Le Régime Seignalet en 60 recettes sans gluten et sans lait

le-regime-seignalet-en-60-recettes-sans-gluten-et-sans-laitAnne Seignalet, Valérie Cupillard

Editeur : Livre de Poche

PRESENTATION

CHANGEONS NOS HABITUDES POUR NOTRE BIEN-ÊTRE !

La diététique du Dr Seignalet préconise d’éviter les aliments difficiles à digérer (laits animaux et céréales mutées) qui peuvent à terme provoquer des maladies et recommande le cru et les cuissons douces. Regain d’énergie, moins de fatigue, plus de plaisir à manger : testez vous-même !Comment remplacer un petit déjeuner classique, le beurre dans un gratin ? Quelle farine choisir pour la pâte à tarte et quelle huile pour les cuissons douces ? Les réponses à toutes vos questions sont dans cet ouvrage !60 recettes faciles, saines et gourmandes, à réaliser au quotidien.

L’AUTEUR

Anne Seignalet est la fille du Dr Jean Seignalet. Depuis plusieurs années, elle communique sur les travaux de son père, portant en elle les valeurs et les convictions du régime Seignalet.

Valérie Cupillard est créatrice culinaire spécialisée dans la cuisine de santé. Elle est l’auteur de trente-cinq livres et tient le blog biogourmand.

Pages: 176

ISBN: 9782253187769

Pas de commentaire

Témoigner. Entre histoire et mémoire – n° 122 (avril 2016) : Révisionnisme et négationnisme

temoigner-entre-histoire-et-memoireEDITEUR /  Fondation Auschwitz et ASBL Mémoire d’Auschwitz

La Fondation Auschwitz et la Mémoire d’Auschwitz ASBL publient deux fois par an leur revue (qui existe depuis 25 ans). Celle-ci diffuse ainsi l’actualité de la recherche pluridisciplinaire sur les camps nazis et le génocide des Juifs et des Tsiganes. Elle a su s’ouvrir aux débats les plus actuels concernant les enjeux de mémoire et d’histoire.

Devant l’intérêt grandissant pour les questions mémorielles, au croisement de nombreuses disciplines, de l’histoire à la littérature et aux arts, de la sociologie aux sciences politiques, et devant la demande tout aussi grandissante venant du public, nous avons décidé lors de la parution du numéro 100 de donner à notre revue un nouveau départ. Par là même elle entend pallier l’absence d’une publication qui traite autant des questions de mémoire que des questions d’histoire sans les dresser l’une contre l’autre.

Sans abandonner leurs missions premières et fortes de leur expérience comme du savoir acquis, la Fondation Auschwitz et la Mémoire d’Auschwitz ASBL se donnent aujourd’hui pour tâche d’ouvrir leur champ de recherche aux problématiques des violences de masses dans le long terme historique.

Se gardant de tout anachronisme, elles se proposent de revisiter de façon critique à la fois le passé et le présent de notre modernité et d’un siècle durant lequel se sont accomplis des guerres, des violences politiques à grande échelle et des massacres de masses – des génocides aux purifications ethniques – dans lesquels la responsabilité des États est impliquée directement ou indirectement.

Avec Témoigner. Entre histoire et mémoire, elles tiennent à impulser le mouvement d’une relecture critique de ces problématiques sur les plans à la fois historiographique et mémoriel. C’est un nouvel éclairage de notre histoire contemporaine qu’elles proposent.

Le nouveau format de notre revue Témoigner. Entre histoire et mémoire a débuté avec le numéro 117. Il s’agit d’un format comportant pour moitié une section académique (dossier thématique et varia) et pour moitié une section culturelle traitant de l’actualité culturelle de la mémoire et du témoignage. Celle-ci est composée de chroniques, de rubriques, d’un agenda et d’un portfolio.

Au sens strict, le négationnisme est la « doctrine niant la réalité du génocide des Juifs par les nazis, notamment l’existence des chambres à gaz. » (Larousse en ligne) ; par extension, le terme désigne la négation d’autres génocides et d’autres crimes contre l’humanité. La littérature sur le négationnisme est abondante. Il existe des études sur le sujet dans de nombreux pays ainsi que des biographies de négationnistes. Les stratégies argumentatives et rhétoriques des négationnistes ont été largement décryptées. Des sites internet démontent systématiquement leurs sophismes. Si les informations fiables sur le phénomène ne font pas défaut, il est cependant indispensable d’y revenir encore et toujours, et ce, pour plusieurs raisons.

Pas de commentaire

Reine de palmyre

reine-de-palmyreA.B. Daniel

Editeur : XO

PRESENTATION

Avec la reine Zénobie, A.B. Daniel ressuscite les jours somptueux de Palmyre, perle de Syrie aujourd’hui menacée.

La nuit où Zénobie vient au monde, au IIIe siècle de notre ère, dans le désert de Syrie, non loin de Palmyre, une boule de feu déchire le ciel pour venir frapper la terre, faisant jaillir l’eau du sable et amenant l’opulence à sa tribu. Au même moment, un jeune officier romain, Aurélien, remporte victoire sur victoire, menaçant l’ascension de la princesse du désert.

Ainsi naissent les destins croisés de ceux qui, bientôt, se livrent un combat acharné pour le pouvoir suprême. Zénobie, reine de Palmyre, vénérée comme une déesse dans tout l’Orient, et Aurélien, Dux Majorum, qui ambitionne de devenir un grand empereur guerrier.

L’histoire d’une lutte passionnée et splendide.

Sous le nom d’A.B. Daniel, le romancier Jean-Daniel Baltassat, avec Bertrand Houette son complice chargé des recherches historiques, nous offre un grand roman de passion et d’aventures fondé sur des éléments historiques très fouillés. Leur précédent défi romanesque INCA (XO Editions) a été un immense succès mondial, plus de 500 000 exemplaires vendus en France et une parution en 25 langues.

L’AUTEUR

Jean-Daniel Baltassat est l’homme de deux péchés capitaux : la curiosité et la gourmandise.

Comme il aime toutes les cuisines, il aime tous les genres littéraires. Comme il aime voyager et vivre dans toutes les cultures, tous les temps et tous les continents, il aime bourlinguer entre l’écriture de romans littéraires et celle de grandes sagas.

Étudiant en cinéma, photographe de théâtre et de danse, directeur artistique, galeriste, scénariste… Le goût de l’image, de la peinture et de l’Histoire a toujours accompagné sa passion romanesque.

Son bonheur des mélanges, sa curiosité jamais rassasiée ont engendré une écriture éclectique et goûteuse, devenue depuis vingt ans son unique « métier ». Un métier de raconteur d’histoires, de passeur d’émotions et de savoir qui a ses racines et ses exigences chez les maîtres de la littérature populaire aujourd’hui reconnus comme des classiques.

