Archive pour mai 2012

POPEYBOY Ø.1

Joël Cimarrón
Les éditions de KARIBenCYLA

popeyboyPremier chapitre de la série PopeyBoy. Un classique revisité dans un format étonnant.
Petit détail de l’éditeur : l’ouvrage est imprimé sur du papier munken. Le rendu est qualitatif, le papier est léger et très agréable au touché. Classieux !
Nous avons apprécié cet album, euh ce Flip Book, et le site web de l’éditeur qui partage le travail créatif avec ses lecteurs.
Nous aimons !


RESUME

La bande-dessinée est centrée sur la jeunesse supposée de Popeye. Adolescent, il a sillonné les mers pour séduire la belle Olive, défié les monstres marins et affronté des géants pour le compte de Boucles Noires le forban.
Défiant les monstres marins et affrontant les géants, PopeyBoy impressionnera très vite Olive, mais perdra un peu de lui-même à chacune de ses missions.
Au verso, le mode d’emploi pour apprendre et s’entraîner à lire de la BD animée sur folioscope (flip book). Bonus: un petit exercice d’animation.

VIDEO


PopeyBoy le manga animé sur flipbook par Joel_Cimarron

Nb. de pages : 128 p.
Parution : 14 mai 2012
ISBN : 978-2953434354
Prix : 5,50 €

, , ,

Pas de commentaire

MA PETITE CUISINE JAPONAISE

Laure Kié
Marabout

ma-petite-cuisine-japonaiseDes recettes originales qui vous emporteront dans un voyage gustatif sans précédent !

PRESENTATION

Un savoureux mélange de la cuisine traditionnelle Japonaise avec la cuisine du sud de la France, cette nouvelle cuisine multiculturelle gagne à se faire connaître… Les recettes sont à la fois saines et délicieuses et elles vous amèneront à découvrir des goûts inédits… Vous allez épatez vos amis !
Laure Kié nous fait découvrir ce savoureux mélange de culture grâce aux nombreuses recettes à élaborer : Gaspacho aux algues, cake miso aux olives, pommes de terre au saké…. Une centaine de recettes faciles à réaliser avec des explications pas à pas et un guide des ingrédients asiatiques.

L’AUTEUR

Laure Kié est de mère Japonaise et de père Français. Elle a baignée toute son enfance dans la cuisine traditionnelle japonaise et française. Grâce à son mari d’origine provençale, elle a découvert les goûts et le couleurs de la méditerranée.
Depuis, elle est passionnée de cuisine et sillonne l’Asie à la recherche de nouvelles saveurs.
Vivant aujourd’hui en France, elle a su trouver l’harmonie et l’équilibre de ces différentes influences par un mélange subtil et intelligent. Ses expériences de vie au Japon, notamment dans des fermes traditionnelles de l’archipel ainsi que sur les bords de la Méditerranée. continuent de l’inspirer et de lui donner le goût d’une cuisine naturelle et inventive.

Parution : 13 mai 2009
Nb. de pages : 192 p.
ISBN : 978-2501061780
Prix : 15,90 €

, , , , ,

Pas de commentaire

OSEZ 20 HISTOIRES DE VAMPIRES ET DE SEXE

Octavie Delvaux, Mélanie Muller, Frédéric Chaix et Vincent Rieussec
La Musardine

osez-20-histoires-de-vampires-et-de-sexe1Sang et sexe. Romantisme et sensualisme tragique. 20 nouvelles sang pour sang érotiques…

PRESENTATION

Le vampire n’est pas seulement un monstre assoiffé de sang :  c’est aussi un héros romantique au charme trouble. L’histoire du cinéma et de la littérature l’ont montré, et la collection « Osez 20 histoires » est bien résolue à apporter sa pierre à la célébration de la sensualité vampirique. Du mystérieux vampire qui séduit ses proies sur Facebook au vampire utilisé comme esclave sexuel par une famille de nobles au dix-huitième siècle, en passant par la veuve noire, vampire femelle à tendance domina, les variétés les plus exotiques de vampires obsédés sont au rendez-vous de ce recueil pour vous faire trembler de peur… et de plaisir !

Parution : 16 février 2012
Nb. de pages : 247 p.
ISBN : 978-2842715397
Prix : 8,20 €

, , , , ,

Pas de commentaire

LE PASSAGE DES LUMIERES - ESPOIRS, EPISODE 1

CUENCA Catherine et B. Raphaël
Gulf Stream Éditeur

le-passage-des-lumieresUne série entre XXIe siècle et Révolution française, entre passion et raison.

RESUME

Zélie, une collégienne dont son historien d’oncle a fait une incroyable découverte, se retrouve coincée au 18e siècle après avoir pénétré dans une grotte pour le moins mystérieuse. En pleine période révolutionnaire, elle rencontre le père Joseph, Albine la bonne, Fanchon la petite malade et surtout Léandre, qui va enflammer son cœur. Mais ce n’est pas facile de se faire passer pour une jeune fille respectable quand on est habituée au jean - sweat-shirt et aux baskets, qu’on a la langue bien pendue et des idées modernes ! Un mois au 18e que Zélie n’est pas prête d’oublier et qui lui donne envie dès son retour de replonger dans le passé, aussi vite que possible…

PRESENTATION

28 avril, un soir de pleine lune. Il fait presque nuit quand Zélie se rend au lieu de rendez-vous que lui a fixé son oncle Fred, un doux-dingue féru d’histoire persuadé d’avoir fait une découverte incroyable : une grotte cachée dans le jardin d’une maison en ruine, une grotte secrète rendant possible les voyages dans le temps ! Sceptique mais néanmoins intriguée, Zélie attend donc son oncle qui ne se montre toujours pas. Lasse d’attendre, Zélie se met en tête d’explorer la fameuse grotte, une lampe de poche à la main. Pas d’oncle Fred à l’intérieur. Bien décidée à rentrer chez elle, Zélie rebrousse chemin. A l’extérieur, stupeur : la maison n’est plus en ruines, de la fumée sort même de la cheminée et de la lumière provient de l’intérieur…! En face d’elle, le propriétaire de la maison, le père Joseph Aubry qui lui confirme l’impensable : Zélie est bel et bien en 1789 !

L’AUTEUR

Catherine CUENCA est diplômée d’Histoire et auteur de romans historiques pour la jeunesse. La Guerre des ombres, éd. Flammarion Castor Poche (2010), a obtenu le prix du roman historique jeunesse de Blois en 2010. Catherine Cuenca a également publié chez Oskar et Hachette jeunesse. Elle habite à Mons, dans la région lyonnaise.

Parution : 26 janvier 2012
Nb. de pages : 190 p.
ISBN : 978-2354881474
Prix : 12,30 €

, , ,

Pas de commentaire

LA CONTROVERSE LEARNING LAS VEGAS

VALERY DIDELON
Mardaga

la-controverse-learning-las-vegasSi Learning from Las Vegas de Denise Scott Brown et Robert Venturi est aujourd’hui un classique des théories architecturales et urbaines, il fut pendant près de vingt ans l’objet d’une controverse sans précédent. Valéry Didelon en retrace l’histoire passionnée, revenant à la fois sur la rédaction et la réception de ce manifeste qui marque la naissance du postmodernisme.

PRESENTATION

La publication par les architectes américains Robert Venturi et Denise Scott Brown de Learning from Las Vegas, d’abord sous forme d’articles puis de livre, a entrainé à partir de 1968 une controverse sans équivalent dans l’histoire moderne de l’architecture. L’historien Stanislaus von Moos a parlé à ce propos d’« une polarisation de pratiquement l’ensemble du champ architectural — et pas seulement en Amérique — entre les opposants et les sympathisants des supposées ou réelles positions des Venturi. »
En revenant sur les nombreux arguments mobilisés alors par les architectes, les critiques et les universitaires, et en observant la dynamique des débats sur une durée de vingt ans, Valéry Didelon éclaire ici d’un jour nouveau l’émergence du postmodernisme en architecture, mouvement culturel dont Learning from Las Vegas allait devenir à tort ou à raison l’un des principaux manifestes.
L’auteur montre aussi comment l’ouvrage des Venturi a inauguré un nouveau genre de livre d’architecte, le manifeste rétroactif, qui s’est depuis imposé notamment grâce à Rem Koolhaas.

