Articles contenant le tag André Versaille éditeur

REFUGE EN ENFER. COMMENT L’HOPITAL JUIF DE BERLIN A SURVECU AU NAZISME

Daniel B. Silver
André Versaille Editeur

refuge-en-enferUne incroyable histoire de survie.
Un ouvrage passionnant et une enquête fouillée, appuyée sur les témoignages de personnes ayant vécu ou travaillé durant la guerre dans l’hôpital.
Un document important pour comprendre la manière dont les Juifs ont vécu les persécutions en pleine Allemagne nazie.

RESUME

Saviez-vous que, tout au long de la 2e Guerre mondiale, l’hôpital juif de Berlin a survécu à la barbarie et a abrité des centaines de Juifs ?
Comment cela a-t-il pu se passer ? C’est ce que raconte cet ouvrage passionnant basé sur une enquête fouillée, appuyée sur les témoignages de personnes ayant vécu ou travaillé durant la guerre à l’hôpital. Un document exceptionnel !

PRESENTATION

« Histoire étonnante d’une vérité humaine troublante, ce livre apporte une contribution essentielle à la connaissance de la situation des Juifs en Allemagne pendant la 2e Guerre mondiale. » (Annette Wieviorka)

1945 : Libération de Berlin. Les Soviétiques traquent les derniers nazis dans les quartiers berlinois.
Le 24 avril, des soldats russes prennent le contrôle du quartier Wedding et découvrent un bâtiment à peu près intact abritant plusieurs centaines de personnes – médecins, infirmières, malades, personnel non médical, et un groupe d’individus hétérogène. Un homme s’avance : « Ceci est l’hôpital juif. Nous sommes juifs ! »
Les Russes sont incrédules, persuadés que tous les Juifs d’Allemagne étaient morts.
C’est au cours d’un dîner mondain, à la fin des années 1970, que Daniel Silver, l’auteur de cet ouvrage, apprend l’incroyable histoire de la survie tout au long de la guerre d’un hôpital juif à Berlin, qui abritait des centaines de Juifs.
Sa curiosité piquée, le désir de comprendre les raisons de cette “anomalie” incite Silver à mener une enquête fouillée, appuyée sur des interviews de personnes ayant vécu ou travaillé toute ou une partie de la guerre dans l’enceinte de l’hôpital. Ces témoignages seront complétés et recoupés grâce notamment aux mémoires de Hilde Kahan, la secrétaire du médecin-chef de l’hôpital, le Dr Lustig.
L’ouvrage passionnant s’articule autour de deux questions : comment cela a-t-il pu se passer ? Comment les victimes ont-elles vécu cette situation ?
A ce titre, cet ouvrage apporte une contribution importante à la connaissance de la situation des Juifs en Allemagne pendant la 2e Guerre mondiale.
L’auteur tente également de percer une autre énigme : la personnalité du Dr Lustig. Juif allemand, marié à une “aryenne”, lié à de hauts responsables nazis, le directeur de l’hôpital est-il un méprisable collaborateur, chargé de dresser les listes de déportation parmi le personnel hospitalier, ou, au contraire, un héros qui a réussi à sauver des centaines de vies ?

LU DANS LA PRESSE


« Une stupéfiante recherche… Une enquête judicieusement menée et très agréable à lire. Il s’agit d’une contribution notable à l’histoire des derniers vestiges de la communauté juive allemande à la fin de la 2e Guerre mondiale. »

(Walter Laqueur)

« Un livre fascinant et agréable à lire. […] Une analyse extraordinaire de ce que signifiait pour un Juif vivre à Berlin durant les dernières années du IIIe Reich. »
(Washington Times)

SOMMAIRE

Préface – L’histoire derrière l’Histoire
Chapitre 1 – Nichts Juden, Juden Kaputt
Chapitre 2 – L’hôpital et les Juifs de Berlin
Chapitre 3 – Le début de la fin, 1938-1941
Chapitre 4 – Le dilemme des nazis face aux mariages mixtes
Chapitre 5 – Les déportations
Chapitre 6 – L’assaut contre la Gemeinde et l’hôpital entre 1942 et 1943
Chapitre 7 – Se ménager une vie à l’hôpital
Chapitre 8 – La rafle des usines et la Frauenprotest
Chapitre 9 – L’attaque continue
Chapitre 10 – Prisonniers et survivants
Chapitre 11 – 1942-1945. Le travail du Reichsvereinigung et de l’hôpital
Chapitre 12 – Le crépuscule des nazis
Chapitre 13 – Le procès du Dr Lustig et autres questions
Postface – La vie d’après-guerre des principales personnes ressources
Glossaire – Bibliographie – Index

RENCONTRE AVEC L’AUTEUR

Le 9 mars 2012, à partir de 22h15, Daniel Silver sera l’invité de Laure Adler dans son émission « Hors-champs » sur France Culture.

L’AUTEUR

Docteur en anthropologie à Harvard et diplômé en droit, Daniel B Silver travaille pour un cabinet d’avocats international, à Washington. Il a enseigné à la Georgetown University Law Center. Il est l’auteur de nombreux articles juridiques, ainsi que d’un livre et de plusieurs articles sur l’anthropologie. Il est fréquemment invité à des conférences professionnelles et des colloques.