748 pages

Format: 153*240 mm

ISBN : 9782845638396

Pas de commentaire

Vins insolites

vins-insolites1Pierrick Bourgault

Editeur : JonGlez

PRESENTATION

A notre époque mondialisée, l’uniformisation des techniques et des goûts semble inévitable. Or quelques vignerons cultivent la vigne sous des climats et dans des terroirs improbables, sauvent des cépages oubliés ou bannis, retrouvent ou créent des vins. Certains même perpétuent les méthodes de l’Antiquité.

Quelques exemples, à travers le monde : des ceps hauts de 15 mètres en Italie et au Portugal, les vins de glace du Québec, des vignes héroïques inscrites au patrimoine culturel de l’Unesco, le vin du désert de Gobi, ces cuvées d’Indonésie issues d’une récolte continue, un Vin de la paix associant plus de 600 cépages du monde entier, une vendange du 31 décembre, des vignes qui écoutent de la musique classique, le vin d’amphores de Géorgie, un effervescent à dégorger soi-même…

En vingt ans de reportages, Pierrick Bourgault a déniché une cinquantaine de ces curiosités qu’il explique avec pédagogie et passion.

Huit formes de l’insolite sont détaillées : climats, terroirs, cépages, travail de la vigne, vinification, couleur, élevage, contenant.

L’AUTEUR

Journaliste, photographe, ingénieur agronome, Pierrick Bourgault a réalisé de nombreux reportages sur les sociétés rurales, les nourritures et les vins du monde. Grand prix du journalisme agricole de l’Afja, il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, guides, essais, livres d’art et textes littéraires.

256 pages

EAN  978-2361950958

Pas de commentaire

BRISER LE SILENCE

Annie Berlingen

briser-le-silenceEditeur : Stellamaris

«  Le silence est fait de paroles qui se taisent, » a écrit Yvon Rivard.

PRESENTATION

Briser le silence, c’est rompre le cercle infernal du mutisme, de l’indifférence. C’est faire comprendre aux victimes qu’elles sont des victimes et qu’elles doivent libérer leur parole pour accuser leur bourreau.

Briser le silence, c’est pouvoir parler et trouver la personne qui saura écouter sans juger, être attentive a la détresse de celle ou celui qui libère sa parole.

Briser le silenre, c’est ne pas garder ce secret qui permet au coupable de continuer â vivre sereinement et a détruire d’autres vies.

Briser le silence, cest oser oraliser, mettre des mots sur les maux, entreprendre une démarche libératoire, s’extraire de l’abîme de la culpabilité et du repli sur soi.

Briser le silence, c’est renvoyer l’agresseur à sa propre violence, le placer face a son crime, lui faire sentir le poids de sa folie, lui faire toucher du doigt la peur de se voir confronter a ses juges.

Briser lesilence, c’est réapprendre a vivre et avancer dans sa vie sans peur et sans honte.

Format 150*210 mm,

80 pages

Pas de commentaire

Guerre à la guerre

guerre-a-la-guerreEditeur : Bruno Doucey

PRESENTATION

Cette anthologie de poèmes engagés rassemble 46 poètes qui crient leur aversion de la guerre et leur goût de vivre.

Rimbaud et la guerre contre la Prusse, Apollinaire et la guerre 14-18, Machado en Espagne, Aragon, Éluard, Desnos, Max Jacob, Charlotte Delbo, Primo Levi, Marianne Cohn lors de la Seconde Guerre mondiale, Boris Vian et Jean Sénac pendant la guerre d’Algérie, le Liban de Georges Schehadé, la Syrie de Maram al-Masri, l’Afrique du Sud d’Ingrid Jonker, le Cameroun de François Sengat-Kuo, sans oublier Hermann Hesse, Victor Jara, Yannis Ritsos, Nâzim Hikmet, Ronny Someck… Des poèmes du monde entier pour refuser l’horreur de la guerre et nourrir le pacifisme des jeunes.

EXTRAIT

« Je viens de recevoir

Mes papiers militaires

Pour partir à la guerre

Avant mercredi soir

Monsieur le Président

Je ne veux pas la faire

Je ne suis pas sur terre

Pour tuer des pauvres gens. »

Boris Vian

Collection : Poés’idéal, dirigée par Murielle Szac

Pages : 128

ISBN : 978-2-36229-074-9

Pas de commentaire

1812 La Campagne tragique de Napoléon en Russie

1812-la-campagne-tragique-de-napoleon-en-russieAdam Zamoyski

Editeur : Piranha

Un très grand livre d’histoire sur la campagne de Napoléon en Russie qui se lit comme un roman.

PRESENTATION

L’invasion de la Russie par Napoléon et la terrible retraite depuis Moscou en grande partie détruite par les flammes furent une épopée militaire et une tragédie humaine d’envergure : le premier exemple historique de la guerre totale.

1812 est le récit magistral de ce tournant décisif de l’histoire, moment fondateur de l’Europe moderne. Il retrace le destin poignant des dizaines de milliers de soldats venus de toute l’Europe et détaille les événements de cette période tumultueuse. En puisant dans une abondante documentation de témoignages contemporains (en français, en russe, en allemand, en polonais et en italien - pour la plupart inédits), Adam Zamoyski réussit à reconstituer d’une main de maître une fresque brillante et fait revivre au lecteur le quotidien dramatique des soldats jetés sur les routes gelées et la tragédie vécue par les civils fuyant l’avance des armées.

L’AUTEUR

Bien que né à New York, Adam Zamoyski a passé la majorité de sa vie en Angleterre.

Après des études au Queen’s College à Oxford, il est devenu historien indépendant. Il a écrit une histoire de la Pologne, devenue un best-seller, des livres consacrés à l’histoire militaire et trois biographies.

Sa maîtrise de plusieurs langues lui permet une approche nouvelle et globale de la période napoléonienne à laquelle il a déjà consacré deux livres et il travaille actuellement à une monumentale biographie de Napoléon.

Nb. de pages: 656 p.

Nombreuses illustrations

Format et type de reliure: 14 x 22, broché

ISBN: 978-2-37119-001-6

Pas de commentaire

Guantanamo [L'erreur d'Obama]

guantanamoAnne-Marie Lizin,  David Wright

Editeur : La Boite à Pandore

Collection       Témoignage & document

PRESENTATION

Qui ignore l’existence de Guantanamo ? Et qui n’a pas eu connaissance de la promesse du président Obama de fermer cette prison américaine basée à Cuba ?

Pourtant, personne ne connait réellement les dessous du « concept Guantanamo » puisque, jusqu’ici, la voix des gardiens ne s’était pas fait entendre…

Grâce aux révélations troublantes de son personnel pénitentiaire, ce livre nous dévoile enfin le vrai Guantanamo. Ces fonctionnaires se sont battus contre les équipes Bush pour mettre fin à la torture, mais leur combat n’a pas été entendu… L’actuel président ne les écoutera pas plus que son prédécesseur. Obama lui-même fut prévenu, dès le début, de l’impossibilité de fermer le lieu.

Ces témoignages révèlent également ses erreurs d’appréciation et celles de ses conseillers, erreurs qui pourraient avoir des conséquences dramatiques.

Ce récit dérangeant reprend toute « la chronique d’une mort annoncée » et les dangers liés à la libération de talibans dangereux.