LU DANS LA PRESSE

L’ouvrage de Valéry Didelon marque un jalon significatif dans l’historiographie de la controverse qui s’est développée autour du célèbre ouvrage de Robert Venturi, Denise Scott Brown et Steve Izenour, Learning from Las Vegas [1]. L’auteur y retrace cette controverse dans toute sa vitalité durant plus de vingt ans (de 1968 aux années 1990) et, à travers ses interprétations diverses, esquisse une histoire de la critique architecturale. Évitant de donner une lecture univoque des événements autour de l’ouvrage des Venturi, il tente d’en décrypter les enjeux idéologiques. Il clarifie ainsi non seulement le rôle et la position des auteurs dans l’émergence et le développement du postmodernisme en architecture mais, au travers de cette véritable « anatomie » [2], s’efforce d’en élucider les fondements conceptuels pour finalement, dans sa conclusion, nous inviter à « renouveler notre regard sur cette période » et poursuivre « un débat controversé sur la révision du postmodernisme ». (…)
(Lu dans Metropolitiques.eu)

Nb. de pages : 256 p.
Parution : 13 octobre 2011
ISBN : 978-2804700843
Prix : 32 €

, , ,

Pas de commentaire

PARIS MUTUELS

Jean-Marie Laclavetine
ELB / Editions La Branche

paris_mutuels_01Il y a un peu de Brassens dans cette histoire : une jolie vache déguisée en fleur mène par le bout du cœur Vincent, qui accueille les mauvais tours des femmes comme autant de fatalités.
Mais il y a ceci de fascinant : en Vincent sommeille une mesquinerie aussi puissante que sa candeur. Et un jour, il se venge. Tous scrupules évacués. Et c’est tout simplement jouissif.

PRESENTATION

On ne choisit pas ses enfants. On ne choisit pas non plus vraiment sa femme. On ne choisit pas grand-chose quand on est Vincent. Sauf sa revanche.
Ce jour-là, Vincent pense avoir gagné le pactole : en misant tout sur Vendredi 13, un canasson qui porte bien son nom, il gagne une petite fortune mais aussi le cœur d’une éblouissante inconnue, Léa.
« Je l’ai rencontrée alors qu’elle avait à peine plus de trente ans. Il lui a fallu six mois pour tordre ma vie dans un sens déplorable, un an pour me faire arrêter à sa place (elle était enceinte, la pauvre), et huit ou dix mois supplémentaires pour me présenter Violette à ma sortie de prison. Ma première prison, ma première fille. »
Et Vincent est loin d’avoir touché le fond.

JEAN-MARIE LACLAVETINE EN PARLE

« Vincent, c’est un peu ce genre d’individu : Désespérément immature, scandaleusement naïf, nul en affaires et mauvais en amour, sans pour autant avoir l’excuse de la bonté ou de la distraction. Il n’y a pas de quoi se vanter d’avoir donné vie à un être aussi lamentable, dont on pourrait se demander s’il est vraiment issu d’une civilisation supérieure. Pourtant, que voulez-vous, j’ai de l’affection pour lui. Je n’essaierai pas de justifier ses comportements, d’excuser ses erreurs. Mais tout de même, s’il n’avait pas rencontré Léa, un jour funeste sur un champ de course, sa vie aurait pu prendre un tour plus acceptable. Il y a eu Léa, et avec elle sont arrivés les malheurs dont je raconte l’enchaînement fatal dans Paris mutuels. J’ai écrit ce livre pour l’édification des masses, afin de montrer où peuvent mener les excès de l’amour et les tentations du vice. Puissent les générations futures être épargnées par ces deux fléaux. »

LU DANS LA PRESSE

Une histoire délicieusement amorale, que le lecteur observe avec complicité et grand plaisir.
(De Claude Le Nocher - www.action-suspense.over-blog.com)

Il style puissant, toujours percutant, parfois truculent.
(De Catherine Merveilleux - www.lejouretlanuit.net)

paris_mutuels_03L’AUTEUR

Né en 1954, Jean-Marie Laclavetine est écrivain et membre du comité de lecture des Éditions Gallimard depuis 1989. Auteur d’une vingtaine de livres, il a obtenu le Grand Prix de la Nouvelle de l’Académie Française pour Le Rouge et le Blanc, le Prix Goncourt des lycéens en 1999 pour Première ligne et le Prix du Roman historique de Blois pour Nous voilà (Gallimard, 2009).

Parution : 7 mai 2012
Nombre de pages : 152 p.
ISBN : 978-2353060511
Prix : 15 €

, ,

Pas de commentaire

LES GRATTE-CIEL DU MIDWEST

JOSHUA COTTER
Ca et Là

les-gratte-ciel-du-midwestUn OVNI que l’on découvre pour en apprécier la poésie.

PRESENTATION

Les Gratte-Ciel du Midwest est roman graphique singulier, un projet artistique semi-autobiographique, ancré à la fois dans la réalité et dans l’imaginaire d’un jeune garçon de dix ans, que l’on imagine être l’auteur.
Au fil des 288 pages que composent cette histoire, Joshua Cotter décrit l’univers mental tourmentée de son alter-ego et le quotidien de sa vie de jeune pré-ado vivant au fin fond du Middle West, le cœur de l’Amérique rurale. Un enfant mal dans sa peau, un peu trop gros, rejeté par ses camarades de classe et qui se réfugie dans un monde imaginaire peuplé de robots.
L’auteur utilise une iconographie foisonnante et des symboles récurrents tout au long du livre, savant mélange de scènes de la vie quotidienne, d’imagerie religieuse, de faux courriers de lecteurs ou de pastiches de publicités, le tout étant inextricablement lié.
Le jeune personnage principal, qui n’est jamais nommé, présente tous les symptômes du mal-être propre à de nombreux ados, mais de façon particulièrement exacerbée, il traverse des événements de sa vie (décès de sa grand-mère, baptême, dénigrement de la part de son entourage) comme un fantôme. On décèle les marques d’une dépression infantile, tempérée par les relations parfois conflictuelles mais également empreintes d’une certaine tendresse avec son jeune frère, Jeffrey.
Les Gratte-Ciel du Midwest est un livre unique qui marquera durablement les lecteurs qui sauront en trouver les clés de lecture.

Skyscrapers from the Midwest a reçu de nombreuses nominations pour des prix prestigieux : Ignatz Awards 2005, Eisner Awards 2007 et 2009, Harvey Awards 2009.

LA PRESSE EN PARLE

L’un des meilleurs romans graphiques de la décennie
(Books)

Un roman graphique d’une grande densité humaine et onirique
(Page des libraires)

Dans Calvin et Hobbes, la célèbre BD de Bill Watterson, Calvin, un gamin, passe ses après-midi à jouer avec un tigre en peluche qu’il considère comme vivant. Ensemble, ils vivent de grandes aventures épiques. Joshua Cotter reprend la même idée dans les Gratte-ciel du Midwest…
Sauf que si la vie n’est que bonheur (et volupté du lecteur dominical) dans Calvin et Hobbes, Cotter décrit quant à lui un garçon un peu enrobé (son alter ego), triste et maltraité par ses camarades au fin fond de l’Amérique rurale. Son jouet fétiche est Nova furtif, un robot, dont il aimerait bien qu’il vienne le défendre et écraser la tête du capitaine de l’équipe de foot, qui ne le sélectionne pas.
(De Quentin Girard - Libération du 26 janvier 2012)

L’AUTEUR

Joshua Cotter est né en 1977 quelque part dans le fin fond du Missouri. Il a grandi dans la ferme de ses parents, à 3 km de Barnard, village de 234 habitants. Il suit un cursus artistique au Art Institue de Kansas City, puis devient designers d’auto-collant avant de se lancer dans l’illustration pour des journaux alternatifs locaux, puis et de créer un strip pour le Kansas City Star. En 2000 il commence à publier des mini comics. En 2003, il débute Skyscrapers from the Midwest sous forme de fanzine et remporte le Isotope Award. L’éditeur AdHouse Books lui propose ensuite de publier le livre, qui sortira en quatre volumes, entre 2004 et 2007, puis le recueil en 2008.

Parution : 15 novembre 2011
Nombre de pages : 282 p.
ISBN : 978-2916207636
Prix : 22 €

les-gratte-ciel-du-midwest01

les-gratte-ciel-du-midwest02

les-gratte-ciel-du-midwest03

les-gratte-ciel-du-midwest04

, ,

Pas de commentaire

LE DERNIER TABOU

Denis Demonpion et Laurent Léger
Editions Pygmalion

le_dernier_tabou_01Il s’agit d’un principe : tous les présidents de la Ve république ont menti depuis Pompidou. Ce livre contient de nombreuses révélations : le cancer de Balladur, qu’il aurait rendu public s’il avait été président ; comment la proposition de réforme a été écartée par Chirac, par Sarkozy puis par Balladur dans le Comité de réforme constitutionnelle ; Sarkozy prend des médicaments non homologués, etc.

