Articles contenant le tag démographie

EN ESPERANT UN FILS… LA MASCULINISATION DE LA POPULATION CHINOISE

Isabelle Attané
Les cahiers de l’INED : 165
Institut national d’études démographiques

La Chine, pays le plus peuplé au monde (1,3 milliard d’hab.) est aussi celui qui connaît le rapport de masculinité (proportion d’hommes par rapport au nombre de femmes), le plus élevé du monde et qui ne cesse d’augmenter depuis 30 ans. Une situation non conforme aux normes naturelles démographiques, conséquence dramatique dune confrontation entre dune part, la politique de l’enfant unique et d’autre part, un déficit féminin des naissances doublé dune mortalité élevée chez les petites filles.

en-esperant-un-fils

Les implications démographiques et sociales de ce déséquilibre commencent à se faire sentir en Chine alors que le pays est entré de plain pied dans l’économie de marché.

Le point de vue de l’éditeur :
« Pandi (littéralement : « en espérant un fils »), Laidi (« un garçon va suivre »), ou Yehao (« ça va aussi »), c’est ainsi que sont nommées, dans les campagnes chinoises, les fillettes qui ont eu la malchance de naître en lieu et place du fils tant attendu… Car en Chine, en dépit de la modernisation économique des dernières décennies, une fille reste investie d’une bien moindre valeur qu’un fils. Dans les représentations sociales, un garçon présente divers atouts inhérents à son sexe, dont les filles sont globalement dépourvues. Victimes de leur statut dévalorisé, les filles naissent moins nombreuses qu’elles ne le devraient et meurent dans des proportions anormalement élevées. Ainsi, contrairement aux évolutions démographiques observées dans le reste du monde s’ensuit une masculinisation de la population chinoise, sa part masculine augmentant plus vite que sa part féminine. D’un point de vue strictement démographique, la situation des Chinoises est donc, relativement à celle des hommes, l’une des plus mauvaises qui soient. Là est l’immense paradoxe de cette société en marche vers la modernisation. Alors que les Chinoises se sont largement émancipées depuis les années 1950, de graves atteintes sont maintenant portées à leur existence. La législation chinoise, pourtant explicite sur la question de la protection des droits et des intérêts des femmes, ne permet pas de garantir leur droit le plus élémentaire : celui de vivre. »

TABLE DES MATIERES

DES DISCRIMINATIONS DEMOGRAPHIQUES VISIBLES
Une vue d’ensemble
Pourquoi y a-t-il plus de garçons que de filles ?
Une géographie des discriminations
Les discriminations des filles dans l’enfance
UN SYSTEME DE NORMES ET DE VALEURS QUI FAVORISE LE MASCULIN
Le statut des femmes dans la société chinoise traditionnelle
Femmes, féminisme et féminités
Des disparités socioéconomiques persistantes
Pratiques discriminatoires et facteurs de masculinisation

LU DANS LA PRESSE :

Avec un rapport de près de 108 hommes pour 100 femmes, la Chine est le pays le plus masculin au monde. Le résultat des avortements sélectifs (voire de la pratique d’infanticides) qui donnent la préférence aux garçons, et d’une surmortalité des filles. Ce phénomène, observé dans l’ensemble des provinces et qui s’accentue depuis une trentaine d’années, est bien antérieur à la politique de l’enfant unique lancée en 1979. Le plus étonnant est sa persistance en dépit des améliorations des conditions de vie et du statut des femmes depuis la révolution maoïste. La faute à Confucius? En un certain sens, oui. Pour l’auteure, cette masculinisation reflète le caractère encore profondément patriarcal de la société chinoise et du monde asiatique en général (le même phénomène s’observe ailleurs). Conscientes du problème (dans certains villages, les hommes ne trouvent plus à se marier), les autorités chinoises ont réagi, notamment en interdisant les échographies et autres pratiques visant à détecter un foetus féminin. Le prochain recensement, qui intervient cette année, dira si ces mesures sont efficaces. A défaut, les hommes célibataires n’auront plus qu’à se tourner vers les veuves (dont le remariage reste encore tabou) ou les femmes divorcées.
Sylvain Allemand dans Alternatives Internationales n° 048 - septembre 2010

Isabelle Attané est chercheuse à lIned, démographe et sinologue rattachée à lunité Démographie, genre et sociétés, spécialiste de la Chine et plus spécifiquement des questions ayant trait à transition démographique, au statut des femmes, ainsi quaux minorités éthniques. Elle a notamment publié Une Chine sans femmes (Perrin, 2005) et La Chine au seuil du XXIe siècle : questions de population, questions de société (Ined, 2002).

Les cahiers de l’INED : 165
Nb de pages : 240 p.
Format: Broché
Dimensions: 24.1 x 15.7 x 1.2 cm
ISBN: 9782733201664
EAN13: 9782733201664

, ,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.