Vous allez comprendre pourquoi Guantanamo n’a pas fermé ses portes malgré l’engagement solennel d’un président américain, et pourquoi il ne les fermera pas…

LES AUTEURS

Anne-Marie Lizin est l’ancienne présidente du sénat et ancienne membre du gouvernement belge, de 1988 à 1992. Elle a été chargée par le président de l’OSCE d’enquêter sur le centre de détention américain de Guantanamo. Elle a été enseignante à Sciences Po (Paris), où elle donnait le cours de fonctionnement des organisations internationales.

David Wright est américain, fonctionnaire au Detainee Office à Washinghton D.C. Ce département gère les prisons à l’extérieur des États-Unis dont fait partie la prison de Guantanamo. Ce nom est un pseudonyme.

ISBN :  978-2-87557-062-8

Format  : 14 x 21,5

Nb. de pages : 176

Pas de commentaire

La Nouvelle Revue Géopolitique - Le Djihadisme dans tous ses états

la-nouvelle-revue-geopolitique-le-djihadisme-dans-tous-ses-etatsEditeur : TECHNIP

Dossier : Le djihadisme dans tous ses états

. De Syrie en Irak : pourquoi les djihadistes de l’EIIL veulent-ils restaurer le Califat ?

. Avant-goût de “paradis”…

. Visages de l’Etat islamique

. Dans la ligne de mire des djihadistes

. Le financement de l’Etat islamique

. Djihad 3.0 : comme si l’Etat islamique avait recruté Steve Jobs…

. Faire la guerre aux djihadistes

. La question kurde

. Extension du domaine de la lutte

. Djihadistes de tous les pays…

. La France est en guerre !

Post scriptum

. Les années 30 sont de retour

Aux quatre coins du monde

. Migrants en Méditerranée : trop chère, la vie !

. Bélorussie « La petite Ukraine »

. Argentine, Líder Maximo… le fils aîné de Cristina Kirchner prendra-t-il la relève ?

. Afrique, le chiffre qui choque : 70 % de la population sans électricité

Lectures

  • Le choc
  • Géopolitique du Printemps arabe
  • Pape François
  • Splendeur de l’Inde ?
  • France Algérie

Libres paroles

. Etat islamique : le chaos syro-irakien et l’idée de “guerre juste”

. Face à l’urgence d’une réforme bancaire

ISBN : 9782710810438

trade paperback      19 x 26 cm      96 pages

Pas de commentaire

Mandela - Une philosophie en actes

mandela-une-philosophie-en-actesJean-Paul Jouary

LE LIVRE DE POCHE

Nelson Mandela a réussi ce que peu d’êtres humains avant lui étaient parvenus à faire : imposer par la seule force de ses actes et de ses mots un respect unanime, une image de l’homme d’une élévation incontestable, une idée de la politique d’une noblesse rare. Il doit bien y avoir à cela quelques raisons de fond, qu’il serait dommage de voir bientôt enfouies sous les flots de sensations médiatiques. Ce livre est suscité par cette crainte : vite, revenir sur les raisons qui font des actes et des paroles de Nelson Mandela un événement important, avant que le silence et les vacarmes n’ensevelissent dans l’oubli ce qui doit - absolument - en rester. Mandela n’est pas philosophe au sens propre mais, pour l’auteur de ce livre, il est le créateur d’une philosophie en actes d’une grande richesse politique, éthique, juridique. Il faut lire cette philosophie dans son enfance, ses années de militantisme, sa vie en prison, sa façon de gouverner et de créer du droit, son art du dialogue - avec ses pires ennemis parfois. Il y a là de quoi penser une conception inédite de l’émancipation humaine.

L’AUTEUR

Jean-Paul Jouary (né en 1948) est un philosophe et essayiste français. Il est actuellement professeur en classe préparatoire au Lycée Claude Monet et à l’Ecole Nationale de Commerce à Paris. Auteur de plusieurs essais se réclamant du marxisme avec le journaliste et philosophe Arnaud Spire, il a également fait paraître une anthologie de Diderot. Ses publications actuelles concernent la philosophie des sciences, la philosophie politique, l’art paléolithique et l’initiation aux démarches philosophiques.

288 pages

Langue: Français

EAN / ISBN:  9782253068525

Pas de commentaire

Gaz et pétrole de schiste… en questions

gaz-et-petrole-de-schiste-en-questionsBAYLOCQ Pascal & CHARLEZ Philippe A.

Editeur : Technip

PRESENTATION

En six ans les États-Unis ont réduit d’un tiers leur dépendance pétrolière et sont devenus presque autosuffisants en gaz. Cette “révolution des gaz et pétrole de schistes”, leur a permis de redevenir l’un des pays les plus compétitifs au monde.

Cette nouvelle donne aura à moyen terme des conséquences géopolitiques majeures. L’ensemble des flux pétroliers, gaziers et charbonniers seront profondément modifiés. Pendant que les importations américaines en provenance du golfe Persique se réduiront fortement, celles de la Chine et de l’Inde augmenteront significativement. Les États-Unis devenant exportateur de gaz, la Russie devra chercher de nouveaux débouchés.

En Europe, les ressources semblent importantes. Mais la réalisation d’un grand projet demandera la levée de plusieurs verrous d’ordre géologique (les roches mères européennes sont-elles aussi bonnes que ses “consoeurs” américaines ?), économique (l’Europe sera-t-elle capable de développer ses ressources à des coûts acceptables ?) mais aussi sociétal. Dans une Europe fortement urbanisée, fracturation hydraulique, approvisionnement en eau, microséismes et impact en surface représentent pour certaines parties prenantes autant de “menaces”. Changer cette perception demandera à la fois pédagogie et transparence vis-à-vis des communautés locales.

Dans cet ouvrage qui se veut accessible aux non spécialistes, Philippe Charlez et Pascal  Baylocq répondent en 20 questions à “tout ce que vous voulez savoir sur les gaz et pétrole de schistes sans oser le demander”.

LES AUTEURS

Pascal Baylocq est ingénieur de formation, docteur en Mécanique et titulaire d’une licence en Sciences économiques. Il débute sa carrière en 1995 chez Total en tant qu’ingénieur forage. Après avoir mis en œuvre, au sein de l’exploration-production, le déploiement des technologies internet, il prend en 2005 la responsabilité d’un complexe pétrolier offshore aux Émirats Arabes Unis.

Depuis 2007, il est directeur général délégué de Geostock et depuis 2011, il est président du Groupe de réflexion sur les hydrocarbures de roche-mères au sein du GEP-AFTP.

Philippe Charlez est ingénieur des Mines de l’École polytechnique de Mons (Belgique) et est titulaire d’un doctorat de l’Institut de physique du Globe de Paris. Il rejoint Total en 1982 où il est pendant 15 ans expert en mécanique des roches.

Il est actuellement responsable développement des ressources non conventionnelles pour le groupe Total. Philippe Charlez est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles sur la mécanique des roches. Il a publié en 2014 aux Editions Technip un nouvel essai intitulé Our energy is not set in stone.