PRESENTATION

La main sur le cœur, les présidents de la République se sont toujours engagés à être transparents sur leur état de santé pendant leur mandat. Pourtant, ils ont tous, le moment venu, expédié cette promesse aux oubliettes.
Georges Pompidou répétait qu’il avait la « grippe », alors qu’il se mourait d’une leucémie. Valéry Giscard d’Estaing s’est abstenu de publier des bulletins de santé. Quant à ceux de François Mitterrand, ils étaient tous mensongers. Après son accident vasculaire cérébral, Jacques Chirac laissa croire qu’il s’agissait seulement d’un petit « pépin »… Nicolas Sarkozy, lui, avait promis qu’il ferait de son médecin une « vedette » : il n’en a rien été.
Aucun n’a voulu instaurer des procédures claires qui pourraient remettre en cause les capacités du chef de l’État à présider, chose nécessaire dans une démocratie digne de ce nom.
Or le président tient le destin des Français entre ses mains. S’il s’exonère de rendre des comptes publiquement sur une question aussi vitale que sa santé, doit-on lui accorder notre confiance ?
C’est, en somme, à l’un des grands tabous politiques que s’attaque ce livre, dont les nombreuses révélations ne peuvent qu’interpeller et, surtout… inquiéter.

LU DANS LA PRESSE

C’est un des secrets les mieux gardés de la République ! Depuis toujours, le bulletin de santé du chef de l’Etat fait l’objet de toutes les manipulations. Différé, édulcoré ou carrément mensonger, il ne renseigne en rien sur l’état de forme réel du président, comme l’ont montré en leur temps Georges Pompidou et François Mitterrand.
Dans un livre édifiant à paraître cette semaine, les journalistes Denis Demonpion et Laurent Léger explorent ce monde opaque où le secret médical et la raison d’Etat se mêlent.
(De Matthieu Croissandeau - Le Parisien)

La santé des chefs de l’Etat reste un sujet tabou, malgré de nombreuses promesses de transparence. Pendant deux ans, Denis Demonpion et Laurent Léger ont enquêté sur la santé des présidents.
(De Pauline Fréour - www.sante.lefigaro.fr)

Ce livre pointe donc les mensonges à répétition des Présidents et de leur entourage. Il fourmille de révélations et d’anecdotes effrayantes (…)
L’ouvrage jette également une lumière disgracieuse sur les âpres batailles qui se jouent en coulisse, entre médecins et familles, secret médical plus ou moins poreux et stratégie d’évitement de la presse.
(De David Delos - TV5 Monde « Coup de pouce pour la planète »)

le_dernier_tabou_02LES AUTEURS

Denis Demonpion est rédacteur en chef au Nouvel Observateur, Laurent Léger, grand reporter à Charlie Hebdo. Ensemble, ils ont publié Cécilia, la face cachée de l’ex-Première dame, et Tapie-Sarkozy, les clefs du scandale, deux livres édités par Pygmalion.

Parution : 11 avril 2012
Nombre de pages : 320 p.
ISBN : 978-2756405780
Prix : 19,90 €

, , , , , , , , ,

Pas de commentaire

LA DISTRACTION DES GARES

Monique Debruxelles
Rue des Promenades

la-distraction-des-garesDes trains, des promenades, une fabrique, une péniche, un carnet, des coquelicots, une esthéticienne, des boucs émissaires, un navarin d’agneau, une poule, ces réalités de la vie ordinaire saturent les histoires que raconte Monique Debruxelles. Mais leur apparente banalité est trompeuse. Au détour d’un mot, on est déjà ailleurs. Les repères anciens ne fonctionnent plus, attention, territoires inconnus.

PRESENTATION

La Distraction des gares est un fantastique recueil de nouvelles fantastiques. On y visite une foire aux seins et on s’y débarrasse de ses tics. On y croise des trains, une fabrique, une péniche, une esthéticienne, des boucs émissaires, on y déguste un navarin d’agneau et une poule. Mais l’apparente banalité de ces réalités ordinaires est trompeuse. Au détour d’un mot, on est déjà ailleurs. Les repères anciens ne fonctionnent plus, attention, territoires inconnus.
Fille d’un porteur d’eau du quinzième siècle souffrant d’aquaphobie et d’une mère un peu moins célèbre, Monique Debruxelles a d’abord envisagé une carrière de vendeuse d’hippopotames à la sauvette place des Vosges, avant de choisir la profession moins risquée de fileuse de bas de soie. Après l’abandon de cette jolie matière au profit du nylon, elle est devenue raconteuse d’histoires, par écrit, par souci d’économiser sa voix. Elle a publié un recueil de nouvelles, Délit de vagabondage, paru chez Littera et un livre pour enfants, Les pantoufles aux sept songes, chez le même éditeur. Ses poèmes sont sortis chez Ficelle et des nouvelles de sa plume ont paru dans les revues le Billard égaré, le Pêcheur d’ombre, Brèves, Décharge, la Nef du fou et le Horla. Elle a participé, pour la partie textes, à des livres de photographies de Claude Jacquot (Laon, Bord de mer, Sous les galets).
Comme le joueur de poker professionnel Ludovic Lacay, Julos Menez est né en 1985 dans la petite ville de Cornebarrieu, dans le département de la Haute-Garonne. Très tôt déscolarisé, il travaille avec son oncle Miguel comme maraîcher. En 1999 il effectue son premier voyage au Pérou, où sa visite du Machu Picchu transformera définitivement sa vie. Dès lors, il ne cessera de s’investir. C’est par le dessin que Julos nous offre sa proposition de l’existence basée sur l’idée de la « ligne d’effondrement » issue de la théorie des équilibres tensio-actifs. Il développe un style graphique qui peut être appréhendé comme la martingale ultime face aux terrifiants vertiges du quotidien. Julos est aussi père de cinq enfants qu’il élève avec sa femme Inguill.

EXTRAIT

Au soir sanguinaire
Apulée avait deux yeux dissemblables, l’un doux comme celui d’un bœuf, l’autre ombrageux, courroucé, un œil de proviseur en quête d’un coupable. C’était pourtant un homme tout d’un bloc, qui n’aimait pas faire les choses à moitié, mais en examinant son visage, on ne l’aurait pas cru.
Il avait échoué quelques mois plus tôt dans le ventre du Canistrelli, un cargo hors d’âge, hors d’usage, qui s’écoutait mourir dans la vase d’un port oublié. C’était là qu’Apulée logeait, parmi d’autres paumés dans son genre, anciens taulards, paillards en décrépitude ou malchanceux chroniques.
Apulée bénéficiait d’une cabine individuelle qu’il jugeait fonctionnelle, cosy, de loin ce qu’il avait connu de plus luxueux jusqu’alors. Les étagères du placard étaient assez vastes pour le peu qu’il possédait : ses quelques vêtements ; l’harmonica dont il jouait souvent à la tombée du jour pour ennuyer ses compagnons ; une dizaine de livres qu’il n’avait pas lus, mais dont les couvertures lui avaient tapé dans l’œil – le plus doux des deux − et un bocal au fond duquel tournait sans fin Igor, le prince des lézards, son seul ami sur terre. Son hublot donnait sur le large, sur le bleu infini. Apulée se plaisait à bord. De sa couchette, il
pouvait admirer la mer ; sur le pont, il contemplait le ciel et la ville, au loin ; et descendu sur le quai, il emplissait ses yeux, le tendre comme l’ombrageux, de la vue de son asile, le Canistrelli, et de ses séduisantes plaies. Par nuit calme, on pouvait entendre la rouille grignoter chaque partie du cargo. Le lendemain, on constatait l’avancée des ravages.
Oui, Apulée aimait le Canistrelli. Quelques années plus tôt, il avait vécu dans une prison désaffectée. « Maison d’arrêt de Grain-les-Bois », lisait-on au-dessus d’un immense portail dont il ne restait qu’un vantail branlant, rongé par les termites. Il y avait passé trois ans, une peine que pourtant nul juge n’avait prononcée contre lui. Il s’y était plu, presque autant que sur le cargo. Les portes qui ne feraient plus, les anciennes grilles, entassées au milieu de la cour, qu’il fallait contourner pour entrer ou pour sortir, tout donnait une impression de totale liberté. Des herbes et des fleurs envahissaient l’espace, de jeunes arbres poussaient vigoureusement les murs, des chats jouaient à « un, deux, trois, soleil » dans les cellules. Ses compagnons de squat trouvaient l’isolement insupportable. De fait, la ville était à plusieurs kilomètres, mais ça ne gênait pas Apulée. Le lieu avait un tel charme qu’il lui était difficile d’imaginer entre ces murs des prisonniers en détresse.

