienne Casta-Rosaz propose un plaidoyer pour le lien familial dans la multiplicité des formes qu’il peut prendre. Avec tendresse elle dévoile les difficultés et les grands bonheurs des familles.

COURT EXTRAIT :

Il aurait pu être un enfant des rues. Il a été un enfant roi. L’histoire d’Enio ressemble un peu à un conte de fées, et comme souvent dans les contes, elle commence dans la tragédie. Son père meurt à sa naissance, dans un tremblement de terre au Guatemala. Et quand il a sept ans, sa mère, en phase terminale d’un cancer, signe un acte d’abandon auprès d’un juge pour qu’il puisse être placé dans un orphelinat de la capitale. « Cet acte d’abandon était en réalité un acte d’amour et tout ce qui m’est arrivé par la suite… c’est magique ! Je suis né sous une bonne étoile ! » A trente-trois ans, Enio n’en revient toujours pas d’avoir eu «tant de chance».
Sa bonne étoile s’appelle peut-être Asuseli, une petite fille qui est entrée le même jour que lui à l’orphelinat. « On s’est tout de suite attachés l’un à l’autre car on était tous les deux nouveaux. On s’est pris par la main et on a visité l’orphelinat ensemble. Et puis on ne s’est plus quittés. Asuseli n’avait que trois ans. Elle était toute mignonne, un peu perdue, je l’ai prise sous mon aile. Elle jouait de son côté avec les filles, et moi avec les garçons, mais j’allais la voir le matin et aussi l’après-midi. Tous les jours je déjeunais avec elle. La nuit, quand elle n’arrivait pas à dormir, Asuseli descendait toute seule dans le noir, deux étages, jusqu’à la chambre des garçons, pour venir me voir. » Une histoire d’amour commence… Mais pas forcément celle que l’on imagine.
Quelques mois plus tard, la directrice de l’orphelinat convoque Enio et Asuseli dans son bureau. Elle leur apprend qu’ils sont… frère et sœur. Ou plutôt demi-frère et demi-soeur. Ils n’ont pas le même père - celui d’Asuseli est également décédé - mais ont la même mère. Asuseli avait été élevée par sa grand-mère jusqu’au jour où sa mère mourante a tenu à réunir ses deux enfants dans le même orphelinat pour qu’ils soient adoptés ensemble. Frère et sœur… « Cela va peut-être vous étonner mais cela ne m’a pas bouleversé plus que cela, précise Enio. Ça n’a pas changé grand-chose, en fait. Le lien était déjà là ! Asuseli et moi, d’une certaine manière, on s’était déjà adoptés. Et puis, de toute façon, les notions de “famille”, et de “liens du sang”, c’était assez flou pour moi. Même quand je vivais chez ma mère, je me débrouillais beaucoup par moi-même, j’étais beaucoup tout seul ou avec des copains. On se réunissait en bande et on jouait, dans la rue ou dans des terrains vagues. On grimpait aux arbres, on désossait des parapluies, des roulements de machines. On fabriquait toutes sortes de jouets avec, on s’amusait beaucoup en fait ! »

LU DANS LA PRESSE

Glamour Paris, 06 Décembre 2010 Par Bethsabée Krisvoshey :
« D’Enio à Denise, en passant par Carlos et Hélène, Fabienne Casta-Rosaz a réuni ces insolites histoires de famille qu’elle avait entendues autour d’elle, et les a immortalisées sur papier. De l’Equateur en passant par l’adoption homosexuelle et le deuil, tout y est et rien n’est épargné. S’il n’y a pas forcément de “happy ending” à la fin, c’est surtout l’exemple de ces personnes qui ont décidé de l’avenir de leur famille qui est marquant. Un livre intimiste… et familial, idéal pour celles qui aiment se plonger dans les histoires (vraies) des autres. »

Fabienne Casta Rosaz, diplômée de l’Institut d’Études Politiques de Paris et historienne, est l’auteur de Histoire du flirt, les jeux de l’innocence et de la perversité paru chez Grasset (2000). Journaliste free-lance, productrice radiophonique pour ‘France Culture’ et réalisatrice d’un documentaire intitulé Jeu, tu, il, petites confidences entre ami(e)s, diffusé sur Arte en 2003, elle collabore régulièrement à différents newsmagazine nationaux. Elle est aussi l’auteur de Histoire de la sexualité en Occident, paru en 2004 aux éditions de La Martinière.
Robert Latusek est photographe.

Parution : octobre 2010
Format : Broché
Nb. de pages : 171 p.
Dimensions : 14,7cm x 19,7cm x 1,4cm
ISBN : 978-2-361-90004-5
EAN : 9782361900045

, , , , , ,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.