ISBN : 9782710811480

broché      240 pages

Pas de commentaire

GEOPOLITIQUE & GEOSTRATEGIE /ATLAS GEOSTRATEGIQUE DE LA MEDITERRANEE CONTEMPORAINE

atlas-geostrategique-de-la-mediterraneePierre Vallaud

Ed. L’Archipel

PRESENTATION PAR PIERRE VALLAUD DE SON ATLAS

« La Méditerranée, un centre névralgique ? Cela ne date pas d’hier : marchands, soldats, migrants, touristes, savants … Le destin de ces figures méditerranéennes évoquent l’histoire riche, mouvementée et paradoxale d’une région faite de conflits, de ruptures mais aussi, et surtout, de partages et d’échanges. À peine entamé, le 21e siècle vient déjà rebattre les cartes et confirme ce constat. Ses soubresauts font d’ailleurs du bassin méditerranéen l’un des points d’observation privilégiés des enjeux les plus contemporains. »

PRESENTATION

Un ouvrage de géopolitique qui adosse les situations mouvantes d’aujourd’hui à l’Histoire. Essentiel pour comprendre ce qui est en jeu, sur le flanc sud de l’Europe, au moment où les USA entendent remodeler la région avec leur projet de « Grand Moyen Orient ».

Longtemps « centre du monde », la Méditerranée qui avait perdu, au fil des siècles, l’importance considérable qui était la sienne, demeure aujourd’hui l’un des centres névralgiques de la planète.

Lieu de passage essentiel pour le commerce international, voisine de zones pétrolières et gazières fondamentales, ligne de contact entre Nord et Sud, mais aussi entre Orient et Occident, elle concentre nombre des contradictions du monde.

Les « printemps arabes », directement issus de ce projet de « Grand Moyen Orient », qui se jouent – où sont joués - sur ses rives, la crise en Europe, et singulièrement en Grèce, confèrent à cet espace géopolitique un rôle renouvelé. De sa capacité à embrasser un nouvel ordre politique et à organiser une coopération internationale harmonieuse dépend la stabilité d’une région au carrefour de l’Europe, de l’Afrique et de l’Asie.

Cet atlas présente et analyse les grandes dynamiques de la Méditerranée.

Frontière ou passerelle naturelle ?

« Choc des civilisations » ou « dialogue des cultures » ?

Cohabitation harmonieuse entre populations riveraines ou flux migratoires menaçants ?

Autant de questions abordées de manière thématiques ou à travers l’analyse des situations par pays et illustrées de documents et de nombreuses cartes originales.

TABLE DES MATIERES

L’ESPACE MEDITERRANEEN

LES RESSOURCES EN QUESTION

L’HOMME ET LA MER

TECTONIQUE DES FORCES

PERSPECTIVES MEDITERRANEENNES

L’AUTEUR

Pierre Vallaud, historien, a enseigné les relations internationales au XXe siècle à l’université Saint-Joseph de Beyrouth et dirigé le Centre d’études stratégiques (Cerges).

Auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire des conflits contemporains, il a publié un Atlas géopolitique du Proche et du Moyen-Orient (avec Xavier Baron, PUSJ/Perrin, 2009) et dirigé l’Atlas historique de la Méditerranée (PUSJ/Fayard, 2009).

Parmi ses autres nombreux ouvrages, Histoire du XXe siècle (Marabout, 1989), L’Exode(Perrin, 2000), La Seconde Guerre mondiale (Acropole, 2002), Les Français sous l’Occupation(Pygmalion, 2002), La Première Guerre mondiale(Fayard, 2004), La Guerre d’Algérie (Acropole, 2005), Les Guerres du XXe siècle (Acropole, 2008…

Nb de pages : 160 p.

ISBN : 978-2809806182


Pas de commentaire

HISTOIRE ALTERNATIVE/ 1940. ET SI LA FRANCE AVAIT CONTINUE LA GUERRE…

et-si-la-france-avait-continue-la-guerre-uchronie-1940 Jacques Sapir, Frank Stora,  Loïc Mahé

Ed. TALLANDIER

« Un récit maîtrisé et plein de suspense, un exercice intellectuel stimulant ponctué de traits d’humour » (L’Express)

« Une ”uchronie” aussi sérieuse qu’excitante » (Libération)

PRESENTATION

Et si la France avait continué la guerre en juin 1940 ?

Voici le récit d’une histoire qui n’a pas été, mais qui aurait pu être.

Et si le gouvernement français avait continué la lutte contre l’Allemagne hitlérienne depuis l’Afrique du Nord ?

Telles sont les questions posées par cet essai où l’histoire rencontre la fiction à travers une oeuvre romanesque haletante et poignante.

Ainsi prend forme une façon entièrement novatrice de relire et d’étudier l’histoire de l’année 1940, dans tous ses aspects : politique, économique, diplomatique et stratégique. Une alternative aux journées tragiques de juin à décembre 1940 se dessine alors, le contraste entre le possible et le réel n’ayant qu’un seul but : montrer que la décision de demander un armistice n’était en rien inéluctable.

LES AUTEURS

Jacques Sapir est directeur d’étude à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Frank Stora est journaliste et spécialiste des jeux de simulation.

Loic Mahé est ingénieur informaticien.

Genre : Essais historiques

ISBN : 9791021004283

Date de parution : 02-01-2014

Nombre de pages : 592 pages

Pas de commentaire

HEGEL. INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DE L’HISTOIRE

introduction-a-la-philosophie

Editeur : Le Livre de Poche

Collection : Classiques

“L’histoire mondiale est le progrès dans la conscience de la liberté” : cette formule condense l’essentiel de l’enseignement que déploie Hegel dans sa Philosophie de l’histoire, dont on découvrira ici la célèbre Introduction.

Ce texte fondamental, plus connu en français sous le titre La Raison dans l’histoire, est l’un des plus lus et des plus étudiés de Hegel. Il est ici traduit et annoté sur la base d’une édition scientifique du texte allemand, établie à partir de sources de première main.

Le volume comporte en complément d’autres textes du philosophe (extraits des Principes de la Philosophie du droit et de l’Encyclopédie des sciences philosophiques, des cours de 1831 sur l’histoire récente en France et sur la religion), ainsi qu’un dossier, composé de textes fondateurs de la philosophie de l’histoire (Lessing, Kant), d’évaluations critiques (Kierkegaard, Marx, Nietzsche), et d’interprétations récentes.

L’Introduction à la philosophie de l’histoire offre les deux versions de l’Introduction générale à la fameuse Philosophie de l’histoire, précédemment éditée en intégralité dans la collection « La Pochothèque », sous la direction de Myriam Bienenstock (2009).

La présente publication correspond dans ce format au volume bien connu de la collection 10×18, intitulé La Raison dans l’histoire, le texte assurément le plus diffusé de Hegel, et largement étudié en classe de Terminale, mais elle s’en distingue à plusieurs titres. L’édition et la traduction du texte (version de 1822 revue en 1828, et version de 1830) ont une valeur scientifique que n’avait pas le travail de K. Papaioannou, publié en 1965 chez 10×18.