Parution : 6 octobre 2011
ISBN : 978-2918804321
Prix : 12 €

, ,

Pas de commentaire

LES SCHEMAS DE SIMILITUDE DE FORME ET DE MULTIREFLEXOLOGIE EN DIEN CHAN - SE SOIGNER SOI-MEME ET DEVENIR THERAPEUTE EN PEU DE TEMPS

Bùi Quôc Châu
Les Editions Grancher

schema-et-similitude-de-forme2PRESENTATION

Le Dien Can est une technique multiréflexologique vietnamienne créée il y a 30 ans par le professeur Bùi Quoc Châu. Elle est efficace et peut s’appliquer facilement.
Cette technique thérapeutique grâce à laquelle on atteint, de façon quasi immédiate, un soulagement des douleurs aiguës dans le traitement de problèmes neurologiques, de peau, du système digestif, circulatoire, de troubles urologiques, rhumatologiques, peut aussi avoir des effets excellents dans le traitement de pathologies musculaires et articulaires, de torticolis, de crampes, de lumbagos, de sciatiques, maux de tête, insomnie… !
La similitude de forme est la théorie de base du Dien Chan : des organes qui se ressemblent ont des certitudes de connections et d’influences entre eux.
Par exemple le rein est en résonance avec l’oreille et une action sur cette dernière aura une répercussion sur le système urinaire.
Grâce à des illustrations claires, le lecteur pourra appliquer rapidement cette théorie sur lui-même ou ses proches, pour les maux quotidiens ou plus chroniques.

L’AUTEUR

Le Pr Bùi Quôc Châu est le fondateur et l’initiateur de cette méthode vietnamienne mise au point il y a 25 ans. Il organise de nombreuses formations partout dans le monde et forme lui-même les praticiens. Il est l’auteur, aux Editions Grancher, de ABC du Dien Chan.

Parution : 12 octobre 2011
Nombre de pages : 132 p.
ISBN : 978-2733911549
Prix : 20,30 €

, , ,

Pas de commentaire

SAUVER LA SANTE - UN MEDECIN DU PRIVE AU CHEVET DU PUBLIC

Christian Le Dorze
Editions Le Cherche Midi

le_patient_francais_01Une question essentielle. Un sujet de société. Le XXème siècle se meurt avec retard. Nietzsche aurait-il raison ? Faudra-t-il être au bord du gouffre pour réagir ?

PRESENTATION

Hier encore, le monde enviait le système de santé français. Aujourd’hui, il est au bord du collapsus ! Inégalités d’accès aux soins, patients qui renoncent à se faire soigner, déserts médicaux, médecins désenchantés, personnels soignants épuisés, des millions de journées de RTT accumulées à régler, un trou de la Sécurité sociale abyssal, des hôpitaux publics dans le rouge, certains même déjà placés sous tutelle ! Enfin une suspicion vis-à-vis de l’institution due à son opacité, au manque d’information et aux scandales à répétition, du Médiator aux prothèses PIP… Que dire de la responsabilité des usagers et des professionnels de santé, de la négligence des élus locaux et de l’absence de contrôle de l’Etat ?
Demain, si l’on ne fait rien, de nombreux établissements de soins fermeront leurs portes. Des milliers de personnes perdront leur emploi et notre système de santé ne sera plus qu’une douce utopie qui n’aura duré qu’un temps. Existe-t-il un moyen de s’en sortir ? Oui, répond le docteur Christian Le Dorze dans ce livre, réquisitoire sans complaisance mais aussi plaidoyer vibrant d’espoir. Il n’est pas trop tard pour redresser la barre. Il est juste temps.

LU DANS LA PRESSE

Christian Le Dorze dresse un inventaire peu reluisant du système de santé français dans ce livre. Le monde enviait notre système. Aujourd’hui les dysfonctionnements sont nombreux et les inégalités se creusent. Mais il est encore temps d’inverser la tendance. Un livre passionnant.
(De Nicolas Leclercq - La Sambre)

Un bilan qui fait mal, très mal, sur cette France de la santé que le monde nous enviait, il y a peu encore. (Le Docteur Christian Le Dorze) s’attèle au sujet et ne cache rien d’une situation absolument catastrophique.
Dans ce livre (…) il dépeint un avenir sombre si des mesures drastiques ne sont pas prises rapidement. (Mais), également, il ouvre des perspectives optimistes si l’alerte est écoutée.
(De Gracianne Hastoy - www.critica.fr)

Ces 200 pages, publiées en pleine campagne avec l’espoir d’éveiller l’intérêt des candidats pour la santé, sont “le récit (d’un) voyage personnel depuis plus de trente ans dans les méandres de notre système de santé”, lit-on en préambule. A la fois manager et médecin, le Dr Le Dorze livre sa recette pour sauver un système “au bord du collapsus”.
(De Delphine Chardon - Le Quotidien du Médecin)

le_patient_francais_02L’AUTEUR

Le Docteur Christian Le Dorze est depuis 2006 président et cofondateur de Vitalia, deuxième groupe privé d’hospitalisation en France avec 50 cliniques. Il a été cancérologue durant 15 ans, puis président d’un syndicat national de médecins.

Parution : 29 mars 2012
Nombre de pages : 215 p.
ISBN : 978-2749118895
Prix : 18 €

, , ,

Pas de commentaire

LE RESCAPE ET L’EXILE

Stéphane Hessel et Elias Sanbar
Don Quichotte Editions

le_refugie_et_l_exile_01Une découverte. Un rappel ou un éclairage sur une situation complexe. Cet ouvrage ne laisse pas indifférent et donne à réfléchir.

PRESENTATION

Que peut-on dire de nouveau sur un conflit de plus de cinquante ans, dont les paramètres de solution sont aujourd’hui connus par la communauté internationale ? MM. Hessel et Sanbar se sont accordés sur une démarche originale : retracer et analyser le cours des événements qui ont conduit à l’actuelle impasse et s’interroger sur le rapport entre légalité internationale et justice historique. Tous deux reviennent, au cours de leur échange, et dans le même souci de combiner témoignages et réflexions, sur les grandes dates du conflit.
Elias Sanbar, né à Haïfa en 1947, s’est aussitôt retrouvé sur les routes de l’exil. Il parle du sentiment d’incompréhension et d’injustice qu’il partage avec son peuple. Stéphane Hessel, ancien résistant et déporté à Buchenwald, était diplomate à l’ONU lors de la création d’Israël, à laquelle il était favorable. Il avoue avoir des réserves depuis la guerre des Six Jours, où Israël ne peut plus justifier ses attaques par la légitime défense. Il pointe du doigt l’impunité du pays qui, en continuant la colonisation malgré les traités de paix, se place dans l’illégalité par rapport au droit international. Plus tard, ce sont ses liens avec des oligarchies financières du monde entier qui l’indignent.
En analysant les causes du conflit et les éléments qui ont empêché les négociations d’aboutir, MM. Hessel et Sanbar parviennent encore à trouver des raisons d’espérer. Sur la possibilité même d’un État palestinien, ils posent comme préalable le retrait des colonies en Cisjordanie. Ils préconisent de former une région forte, où Israël et la future Palestine pourraient vivre ensemble sereinement.
Stéphane Hessel, lui, en appelle au réveil du peuple israélien, dans la lignée du printemps arabe. Les auteurs finissent par sortir le conflit de son caractère exceptionnel de bataille pour une terre sainte, trop lourd à porter, et prônent un retour à la banalité, condition sine qua non de la fin de l’impunité israélienne.

Hommes de culture, férus de poésie et de musique, Stéphane Hessel et Elias Sanbar débordent aussi dans ce livre le cadre strictement politique de la question palestinienne et du conflit israélo-arabe pour proposer une vision humaniste de l’avenir qui exige, au-delà de la conclusion d’un traité de paix, une véritable réconciliation entre Palestiniens et Israéliens, et plus généralement entre Juifs et Arabes.