Parution : 24 août 2011
Nb de pages : 288 p.
ISBN : 978-2874951510
Prix : 21,90 €

, , , , , , ,

Pas de commentaire

FAUT-IL JUGER GEORGE BUSH ?

Reed BRODY
En collaboration avec : Jean-Paul Marthoz
André Versaille éditeur & GRIP


couverturebushdefPleins feux sur un rapport qui dénonce la torture et l’impunité. De part la violation régulière du droit international et à tout le moins son interprétation bancale et hypocrite, ce livre pose une question centrale : l’impunité des responsables et en particulier du Président Georges Bush.

Dans sa croisade contre le terrorisme, l’administration Bush a-t-elle sciemment enfreint les lois américaines et internationales en autorisant la torture : pratique de « simulacres de noyade » dans les interrogatoires de membres présumés d’Al Qaïda, « disparition » de prisonniers ou renvoi vers des pays où ils étaient torturés, prisons secrètes dirigées par la CIA… ? Deux noms symbolisent à eux-seuls ces exactions : Abou Ghraib et Guantanamo.
S’il reste bien des zones d’ombre, Human Rights Watch, organisation de défense des droits de l’homme basée aux États-Unis, apporte dans ce livre de nouveaux éclairages sur les pratiques de l’administration Bush et sur ses responsabilités. Des preuves solides qui embarrassent Washington.
Jusqu’à présent, la justice internationale n’a poursuivi que des dictateurs. Quelle attitude adopter face à des chefs d’Etat de pays démocratiques qui violent des droits humains et pratiquent la torture ?
A partir du rapport de Human Rights Watch (dont on trouvera ici l’essentiel), ce livre invite à un large débat sur la nécessité pour les démocraties confrontées aux défis du terrorisme de se distinguer des régimes autoritaires par les moyens qu’elles utilisent et par la place qu’elles accordent au respect du droit et à la lutte contre l’impunité.

LU DANS LA PRESSE

« Reed Brody est un avocat américain, porte-parole de Human Rights Watch, et surnommé “le chasseur de dictateurs”. Il est l’auteur d’un ouvrage au titre provocateur : Faut-il juger George Bush ? Reed Brody y dénonce les dérapages et abus commis par l’administration Bush dans la lutte contre le terrorisme, parfois avec la complicité de pays européens. »
(Reed Brody, “Le Bar de l’Europe”, TV5 Monde, 26 novembre 2011)

« Faut-il juger George Bush ? C’est le titre provocateur d’un livre très documenté de Reed Brody.
Dans sa croisade contre le terrorisme, George Bush, ses proches et son administration ont-ils enfreint sciemment les lois américaines internationales qui interdisent la torture ? Oui, répond Reed Brody, et c’est particulièrement préoccupant car il s’agit des dirigeants d’une démocratie qui pas plus que les dictateurs ne doivent échapper à la justice. »

(Simone Reumont, Afrik’Hebdo, 12 novembre 2011)

« Le 17 septembre 2011, Reed Brody a été l’invité de Véronique Gaymard dans l’émission “Livre International” sur RFI.
- Véronique Gaymard : “L’ex-président des États-Unis, Georges Bush, a-t-il bafoué les lois américaines au nom de la lutte contre le terrorisme ? Des interrogations subsistent. Certaines organisations de défense des droits de l’homme telles que Human Rights Watch pointent du doigt les “exactions, dérapages et abus” commis par l’administration Bush. Cette problématique est abordée dans le livre Faut-il juger George Bush ?” »

« D’aucuns reprocheront par avance au livre son engagement. Ce serait lui faire un faux procès. À chacun son rôle. Et la démonstration est basée sur des faits, avancés avec précision et appréciés à l’aulne du droit international et, plus largement pose la question de “ce qui constitue la nature même de la démocratie”. Son organisation conduit parfois à quelques redondances, mais il est court, se lit facilement, et il est aisé d’y piocher ce que l’on souhaite, sans nécessairement tout lire. »
(Delphine Lavergne, Revue Internationale et stratégique, 13 décembre 2011)

« Faut-il juger George Bush ? En voila une bonne question. L’ancien Président américain, commandant en chef de la guerre globale contre le terrorisme, a encouragé ses troupes à des dérives qualifiables de crimes de guerre. […]
George W. Bush, un criminel comme les autres ? C’est en gros l’idée que défend ce court ouvrage, version étoffée et argumentée d’un rapport de l’ONG Human Rights Watch. […]
Au-delà de l’idée d’un jugement de l’équipe Bush, qui relève probablement de l’utopie, cet ouvrage a le mérite de remettre à plat les dérives américaines. »

(Romain Mielcarek, Actudéfense, 28 novembre 2011)

Reed Brody conseiller juridique et porte-parole de Human Rights Watch, est l’auteur de quatre rapports sur le traitement des prisonniers par les États-Unis depuis le 11 septembre 2001. « Chasseur de dictateurs », il défend les victimes d’Hissène Habré (Tchad) et de Jean-Claude Duvalier (Haïti).

Jean-Paul Marthoz est professeur de journalisme et chroniqueur au Soir (Bruxelles), auteur de « L’éthique de la dissidence. Morale et politique étrangère aux Etats-Unis » (2010).

Nb de pages : 124 p.
Parution : Juillet 2011.
Format : Broché.
ISBN : 9782874951633
EAN13 : 9782874951633
Prix : 9,90 Euros.

Enhanced by Zemanta

, , , , , , , , , ,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.