Le texte de Hegel est en outre précédé d’une introduction substantielle, et il s’accompagne de notes explicatives, ainsi que d’un dossier des plus étoffés (choix de textes complémentaires majeurs de Hegel sur la philosophie de l’histoire; de textes de référence antérieurs ou postérieurs à Hegel, de Lessing, Kant, Kierkegaard, Marx, Nietzsche, Ritter; de textes critiques contemporains notamment sur la use de la raison, et la question de la fin de l’histoire).

Le volume, par sa qualité et sa conception, est donc destiné à s’imposer comme édition de travail de référence sur ce texte majeur, aussi bien pour le public de Terminale qu’à l’Université.

G. W. F. Hegel (1770-1831) a professé les Leçons sur la philosophie de l’histoire, pour la première fois à Berlin au cours du semestre d’hiver 1822-1823. Elles ont été réitérées avec de multiples changements à cinq reprises, tous les deux ans. Après la disparition du philosophe, hégéliens de gauche et de droite se disputeront les dépouilles d’un système qui n’aura eu pour but - par-delà les formules sur « la fin de l’histoire » ou « la ruse de la Raison » - que de montrer à l’œuvre dans l’histoire la réalisation de la raison et de la liberté. « La seule idée qu’apporte la philosophie est la simple idée de la Raison - l’idée que la Raison gouverne le monde et que, par conséquent, l’histoire universelle s’est elle aussi déroulée rationnellement. »

C’est entendu, l’histoire est tragique : « L’histoire universelle n’est pas le lieu de la félicité. Les périodes de bonheur y sont ses pages blanches. » Toute la question que le philosophe de l’histoire aura à résoudre sera de montrer en quoi, derrière les apparences chaotiques du devenir, règne en fait une raison universelle qui dépasse ses acteurs, transcendant leurs buts et volontés finis.

Cette Raison universelle, bien distincte des raisons subjectives, ne se réalise pas de façon linéaire, comme le voulaient les philosophes des Lumières. Il lui faut emprunter des voies plus tortueuses : les passions, les désirs, les intérêts qui meuvent les individus singuliers, dans leur lutte pour se faire reconnaître, agissent non seulement pour eux-mêmes mais réalisent en même temps, à leur corps défendant, les fins cachées de la Raison. Cette double scène dont seul le philosophe est apte à déchiffrer l’unique enjeu.

La Raison qui, pour devenir monde, doit emprunter les voies de son contraire (la passion), n’apparaît « rusée » que pour un entendement qui n’a pas su s’élever au niveau de l’Histoire universelle laquelle, par tous les moyens dont les hommes sont prodigues, veut inexorablement se réaliser.

La philosophie de l’histoire est la branche de la philosophie qui s’attache à réfléchir sur le sens et sur les finalités du devenir historique. On peut, schématiquement, distinguer deux écoles de pensée, l’une qui nie toute idée de finalité ou de détermination en affirmant la foncière “absurdité” de l’histoire, fruit du hasard et de l’imprévu, et l’autre qui affirme, au contraire, qu’elle obéit à un dessein, lequel peut être déterminé de l’extérieur par un principe transcendant ou idéal, ou, au contraire, le produit d’une logique et de forces immanentes.

L’expression apparaît en français d’abord dans le titre d’un essai de Voltaire, puis elle est reprise dans le titre de la traduction libre que Jules Michelet donne de la Science nouvelle de Giambattista Vico, et elle devient alors un concept universitaire avec la diffusion en France des œuvres de Hegel et de la philosophie allemande (par exemple certaines œuvres de Kant mais aussi de Herder).

Pour Hegel, le sens de l’histoire est la « réalisation de l’Esprit absolu, c’est-à-dire d’un esprit du monde devenu conscient de lui-même par la philosophie, la construction de l’État prussien et la science ».

Pour Karl Marx, selon la théorie du matérialisme historique, le sens de l’histoire est l’avènement d’une « société sans classes », l’abolition de la propriété privée par la révolution communiste rendant possible l’abolition de l’État, qui n’a jamais eu pour autre finalité que de garantir la propriété des classes dominantes : lorsque l’égalité économique sera établie, l’État n’aura plus lieu d’exister. Pour Karl Marx, l’histoire a un mouvement dialectique (non linéaire), elle dépend des conditions matérielles de l’existence, et elle est la succession de différents systèmes économiques. L’esclavage est remplacé par le servage, qui constituerait l’antithèse, et dont la synthèse serait le salariat. La finalité historique de cette évolution est, selon Karl Marx, le communisme. Le point de vue de Marx sur le déroulement de l’histoire a influencé de nombreux historiens.

Peu après l’effondrement du bloc communiste, Francis Fukuyama pronostiquait, en 1992 et dans la lignée de Hegel et d’Alexandre Kojève, « la fin de l’histoire ». L’histoire étant, par essence, la confrontation des modèles d’organisation sociale, l’extinction du communisme en sonnerait le glas : les nations du monde n’auraient d’autre horizon que le développement de la démocratie et de l’économie libérale incarnées par le modèle américain.

Editeur : Le Livre de Poche

Collection : Classiques

Langue : Français

ISBN-10: 2253088749

ISBN-13: 978-2253088745

Pas de commentaire

L’ARGENT DE L’INFLUENCE - LES FONDATIONS AMERICAINES ET LEURS RESEAUX EUROPEENS

largent-de-linfluence

Ludovic Tournès

Editions Autrement

PRESENTATION

Du début du XXe siècle à la chute du mur de Berlin, les grandes fondations philanthropiques américaines (Carnegie, Rockefeller, Ford, puis Soros) n’ont pas cessé d’être présentes en Europe et d’y tisser de multiples réseaux dans les milieux intellectuels, scientifiques et politiques.

Fondées par de grands industriels symboles du capitalisme américain, ces fondations sont à la fois porteuses d’un projet de société libérale et partisanes d’une régulation des excès du capitalisme. Du fait de ces objectifs contradictoires, la nature de leurs actions en Europe dépend du contexte géopolitique : avant 1914 et pendant l’entre-deux-guerres, elles jouent le rôle de ciment entre les milieux pacifistes européens et américains ; avec la guerre froide, elles embrassent la bannière de la lutte contre le communisme.

Présentes là où l’Etat américain ne l’est pas encore, ne l’est plus ou ne veut pas l’être officiellement, elles occupent une place à part dans la diplomatie américaine, dont elles ne contredisent jamais formellement les orientations, mais par rapport à laquelle elles s’accordent un degré d’indépendance plus ou moins important selon le contexte international. Rassemblant les meilleurs spécialistes, l’ouvrage met en scène la diversité des actions des fondations américaines en Europe tout au long du XXe siècle.

Alors que leur fonctionnement et leurs objectifs restent souvent objet de fantasmes, on les verra opérer sur le terrain et constituer des réseaux denses et durables.