LA PRESSE EN PARLE

Le dialogue est précis, fouillé, profond dans l’analyse et la réflexion. Parfois très spécialisé mais jamais lassant (…) C’est la grande force des entretiens que de permettre au lecteur de se laisser entraîner sur des chemins traversiers. Pour s’ouvrir à d’autres voies. A d’autres voix. Et revenir, au final, à la croisée des pensées.
(D’Olivier Quélier - www.book.emissaire.over-blog.com)

Ils devisent sur la situation entre Israël et la Palestine. Les deux en appellent vivement à la paix durable (…) On le recommandera pour son aspect didactique, destiné à ceux qui ne sont pas familiers des enjeux historiques.
(De Sylvain Champagne - www.culturehebdo.com)

Sorte de récit à deux voix d’un même passé, celui du conflit israélo-palestinien, vécu du point de vue des réfugiés par l’un et du point de vue de l’ONU par l’autre.
(De Marc Voinchet - France Culture)

Emission sur France-Info du lundi 12 mars 2012.

le_refugie_et_l_exile_021LES AUTEURS

Ambassadeur de France, corédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme, Stéphane Hessel est notamment l’auteur du célèbre Indignez-vous !. Il a été le chef de la coopération technique au Quai d’Orsay.

Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine auprès de l’Unesco, a participé aux négociations de paix israélo-palestiniennes. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la Palestine et négociateur et animateur de la Revue d’études palestiniennes aux éditions de Minuit. Il est aussi négociateur aux pourparlers bilatéraux et multilatéraux de paix, et chef de la délégation palestinienne aux négociations sur la question des réfugiés.

Parution : 1 mars 2012
Nombre de pages : 288 p.
ISBN : 978-2359490596
Prix : 16,20 €

, , , , , , ,

Pas de commentaire

LE SANG DU SUAIRE

Sam Christer
Traduit de l’anglais par Véronique Gourdon
Micro Application Editions

le_sang_du_suaire_01Après le succès des Héritiers de Stonehenge, Sam Christer s’attaque ici à l’un des plus grands mystères religieux de notre temps : le Suaire de Turin. L’auteur nous délivre sa propre interprétation de cette énigme dans un thriller extrêmement bien documenté, rempli de péripéties et de rebondissements qui s’enchaînent à un rythme effréné.

RESUME

Le Suaire de Turin est l’icône religieuse la plus controversée au monde. D’où vient-il ? De quand date-t-il ? L’empreinte de ce corps martyrisé est-elle celle du corps du Christ ? C’est à ces questions que vont être confrontés deux inspecteurs américains. Lancés à la poursuite d’un tueur en série qui enveloppe ses victimes d’un fin linceul blanc, leur enquête va les mener de Los Angeles jusqu’au Vatican. Mais leurs découvertes risquent d’ébranler les fondements même de la chrétienté… Le Sang du Suaire est un roman extrêmement bien documenté, riche de péripéties et de multiples rebondissements qui s’enchaînent à un rythme effréné.

PRESENTATION

Une femme est assassinée dans sa somptueuse villa de Berverly Hills à Los Angeles, et son corps atrocement mutilé retrouvé sur la plage. Son meurtrier est John James, un jeune homme aux cheveux bruns et au teint olivâtre, surnommé Face de poisson par ses collègues de travail. Il observe les femmes, choisit ses proies, les pourchasse et les tue en murmurant l’incantation : Dominus vobiscum, Dieu le veut. Il pratique aussi d’étranges et inquiétants rituels : il se taillade à l’aide d’un rasoir avant d’envelopper son corps nu et ensanglanté dans un fin tissu blanc.
Les inspecteurs Nic Karakandez et Mitzi Fallon découvrent rapidement que la victime est Tamara Jacobs, une scénariste qui travaillait sur un film intitulé Le Suaire. Leur enquête va les conduire à Turin, où Tamara avait établi des contacts avec des chercheurs, puis au Vatican. La fin de son film reste introuvable, mais il s’avère quelle était sur le point d’apporter des preuves tangibles, telles que des tests ADN, sur l’inauthenticité du suaire de Turin.
Qui aurait intérêt à étouffer ces révélations et pour quelles raisons ? Quel mystère recèle le Saint-Suaire ?

LU DANS LA PRESSE

Entre histoire et mystère…, “Le sang du suaire” entraîne le lecteur dans un tourbillon d’aventures que l’on peut qualifier de palpitantes.
Chaque geste est précis, chaque mot tombe juste. Pas de longueur inutile pour ce roman qui va à l’essentiel.
Un thriller qui mêle le religieux et l’ésotérique. Sam Christer signe un roman (…) envoûtant où la spiritualité, l’Histoire et le suspense se mêlent à merveille.
(De David Assolen - www.ecolesjuives.fr)

Avec “Le sang du Suaire”, Sam Christer commet un livre qui contient tous les ingrédients que recherchent les amateurs de romans policiers. Et il brouille sciemment les pistes pour retarder l’heure du dévoilement.
(De Sylvain Champagne - www.culturehebdo.com)

L’originalité de l’intrigue, et la façon dont elle est conduite font de ce livre, pour moi, un excellent moment de lecture, et m’apporte sur le sujet beaucoup d’éléments grâce à une documentation qui me semble fouillée.
(Sur www.babelio.com)

le_sang_du_suaire_02L’AUTEUR

Sam Christer, de son vrai nom Michael Morley, né à Moss Side, en Angleterre. Orphelin de naissance, il est élevé dans des orphelinats et des familles d’accueil. Adopté à l’âge de neuf ans, il a vécu dans le Nord de Manchester. En janvier 2009, Michael a rejoint la compagnie de production internationale, filiale du grand studio Hollywoodien Sony Pictures Television en tant que Directeur de Création. Il travaille à présent depuis les bureaux de Londres, Amsterdam, New York et Los Angeles. Précédemment, Michael a travaillé aux Pays-Bas en tant que Directeur Exécutif Senior pour Endemol pendant huit ans. Il a publié Murder in Mind (Document - Boxtree) 1993 et comme thrillers, Spider – (publié en Allemagne, Italie, Russie, Hollande, Belgique, Luxembourg, Turquie, Grande-Bretagne, Australie, Nouvelle-Zélande) Viper (publié en Allemagne à l’automne 2008 et au Royaume-Uni et en Australie en 2009) The Venise Conspiracy et The Rome Prophecy 2 volumes (2010 & février 2011) sous le pseudonyme de Jon Trace.

Nombre de pages : 478 p.
Parution : 21 mars 2012
ISBN : 978-2822400824
Prix : 20 €

, , , , , ,

Pas de commentaire

DES CHIFFRES ET DES LITRES

Rachid Santaki
Editions Moisson Rouge

des_chiffres_et_des_litres_01Roman noir, nerveux, analytique, plein de vitalité … La banlieue sous son jour le plus sombre. Sans pitié ! Un polar dont on ne ressort pas indifférent.

RESUME

Alors que s’achève la construction du Stade de France et que s’annonce la prochaine coupe du monde de football, Saint-Denis s’apprête à vivre une furieuse bataille pour le contrôle du trafic de drogues, opposant caïds à l’ancienne et jeunes rageux.
Hachim est un ado brillant, bon élève, curieux. Passionné de culture Hip Hop, il se destine à une carrière de journaliste spécialisé. Pourtant, les logiques de quartier, sa situation familiale et son admiration pour Houssine, caïd de Saint-Denis et figure paternelle, lui feront embrasser une autre voie. Mais dans les pas de son mentor, il se rendra compte, trop tard, qu’il n’est pas taillé pour ça.

PRESENTATION

Parcours initiatique, récit poignant d’une destinée déraillée, Des chiffres et des litres nous plonge dans le Saint-Denis en ébullition de 1998. Tandis que Zidane et les Bleus font rêver les Français, l’argent fait tourner la tête des jeunes ambitieux. Entre caïds, soldats, flics ripoux, trahisons, règlements de compte, prison, combats de chiens, il faut être le plus malin pour rester en vie.