TABLE DES MATIERES

La Dotation Carnegie pour la paix internationale et l’invention de la diplomatie philanthropique (1880-1914)

De l’action humanitaire à la recherche scientifique : Belgique, 1914-1930

Rockefeller, Gillet, Lépine and Co : une joint-venture transatlantique à Lyon (1918-1940)

”Rockefeller’s Baby” : la London School of Economics et la recherche économique dans l’Angleterre de l’entre-deux-guerres

La Seconde Guerre mondiale et l’exil des scientifiques aux Etats-Unis

”Allemagne, année zéro” ? Dénazifier et démocratiser (1945-1955)

Reconstruire l’Europe intellectuelle : les sciences sociales en Italie (1945-1970)

”Un réseau d’amitiés agissantes” : les deux vies de la Fondation pour une entraide intellectuelle européenne (1957-1991)

L’AUTEUR

Dirigé par Ludovic Tournès, professeur d’histoire des relations internationales à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense et chercheur à l’Institut des sciences sociales du politique (CNRS). Avec les contributions de Frédéric Attal, Kenneth Bertrams, Diane Dosso, Nicolas Guilhot, Helke Rausch, Pierre-Yves Saunier, Marie Scot.

Paru le : 6 octobre 2010

Format : Broché

Nb. de pages : 203 p.

Dimensions : 14,9cm x 23,1cm x 1,4cm

ISBN : 978-2-7467-1441-0

EAN : 9782746714410

Pas de commentaire

CONTES POPULAIRES D’ARABIE

Eric Navé et Abubaker A. Bagader
Editions IMAGO

contes-populaires-darabieRESUME

Ces contes populaires recueillis dans différentes régions d’Arabie saoudite sont réunis selon leur origine géographique : le Hedjaz, qui longe la mer Rouge et comprend les deux villes saintes des musulmans, La Mecque et Médine ; le Nadj désertique, où se dresse Riyad, mais toujours hanté par les djinns ; le Hasa, tourné vers le golfe Persique et inspirant des histoires d’artisans et de pêcheurs ; le Sud montagneux, terre austère de vieilles légendes, et qui touche le Yémen.

Différente selon chaque région, la thématique donne un aperçu de la richesse culturelle et de la diversité de ce pays des Mille et une nuits : importance de la religion, des traditions, de la magie et de la sorcellerie. Mais aussi quête de l’argent et de la réussite, rôle de la chance, remise en cause des autorités établies. Et de façon surprenante, une grande place est partout donnée à la femme, que l’on dit pourtant si souvent brimée : quel que soit son rôle - jeune fille séduisante, mère protectrice, vieille conseillère - elle est l’initiatrice, le cerveau de l’homme, en somme, ici comme ailleurs, la voie de la sagesse et du bonheur.

PRESENTATION

De l’humble marchand de fèves au cruel vizir, du généreux sultan au perfide boutiquier, de la Bédouine ensorcelée à la fille du cheikh déshonorée…, c’est tout le peuple d’Arabie qui s’anime ici avec ses craintes et ses désirs, ses souffrances et ses plaisirs.

Mais dans cette terre de vastes déserts et de montagnes, le quotidien est souvent troublé par d’inquiétantes présences : djinns et goules, ogresses et animaux qui parlent, éfrits et sorcières, surgissent du monde invisible et interviennent, secourables ou maléfiques, dans le destin de chacun. Et la femme, contrairement aux idées reçues, voilée ou non, n’y joue pas le moindre des rôles : audacieuse et énergique, protectrice et conseillère avisée, elle est souvent l’initiatrice par excellence car « derrière chaque homme accompli, dit le conteur, se trouve une femme ».

Issus de la tradition orale, ces contes populaires, tout à la fois cocasses et subtils, émaillés de dictons et d’expressions savoureuses, nous transportent dans des régions contrastées — le Hedjaz, le Najd, la Hassa, l’Asir… — et, du campement nomade au palais royal, nous plongent dans une atmosphère digne des Mille et Une Nuits.

AUTEURS

Ancien vice-ministre de la Culture en Arabie saoudite, Abubaker A Bagader est professeur de sociologie à l’Université du roi Abdulaziz, Jeddah (Arabie saoudite). Eric Navé est enseignant au Koweït à l’Institut Voltaire.

Parution : 21 novembre 2012
Nb. de pages : 320 p.
ISBN : 978-2849521984
Prix : 23 €

, , , ,

Pas de commentaire

BREVES DE PANTHEON - SARAH BERNHARDT ET GEORGE SAND

Maguy Gallet Villechange
Société Des Ecrivains

visuel-breves-de-pantheonPRESENTATION

« Chère Madame, Vous me voyez bien ennuyée avec ces idées farfelues – soi-disant “modernes” – qui veulent m’empêcher, désormais, de reposer en paix dans ma vallée noire, là où je suis toujours revenue déposer mes soucis, mes ennuis, mes déceptions, là où je me réfugiais pour travailler, m’évader de la ville, dans la paix des champs, près des gens simples et authentiques. Voilà, en quelques lignes, de quoi il s’agit : il est question de mon transfert à Paris et, bien que je n’aie plus mon mot à dire, j’aimerais, néanmoins, avoir votre avis sur la question. »

En se basant sur la question du transfert de la sépulture de George Sand au Panthéon, l’auteur imagine une correspondance entre cette dernière et une autre immense figure féminine du dix-neuvième siècle : Sarah Bernhardt. On suit avec bonheur l’évolution de leur relation épistolaire, où chacune livre, parfois avec émotion, souvent avec humour, ses états d’âme. Cette double biographie maquillée en correspondance fantomatique est des plus intéressante, extrêmement fidèle et parfaitement documentée. Un splendide hommage à deux artistes talentueuses, mais surtout à deux femmes pleines de vie.

MAGUY GALLET VILLECHANGEAUTEUR

Originaire de Montmorillon, Maguy Gallet Villechange a fait carrière dans l’éducation populaire et le théâtre. Son dernier ouvrage, Brèves de Panthéon, est un dialogue fictif entre l’écrivain George Sand et Sarah Bernhardt, autour du transfert de la sépulture de la première au Panthéon. « Je me suis beaucoup amusée à écrire ce livre et j’espère que les lecteurs s’amuseront aussi, explique l’auteure qui a imaginé les discussions des deux femmes : Elles parlent de leurs hommes, de leur enfance dans des institutions religieuses, de leurs rencontres avec Napoléon III, il y a de nombreux parallèles et aussi quelques engueulades ».

Parution : 10 juillet 2012
Nb. de pages : 156 p.
ISBN : 978-2748385984
Prix : 12 €

, , ,

Pas de commentaire

LA THEORIE DU GRAND COMPLOT MONDIAL - MYTHE, REALITE, FANTASME, PARANOÏA

Jean-Luc Caradeau
Ed. Trajectoire (Piktos)

la-theorie-du-grand-complot-mondialEnfin une étude objective et documentée sur la théorie du grand complot !