LU DANS LA PRESSE

Un livre authentique (…) Rachid Santaki nous plonge dans l’univers des cités, un monde parallèle où le paraître, qu’accordent la violence et l’argent, semble incontournable, mais où bouillonnent aussi les nouvelles énergies créatrices, qu’on retrouve dans les tags et le hip-hop.
(De Dominique Bouchard - www.unwalkers.com)

Le département en question (93) demeure la toile de fond de son nouvel opus, comme port d’attache et unique source d’inspiration de l’auteur.
Guetteurs, rabatteurs et patrons dealers y tiennent cette fois les premiers rôles d’une fiction livrée brut de décoffrage, tant l’auteur entend rester en accord avec le milieu qu’il décrit.
(D’Alain Léauthier - Marianne)

RACHID SANTAKI EN PARLE

« J’utilise les codes du hip hop pour descendre les belles lettres françaises de ses étagères et les rendre à la rue, pour faire tourner la littérature sur la tête et lui faire parler le céfran. J’ai abordé l’écriture de ce nouveau roman avec l’envie de partager, réunir, susciter le débat sur l’art des mots entre les générations et les milieux sociaux, en assumant ma street-culture.
Je ne suis pas un écrivain de banlieue mais un auteur sans case, pas de cage mais la rage d’imposer un mouvement comme l’ont fait les danseurs des Aktuel Force, les graffeurs des 93 MC, précurseurs de cette culture émergée du bitume.
Des chiffres et des litres met en avant le problème de l’entourage. Hachim, un ado brillant, passionné de culture hip hop, va sombrer. A dix-sept ans, il va tout lâcher pour plaire à son mentor. Traiter de l’intérieur ces gamins qui dealent permettra peut-être de comprendre un peu plus ceux qu’on ne nous montre pas dans les reportages. Des chiffres et des litres est un polar pur et dur. Cette plongée, entre intrigue et documentaire, révèle surtout que le meilleur d’entre nous peut devenir le pire quand le cercle est néfaste, des halls des tours aux couloirs du commissariat. Une fiction aussi réaliste que ces faits divers qui se déroulent quotidiennement à Saint-Ouen, Marseille ou Grenoble. Cette fiction mélange plusieurs destins et faits réels. Certains reconnaîtront des voisins, des amis, des légendes urbaines ce qui amènera à des débats sur ces parcours et du dialogue. »

des_chiffres_et_des_litres_02L’AUTEUR

Ancien éducateur sportif de boxe thaïlandaise, fondateur du magazine 5Styles, et lauréat du prix Espoir de l’économie de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris en 2006, Rachid Santaki est très impliqué dans l’associatif et a ainsi cofondé le Syndikat et Saint-Denis Positif. Il a publié Les Anges s’habillent en caillera, son premier roman, en 2011.

Nombre de pages : 256 p.
Parution : 23 février 2012
ISBN : 979-1090478022
Prix : 16,50 €

, , , ,

Pas de commentaire

SUR LA ROUTE DE COLOMB ET MAGELLAN - IDEES REÇUES SUR LES GRANDES DECOUVERTES

Michel Chandeigne et Jean-Paul Duviols
Le Cavalier Bleu

sur-la-route-de-colomb-et-magellanLe Moyen Age est – de fait – souvent associé à un âge concentré de ténèbres, de haine et de barbarie. Un âge où la saleté, la peste, les guerres et la bestialité se disputent la palme. Cette représentation fautive et caricaturale pose deux questions essentielles. L’une et l’autre étant étroitement liées, bien sûr : Pourquoi présente-t-on le moyen âge de cette manière ? Qui écrit l’histoire ?
L’Histoire étant écrite par les vainqueurs, cet ouvrage se propose de revenir sur les mythes historiques.
Une charge contre LA vérité de la corporation des historiens. Et autres généalogies des idées reçues. Passionnant !

PRESENTATION

Longtemps réduites à celle du Nouveau Monde en 1492, les Grandes Découvertes furent beaucoup plus vastes et mobilisèrent non seulement l’Espagne et le  Portugal, mais aussi marins, savants, banquiers et missionnaires de toute l’Europe.
En moins de cent ans, le monde connu se décupla, un océan et un continent furent découverts et, peu ou prou, l’espace fini tel que nous le connaissons aujourd’hui.
Comme tous les grands événements, les mythes empiétèrent sur les faits. De l’école de Sagres d’Henri le Navigateur au tour du monde de Magellan, de l’œuf de Colomb aux bateaux en feu de Cortès et à la route des Indes de Vasco de Gama…, ce livre recense et analyse les idées reçues les plus répandues sur les Grandes Découvertes.

TABLE DES MATIERES

LES NAVIGATEURS PORTUGAIS, PIONNIERS DES GRANDES DECOUVERTES
“Au Moyen Age, les gens croyaient que la Terre était plate”
“L’école de Sagres fut fondée par Henri le Navigateur”
“Les caravelles sont les navires des découvertes”
CHRISTOPHE COLOMB
“Christophe a découvert l’Amérique”
“Le Nouveau Monde ne porte pas le nom de son découvreur”
“Christophe Colomb est né à Gênes”
A PROPOS DES CONQUETES ESPAGNOLES
“Cortès a brûlé ses vaisseaux”
“La controverse de Valladolid a opposé Juan Ginés de Sepulveda à Bartolomé de Las Casas, défenseurs des Indiens”
“las casas est à l’origine de la traite négrière”
MAGELLAN
“Magellan a réalisé le premier tour du monde”
“Magellan est né à Sabrosa”
“Magellan a proposé son projet au roi du Portugal qui l’a refusé”

LU DANS LA PRESSE

Ce petit livre élégant, relié dans une couverture rigide, est un recueil de surprises pour tous les amateurs d’Histoire… On croit tout connaître (ou presque) sur les Grandes Découvertes et l’on s’aperçoit qu’on a tout faux (ou presque).
Jean-Paul Duviols, professeur émérite à la Sorbonne et spécialiste de l’Amérique latine, s’est associé au bibliophile Michel Chandeigne pour composer ce bijou d’érudition. L’argumentation, fondée sur une bonne connaissance des sources, est servie par une écriture agréable.
Ainsi, Michel Chandeigne et Jean-Paul Duviols observent ce que l’on sait des prédécesseurs de Christophe Colomb, ces navigateurs européens ou asiatiques qui auraient atteint le Nouveau Monde avant lui.
(Lu sur herodote.net)

LA VIDEO


LES AUTEURS


Michel Chandeigne
est éditeur, libraire et conférencier. Il a dirigé, préfacé ou traduit plusieurs livres sur les voyages maritimes portugais et hollandais, dont un Voyage de Magellan qui fait aujourd’hui référence. Il co-dirige la collection « Magellane » qui rassemble et commente les sources sur l’histoire des Grandes Découvertes.

Jean-Paul Duviols
est professeur émérite de l’université de Paris IV-Sorbonne où il occupait une chaire de Littérature et Civilisation de l’Amérique latine. L’histoire des voyages dans le Nouveau Monde est une de ses spécialités.

Parution : 20 octobre 2011
Nombre de pages : 160 p.
ISBN : 978-2846703918
Prix : 14 €

, ,

Pas de commentaire

L’HOMME, UN SINGE COMME LES AUTRES - ELEMENTS D’HISTOIRE ET D’EPISTEMOLOGIE POUR ENSEIGNER L’EVOLUTION

Hervé Ferrière
VUIBERT

lhomme-un-singe-comme-les-autresUne réflexion nécessaire pour éviter l’incompréhension, le fourvoiement et les récupérations des uns et des autres sur une théorie qui a révolutionné l’approche scientifique du monde qui nous entoure… et sur nous-mêmes !

PRESENTATION

Que dire à celui ou à celle qui affirme que la théorie de l’évolution des espèces énoncée par Darwin est responsable du racisme, de la division du travail, de l’eugénisme, de la violence sociale, des totalitarismes et autres maux de nos sociétés actuelles ?
Après quelques instants de stupéfaction, on pourra rétorquer que c’est faux, mais on ne répondra pas à la véritable question : pourquoi une partie de la population peut-elle encore de nos jours entendre et véhiculer de telles idées fausses et dangereuses ?
L’ouvrage, volontiers polémique, revient sur l’histoire de la biologie et de la société depuis l’émergence du darwinisme.
En entraînant à penser avec rigueur l’évolution de l’homme et celle des espèces animales, ce livre aide à se prémunir contre les mauvaises interprétations de la théorie darwinienne.
A partir de citations et de textes, il propose de réfléchir sur la transmission du message scientifique, sa diffusion mais aussi sa déformation, pour prémunir le citoyen comme l’enseignant contre des idées erronées. Il fournit ainsi des outils théoriques et pratiques pour se former et enseigner sereinement une théorie aussi importante que celle de l’évolution des espèces.

TABLE DES MATIERES

- AU COMMENCEMENT ETAIT LE VERBE ; ET CINQ CITATIONS !
- LES SCIENTIFIQUES DEVRAIENT-ILS TOURNER LEUR LANGUE SEPT FOIS AVANT DE PARLER ?
- DES DEFINITIONS ESSENTIELLES !
- UNE CERTAINE VISION DE L’EVOLUTION HUMAINE
- UNE THEORIE OU DES THEORIES DE L’EVOLUTION ? LA PLACE DE L’HUMAIN ET SON ORIGINE ANIMALE !
- L’UNITE DE L’HUMANITE, LA QUESTION DES « RACES » ET LE SIECLE DE DARWIN
- DARWIN ET LE DARWINISME DES AUTRES

L’AUTEUR

Hervé Ferrière, agrégé de sciences naturelles et docteur en histoire, a été formateur en IUFM auprès d’enseignants du primaire et du secondaire. Il enseigne aujourd’hui l’histoire des sciences et des techniques et travaille au sein des équipes du CRREF (Centre de recherche et de ressources en éducation et en formation) de l’université des Antilles et de la Guyane et du PaHST (Patrimoine, histoire des sciences et des techniques) de l’université de Brest.