PRESENTATION

Les complots de toutes sortes ont émaillé l’histoire de l’Humanité, avec les zones d’ombre qui les caractérisent. Mais à l’heure de la mondialisation où l’information circule à la vitesse de la lumière, le mythe du Grand Complot est plus que jamais d’actualité. Repose-t-il sur des bases réelles, des données validées, des faits irréfutables ou n’est-ce qu’un fantasme ? Oui et non. Ce remarquable essai présente l’intérêt, contrairement à tout ce qui a été écrit sur le sujet, de ne jamais tomber dans l’exagération ni le déni. Un ouvrage passionnant et très documenté, qui s’en tient aux faits, se gardant bien de nourrir les délires conspirationnistes les plus farfelus ou paranoïaques.

TABLE DES MATIERES

Partie I - Histoire de la genèse de la thèse complotiste
– Les complots mythiques
– Les complots tombés en désuétude ou oubliés
– Les bases philosophiques et historiques du grand complot mondial

Partie II - Les horreurs du NOM ou le projet luciférien
– L’optimisation de la population
– Fichage de la population mondiale et contrôle de l’opinion publique
– Diviser pour régner
– La destruction de toute autorité pouvant s’interposer entre le futur gouvernement mondial et l’individu
– Nouvelle économie, nouvelle politique
– Une religion mondiale
– La guerre économique
– La dissimulation des technologies des énergies libres et de bien d’autres au nom de la loi du profit

Partie III - La mafia du complot mondial
– L’organigramme du grand complot mondial
– Les organismes décisionnaires

Partie IV - Mythe ou réalité – réalités et mythes
– Un fantasme rassurant et satisfaisant
– Cohérences et incohérences de la théorie
– Les conspirationistes n’ont pas toujours tort

EXTRAIT

Introduction

Le complot ou les complots sont une réalité historique. Cependant avant d’entrer dans le vif du sujet, il nous faut nous pencher sur ce qui, dans la nature individuelle et collective de l’homme, rend  possible soit le complot, soit la croyance en l’existence d’un complot.

La délicate situation de M. Toulemonde

Le monde, ou plutôt la population mondiale est divisée en deux : les gens BIEN INFORMÉS – ceux qui ont percé le secret des dieux – et les NAÏFS (souvent baptisés les imbéciles heureux par ceux qui se croient bien informés) qui, ignorant tout, croient que les choses se passent normalement.

Par exemple si M. Toulemonde déclare que : « La Palestine tient son nom d’un empereur romain païen Hadrien qui, en 135, a rebaptisé la province de Judée « Syria Palestina », ce qui signifie Syrie des Philistins, et que, donc, sur le plan sémantique, on devrait appeler les Palestiniens Philistins. » Il est certainement bien informé, il connaît bien l’histoire de Rome, mais c’est forcément un AGENT DU SIONISME ET DU NOUVEL ORDRE MONDIAL. En revanche, s’il ne le sait pas, il est sinon mal informé du moins nul en histoire romaine et en histoire antique du Moyen-Orient.

Parmi les « bien informés », on doit distinguer les gens sérieux et les « allumés ». La distinction n’est pas évidente, car aussi sérieux soit-on, on est toujours l’allumé de quelqu’un, à moins qu’on ne soit, consciemment ou non, l’agent de propagande d’une quelconque cause, voire un agent de l’étranger ou, pourquoi pas, celui de quelque envahisseur extraterrestre.

Par exemple, si M. Toulemonde déclare que « les extraterrestres ont probablement visité la terre durant l’Antiquité, les textes sacrés incitent à le penser », il devient immédiatement un ALLUMÉ pour tous les VRAIS CROYANTS (à quelque secte monothéiste ou rationaliste athée qu’ils appartiennent) et un quelqu’un de SÉRIEUX pour beaucoup de mécréants et de marginaux – qui ne savent même pas qu’ils le sont. De toute façon, en tenant de tels propos, M. Toulemonde devient –  d’après la plupart des religieux  – UN AGENT CONSCIENT OU NON DU RATIONALISME ATHÉE.

Les deux clans irréductibles «  bien informés  » et «  naïfs  » comprennent deux sortes d’acteurs : les manipulateurs et les manipulés, en sachant, bien entendu, qu’un manipulé, convaincu des inanités qu’un (ou des) manipulateur(s) lui ont implantées dans la tête, devient un agent inconscient du manipulateur.

Si M. Toulemonde clame « une constitution démocratique permet aux peuples de décider de leur destin », c’est certainement un NAÏF, parce qu’une constitution, fût-elle démocratique, n’est en soi qu’un bout de papier. Ce qui permet aux peuples de décider de leur destin, c’est le fait qu’on l’applique, ce qui n’est pas toujours le cas !

Par contre, s’il affirme «  les peuples ont les régimes qu’ils méritent  » ou «  il faut qu’un pays soit dirigé par des élites  » ou encore « la démocratie n’est qu’une apparence qui permet aux puissants d’opprimer les peuples avec leur consentement », c’est certainement un MANIPULATEUR, à moins que ce ne soit simplement un cynique BIEN INFORMÉ ou un salarié d’une agence de notation.

S’il fait campagne pour un homme politique qui tient ce genre de discours, il est, du point de vue de la plupart de ceux qu’il considère comme des NAÏFS MANIPULÉS, un NAÏF MANIPULÉ.

En un mot, en ce monde et depuis fort longtemps, il est bien difficile de savoir qui manipule qui et par quel moyen… À la manipulation s’ajoute un phénomène des plus étranges : l’opinion.

AUTEUR

Jean-Luc Caradeau est l’un des auteurs les plus renommés dans le domaine de l’ésotérisme et des sciences occultes. Auteur d’une trentaine d’ouvrages, il aborde presque tous les sujets en rapport avec le monde occulte et la vie spirituelle, de la radiesthésie aux anges en passant par le magnétisme, la magie, les moyens occultes de maintenir ou rétablir la santé, l’histoire, celle des sociétés initiatiques, de la Franc-Maçonnerie ou de l’ordre du Temple, car la pensée des hommes d’aujourd’hui prend sa source dans celle de ceux qui l’ont précédé. Il est également féru de symbolisme, dont la compréhension est essentielle pour ceux qui suivent les enseignements d’une société initiatique tout comme pour ceux qui désirent pratiquer la magie, l’alchimie ou les arts divinatoires.

Il a co-écrit également de nombreux autres ouvrages en collaboration avec Marie Delclos, spécialiste de l’astrologie, du tarot et de la voyance, mais aussi de tout ce qui constitue la Tradition initiatique depuis l’Egypte jusqu’aux templiers, en passant par l’ésotérisme chrétien.

Le site de Jean-Luc Caradeau : http://caradeau.chez-alice.fr

Parution : 17 octobre 2012
Nb. de pages : 224 p.
ISBN : 978-2841975846
Prix : 22 €

, , , ,

Pas de commentaire

L’ETAT-PROVIDENCE EN EUROPE. PERFORMANCE ET DUMPING SOCIAL

Mathieu LEFEBVRE et Pierre PESTIEAU
Editions Rue d’Ulm

letat-providence-en-europe1RESUME

Depuis des années, il est partout question de la crise de l’État-providence, des raisons de cette crise et des remèdes à y apporter. Malheureusement, dans ces discussions, on ne s’appuie que rarement sur de bonnes mesures de performance. Cet opuscule vise à présenter une évaluation de la performance des États-providence européens qui puisse éclairer le débat. Celui-ci permet de comparer la performance des pays de l’Europe des vingt-sept ; elle donne aussi la possibilité de tester l’hypothèse d’un éventuel dumping social ; enfin elle peut être utilisée pour mieux appréhender les raisons d’éventuels dysfonctionnements de l’État-providence en insistant sur ses objectifs premiers : la lutte contre la pauvreté et les inégalités, et la protection contre les risques majeurs de la vie.

PRESENTATION

Depuis trois décennies au moins, on parle et on écrit beaucoup à propos de la crise de l’État-providence. Certains s’en réjouissent, ceux-là même pour qui le meilleur État-providence devrait être réduit à sa portion congrue ; d’autres la déplorent, craignant la disparition de ce qui, pour eux, a fait la prospérité et la stabilité de nos sociétés. On assiste ainsi dans tous les pays européens à un vif débat sur la crise de l’État-providence, ses causes et les éventuels remèdes qu’elle appelle.

Malheureusement, ce débat se déroule le plus souvent sans s’appuyer sur de bonnes mesures de performance. L’objet de cet opuscule est précisément de présenter une évaluation de la performance des États-providence européens fondée sur la construction d’indicateurs synthétiques. Ces indicateurs mesurent le degré avec lequel chaque État-providence réalise cinq objectifs fondamentaux : la réduction des inégalités, la lutte contre la pauvreté, la réduction du chômage, la qualité de la santé et de l’éducation.

Plusieurs raisons ont présidé au développement de tels indicateurs.

D’abord, ils permettent de comparer la qualité des États-providence de façon objective. Que de fois n’entend-on pas dans tel ou tel pays de la vieille Europe justifier l’existence de structures paralysantes ou de droits acquis au nom d’une protection sociale plus performante qu’ailleurs.

Autre raison : permettre de tester la réalité du dumping social que d’aucuns brandissent le plus souvent pour pousser les gouvernements à réduire la voilure de leur protection sociale.

Enfin, ces indicateurs permettent de comparer la qualité de l’inclusion sociale dans les douze pays qui se sont ajoutés à l’Europe des quinze il y a quelques années et qui pour la plupart venaient du bloc soviétique.

Il ressort de notre analyse que les pays de la vieille Europe, et tout particulièrement l’Allemagne et la France, ont des États-providence qui sont performants, moins cependant que les pays nordiques.

TABLE DES MATIERES

1. Les données.
2. Dépenses sociales : concept, structure et évolution.
3. Les bons et les mauvais élèves de la classe UE15.
4. Dumping social ?
5. L’élargissement.
6. Faire mieux avec moins.
7. Le bien-être des personnes âgées dans l’Union européenne.

EXTRAIT

Introduction

Voici quelques brèves de comptoir que l’on pourrait entendre à Paris ou à Berlin dans un bistro populaire comme à la buvette du Parlement. Le style changerait mais pas le contenu : « Nous avons la meilleure protection sociale du monde. » « L’extension de quinze à vingt-sept pays de l’Union européenne a enlaidi notre paysage social. » « Avec l’ouverture des frontières, nos États-providence se doivent d’être moins généreux pour ne pas attirer toute la misère du monde. » « Une chasse au gaspi déterminée permettrait d’obtenir la même protection sociale avec la moitié des dépenses sociales. » Ces propos peuvent connaître de nombreuses variantes. Leurs correspondent d’ailleurs des affirmations qui en prennent le contre-pied : « Nous avons la pire protection sociale… » Il est clair que sur le sujet on entend tout et son contraire, ce qui témoigne d’absence d’étalon permettant de mesurer la qualité et la performance de la protection sociale.

L’ambition de cet opuscule est précisément de fournir une mesure de la performance des États-providence. Pour des questions de données, mais aussi parce que c’est là que nous vivons et que le débat est le plus vif, nous nous limiterons à l’Europe. Cette mesure devrait nous permettre de comparer les performances de différents pays et d’en étudier l’évolution dans le temps. Ces indicateurs de performance apportent une réponse à la question d’un éventuel dumping social et à celle de l’impact de l’extension de l’Union européenne à vingt-sept membres et bientôt davantage.

Mais d’abord qu’entendons-nous par État-providence ? (…)

Emission sur France-Culture du mercredi 12 décembre 2012

AUTEUR(S)

Mathieu Lefebvre est docteur en économie et chercheur à l’université de Liège. Il a effectué ses recherches postdoctorales à l’université de Lyon II, où il est membre du Groupe d’analyse et de théorie économique (GATE). Ses thèmes de recherches sont l’économie du travail, l’économie publique et l’économie du vieillissement.

Docteur en économie (Yale University), Pierre Pestieau a enseigné à Cornell University et à l’université de Liège, dont il est professeur émérite. Il est aussi membre du CORE (Centre for Operations Research and Econometrics de l’Université catholique de Louvain) et membre associé de l’École d’économie de Paris. Ses principaux sujets d’intérêt sont l’économie publique, l’économie de la population et la sécurité sociale. Il a notamment publié The Welfare State in the European Union (Oxford University Press, 2005).

Parution : 24 novembre 2012
Nb. de pages : 80 p.
ISBN : 978-2-7288-0484-9
Prix : 7,5 €

, , ,

Pas de commentaire

L’INTEGRALE “FEAR AGENT” : VOLUME I

Rick Remender, Tony Moore, Jérôme Opena
AKILEOS

lintegral-fear-agentScience-fiction totale. Pour les amateurs du genre, c’est le must.
Nous avons le droit ici à Re-ignition / Ma guerre / Le dernier adieu.
Le volume II devrait sortir en 2013.

RESUME

Heath Huston n’est plus qu’un minable exterminateur d’extraterrestre au bout du rouleau. Mais lorsqu’il découvre par hasard une gigantesque conspiration visant à décimer toute l’espèce humaine, il se résout à poser la bouteille et à reprendre son rôle de pacificateur… Lui, le dernier des Fear Agent.

PRESENTATION

Dans l’arrière-cour des ambassades, des accords sont passés qui permettent aux puissants de le devenir encore plus en s’appuyant sur la masse des sans-grades qu’’ils manipulent. Et il y a ceux qui marchent sur la ligne de démarcation de ces deux mondes, essayant de ne pas sombrer du côté ténébreux. Tara Chace est de ceux-là. Membre d’’une section spéciale des services secrets, elle entre en scène en dernier recours pour faire le sale boulot…

Parution : 6 décembre 2012
Nb. de pages : 352 p.
ISBN : 978-2355741227
Prix : 29,50 €

lintegral-fear-agent-2

, , , , , , , ,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.