Parution : 19 août 2011
Nombre de pages : 192 p.
ISBN : 978-2311003529
Prix : 24 €

, , , , , ,

Pas de commentaire

LE LABYRINTHE DE POUTINE

Steve LeVine
Editions Zofia de Lannurien

le_labyrinthe_de_poutine_01Sous-titré « La Face obscure de la Nouvelle Russie », cet ouvrage est à charge et partisan. Oublié le redressement économique, l’émergence de la classe moyenne et le retour du politique (que l’on approuve ou pas son orientation) au pouvoir face à la « Famille » sous l’ère Eltsine.  Ceci n’est donc point un document mais un essai.
La Russie pays idéal ? Evidemment non ! Même Vladimir Poutine ne le revendique pas. Cela étant dit anti comme pro-Poutine y trouveront matière à critique.

PRESENTATION

S’appuyant sur plus de neuf années d’investigations dans l’ancien bloc soviétique, Steve LeVine dresse dans Le Labyrinthe de Poutine le portrait fascinant et menaçant d’une Russie moderne dirigée par un ex-officier du service de contre-espionnage local du KGB parvenu au sommet de l’État en 1999. Restaurant un régime présidentiel fort, Vladimir Poutine exerce dès lors une politique autocratique inspirée de l’empire tsariste, mettant fin à une période de libéralisation instaurée par la perestroïka. Ayant dû quitter le Kremlin après deux mandats consécutifs en 2000 et 2008, Poutine alterne ses prérogatives avec celles de Dmitri Medvedev pendant quatre ans, le temps pour lui de lancer un nouveau défi aux Russes et à l’Occident en préparant son retour sur la scène présidentielle en 2012.
Le Labyrinthe de Poutine traite également de la mort en Russie, celle de personnes considérées comme « ennemies de l’État » et assassinées dans l’indifférence coupable du Kremlin. Steve LeVine revient notamment sur les événements de la tragique prise d’otages de Nord-Ost qui se solda par 130 victimes, dont 10 enfants. Sur la base d’entretiens avec des témoins oculaires, proches parents et amis des victimes, il décrit la vie et la mort de 6 Russes dont Anna Politkovskaïa, Alexandre Litvinenko et Paul Khlebnikov. Dans le même temps, il sonde l’âme d’un peuple russe scarifié quotidiennement par la violence meurtrière de réseaux secrets.
Steve LeVine mène son enquête au travers d’un labyrinthe tortueux, celui d’un pouvoir moscovite hostile à l’Occident, examinant autant les enjeux politiques majeurs qui contribuent à cette confrontation que le choc émotionnel produit par une série de meurtres et agressions envers tous ceux et celles qui rêvent d’une société plus juste en Fédération de Russie.

le_labyrinthe_de_poutine_02L’AUTEUR

Journaliste passionné de géopolitique et contributeur du célèbre magazine américain Foreign Policy créé en 1970, Steve LeVine pose les questions essentielles sur le fonctionnement de nos sociétés, invitant toujours au débat et à la discussion.
Dix-huit années de journalisme à l’étranger ont occupé la vie de Steve LeVine, en débutant par onze ans au cœur de l’ancienne Union Soviétique. D’abord correspondant étranger aux Philippines pour Newsday entre 1985 et 1988, puis au Pakistan pour le journal Newsweek entre 1988 et 1991, Steve LeVine exerce son métier de directeur de la publication et rédacteur chargé des Affaires Etrangères au journal Businessweek à Washington. Fort de son expérience pour le New York Times et Newsweek dans la région de l’Asie Centrale et du Caucase, il se voit confier une mission de journaliste correspondant basé à Almaty et Bakou pour le Wall Street Journal
Occupant également la fonction de professeur rattaché au département des Affaires Étrangères de l’Université de Georgetown, Steve LeVine y enseigne les questions traitant de l’énergie et de la sécurité. Il explore ainsi les guerres économiques et politiques liées à l’approvisionnement énergétique mondial, notamment au travers de son livre The Oil and the Glory paru en 2007.
Steve LeVine est marié et père de deux enfants.

Parution : 3 octobre 2011
Nombre de pages : 350 p.
ISBN : 978-2953879117
Prix : 21,90 €

, , , , , , ,

Pas de commentaire

LE CHEVALIER MECANIQUE TOME 1 LA TABLE D’EMERAUDE

Mor et Cédric Mainil
Sandawe Editions

chevalier-mecanique-couv1Un récit d’aventure très riche, sur des bases historiques solides. Au cœur de l’action, un super-héros d’un genre nouveau, dont l’origine bouleversante renforce l’humanité. Une reconstitution graphique minutieuse de l’époque du XVIIe siècle.

PRESENTATION

En 1661, lorsque le jeune Louis XIV accède enfin au trône de France, il est loin de se douter que, dans les coulisses, une sanglante conspiration menace déjà son pouvoir.
Ni que son salut viendra peut-être d’un mystérieux personnage… mi-homme, mi-automate !
Bienvenue au Paris du XVIIe siècle. Sa face soleil — le luxe de Versailles, les fêtes royales — et sa face à l’ombre — les empoisonnements, les conspirations, les enlèvements, les messes noires…
Louis XIV trône dans la lumière, mais il sait que, derrière celle-ci, les menaces sont nombreuses. Alors, quand il apprend qu’un inventeur génial, fabricant d’automates intelligents qui a eu le malheur de lui déplaire, est capable de fabriquer un homme mécanique à partir d’une tête décapitée, il l’oblige à en créer un qui lui servira de bras armé. Mais, cruel caprice d’un roi de droit divin, il devra utiliser… la tête de son propre fils, un jeune infirme rejeté par tous, qu’il fera supplicier dans ce but !
Malgré ce destin tragique, le chevalier d’Astarac, première machine humaine, acceptera de servir Louis XIV. Mais il ne sait pas encore qu’il a face à lui la confrérie intégriste du «Saint Sacrement», aux pouvoirs alchimiques puissants.

Cédric Mainil utilise habilement les ingrédients du feuilleton populaire, les intrigues de Cour, les conspirations, les courtisans, pour installer un univers historiquement crédible dans lequel se déroulera le destin hors du commun de son héros. Le premier ressort dramatique fort — un père obligé de construire une mécanique à partir de la tête de son enfant sacrifié — donne le ton d’une série qui multipliera les rebondissements spectaculaires.

LU DANS LA PRESSE

Le Chevalier mécanique est un projet participatif réalisé avec 137 « édinautes » qui ont participé au financement du T.1. Ce premier album publié du scénariste Cédric Mainil  propose une uchronie au temps de Louis XIV. Le Chevalier mécanique de son vrai nom Ulysse de Vaucanson avant de devenir par ordre du roi le fortuné Chevalier d’Altarac de Frontailles est une sorte de machine horlogère sur laquelle a été greffée une tête humaine. Ulysse était un nain infirme et va grâce au génie de son père retrouver vie dans un corps mécanique aux pouvoirs démultiplié et un visage reconstruit. Comme les plus grands super héros américains, il a ses failles - devoir se remonter tous les jours avec une clé unique en or - et  « ses fêlures psychologiques ». Au service imposé du Sa Majesté, il va devenir un agent secret et se confronter rapidement à une conspiration meurtrière visant à s’emparer d’un secret de l’immortalité datant de l’Égypte ancienne. L’idée est originale, même si sa crédibilité n’est pas aisée au départ. Le rendu associe un dessin classique de Mor, auteur d’une quinzaine d’albums dans une veine historique. Il n’a pas ménagé ses efforts sur les décors et les détails du XVIIe siècle, avec quelques maladresses morphologiques et des couleurs trop foncées et chargées sur certaines pages à l’impression. Cette trilogie conserve un bon potentiel et mérite des encouragements.
(Lu sur auracan.com)

LA VIDEO

LES AUTEURS

Mor (dessinateur). De sa terre d’adoption, le Languedoc Roussillon, il dessine depuis 1984 des albums de bande dessinée historique : dix tomes sur la croisade albigeoise (éditions Bélisane, OSAC et Loubatières), deux titres racontant le compagnonnage (éditions Grancher), cinq volumes sur l’Aude fabuleuse, ainsi que des albums sur Rennes le Château, l’abbé Saunière, le Catharisme, Beaucaire…
Son dernier album, « Lili sur les quais » (éditions Jos), est un thriller signé Bernard Coatl.

Cédric Mainil (scénariste). Ancien concepteur/rédacteur durant une dizaine d’années dans diverses agences de pub parisiennes, il est ensuite devenu chef d’entreprise avant de se tourner vers sa passion de toujours, la bande dessinée.
«Le Chevalier mécanique» est son premier scénario publié. Il a déjà en tête divers projets, dont le plus abouti, « Ladies Circus », met en vedette les très originales membres d’un cirque entièrement féminin.

Parution : 22 février 2012
Nb. de pages : 56 p.
ISBN : 978-2930623030
Prix : 12,99 €

chevalier_mecanique1-chevalier2

chevalier_mecanique_t1_131

chevalier_mecanique_t1_17

, , ,

Pas de commentaire

DU SUICIDE

Léon Tolstoï, traduction de Bernard Kreise.
L’Herne

du-suicideL’ultime texte de Tolstoï (de son vrai nom le comte Lev Nikolaïevitch Tolstoï) rédigé en mars 1910 quelques mois avant sa mort sur la folie de la vie. Une charge contre le « progrès », ce cache-sexe de l’idéologie de la technique. Une dénonciation de la folie et de la brutalité de la société o combien contemporaine. Contradictions au rendez-vous mais lectures passionnantes. Tolstoï ce n’est pas seulement Guerre et Paix !

PRESENTATION

Tolstoï commença la rédaction de cet essai, intitulé Du suicide, en mars 1910, peu de temps avant sa mort.
C’est l’un de ses tout derniers textes. Il en reprit la rédaction quelques mois plus tard, après avoir visité deux hôpitaux psychiatriques, orientant sa réflexion sur la folie.
Les nombreux brouillons et les variantes attestent du long travail de l’auteur qui revient une fois encore, avec un ton violent et dépouillé des artifices du style, sur cette tragédie qui l’a souvent hanté.
Tolstoï répond à de nombreux correspondants, candidats au suicide, qui s’adressent à l’écrivain devenu à l’époque un sage universellement connu. Il dénonce la folie du monde, reliant constamment dans son analyse la question politique à la problématique personnelle.
Il ne fait pas reposer la responsabilité de cette folie uniquement sur les contradictions personnelles dans lesquelles se débattent les individus ou sur la perversion des institutions, mais il montre le rapport profond qui existe entre le social et l’individuel.

EXTRAIT

« Il est difficile aux hommes de notre monde non seulement de comprendre la cause de leur situation désastreuse, mais d’avoir conscience du caractère désastreux de cette situation, principale conséquence du désastre essentiel de notre temps qui s’appelle le progrès et qui se manifeste par une angoisse fébrile, une précipitation, une tension dans un travail ayant pour but ce qui est absolument inutile ou à l’évidence nuisible, par une ivresse permanente de soi-même dans des entreprises constamment renouvelées qui dévorent tout le temps dont on dispose et, surtout, par une fatuité sans bornes. […] Les hommes s’enivrent de plus en plus dans des entreprises constamment nouvelles qui n’ont qu’un seul et unique dessein – s’oublier, et ils s’enlisent de plus en plus profondément dans une impasse, dans des contradictions aussi bien politiques et économiques que scientifiques, esthétiques et éthiques insolubles. »
L. Tolstoï

tolstoiL’AUTEUR

A côté de ses grands romans comme La guerre et la paix ou Anna Karénine, Léon Tolstoï (1828-1910) eut une immense activité politique, sociale, philosophique et religieuse. Après avoir renoncé à la littérature, il critiqua toutes les formes de l’art et écrivit jusqu’à la fin de sa longue vie de nombreux livres et articles dans tous ces domaines, se battant aussi bien dans sa vie que dans ses textes pour la paix, la non-violence et l’avènement d’une société plus juste, libérée du mensonge et de l’oppression des institutions civiles et religieuses.

Parution : 18 janvier 2012
Nombre de pages : 73 p.
ISBN : 978-2851979476
Prix : 9,50 €

, , , ,

Pas de commentaire

LES FIGURES DU SIEGE AU QUEBEC. CONCERTATION ET CONFLITS EN CONTEXTE MINORITAIRE.

SIMON HAREL et ISABELLE ST-AMAND
Les Presses de L’Université Laval

les-figures-du-siege-au-quebecRESUME

Du conflit armé à la barricade symbolique, les modalités du siège sont diverses : en font foi les célébrations du 500e anniversaire des Amériques, la crise d’Oka, les audiences publiques de la Commission Bouchard-Taylor, les manifestations numériques dans les jeux vidéos massivement multijoueurs, ainsi que la figuration de l’isolement et de la précarité dans la poésie et la littérature (Émile Ollivier, Milton Acorn, Victor Lévy Beaulieu).
A partir de différents domaines disciplinaires (des sciences politiques aux études littéraires), les collaborateurs interrogent les tensions à l’œuvre entre marginalité et centralité, concertation et dissension, liberté et contrainte, droit d’asile et exil.
A l’encontre des discours convenus sur les flux de la postmodernité et la déterritorialisation, nous mettons ici l’accent sur les usages du pouvoir dans l’espace.
De diverses manières, la représentation du conflit et de la concertation mise en jeu lors du siège contribue à mieux cerner les modes de relation et de symbolisation qui se construisent au sein d’espaces contraints.

COLLABORATEURS

Denis Bilodeau, Maude Bonenfant, Sandra Breux, Jenny Burman, Amaryll Chanady, Claudine Cyr, Caroline Desbiens, Simon Harel, René Lapierre, Hugo Loiseau, Arianne Loranger-Saindon, Pierre Ouellet, Alena Prochazka, Roxanne Rimstead, Christian Saint-Germain, Isabelle St-Amand.

EXTRAIT

Introduction
Les discours sur le pluralisme qui mettent en relief l’altérité comme forme d’ouverture à la différence ne prennent pas suffisamment en compte la question du conflit qui est à l’oeuvre dans les groupes et les cultures minoritaires. Ayant un sens aigu de la présence de l’autre, dominant, auquel ils sont confrontés en tout temps – et qui d’ailleurs bien souvent ne les voit pas –, ces derniers ont tendance à craindre qu’une ouverture qui ferait abstraction des inégalités n’ait pour effet de favoriser une assimilation et un effacement de leur caractère distinct. L’inclusion peut alors être ressentie comme un défaut de reconnaissance, une incitation implicite à se conformer à un espace dominant qui s’impose comme allant de soi. Dans leur acharnement à poser leur existence dans un espace, à énoncer leur différence et à clarifier les rapports de force, beaucoup de communautés et de nations dominées ou minorisées finissent par se caractériser par ce que François Paré appelle une « mentalité d’assiégés ». En effet, ces dernières sont animées par une volonté de contrer l’aliénation et d’assurer une survie culturelle dans le même temps qu’elles sont freinées par une tendance au conservatisme et à la préservation à outrance des structures de l’ordre. Le défi consiste alors à imaginer des façons de délimiter un espace propre sans se figer dans le passé, de s’ouvrir à l’altérité sans nécessairement se fondre dans l’espace dominant, bref, de trouver des moyens de se transformer de façon culturellement productrice. Si cette mentalité d’assiégés se retrouve dans les petites sociétés qui tentent d’aménager un espace où elles peuvent s’actualiser, elle apparaît aussi sous d’autres formes dans les sociétés majoritaires qui, par un étrange renversement, se mettent parfois à vouloir écarter une minorité qu’elles se représentent tel un ennemi menaçant.
(…)
Plus récemment, la représentation médiatique des audiences publiques de la commission Bouchard-Taylor a renforcé la perception selon laquelle la culture québécoise dominante serait menacée et en état de crise. Dans un article inspiré de ce constat, Jenny Burman cherche à déterminer si des solidarités politiques (et parfois religieuses) transnationales peuvent cohabiter avec la volonté d’établir un ensemble de valeurs laïques nationales. Pour ce faire, elle compare deux modèles de société laïque nationale au Québec : l’un issu d’un mouvement littéraire et militant des années soixante postduplessistes, l’autre caractérisé par un sécularisme qui s’est manifesté pendant les audiences publiques de la commission Bouchard-Taylor. En faisant valoir que la volonté de collaboration et de coalition propre au radicalisme des années soixante pourrait être mis à profit pour concevoir la diversité culturelle au Québec aujourd’hui, Jenny Burman incite à porter attention aux différentes formes de concertation qui animent les projets de société. Adoptant une perspective continentale, Claudine Cyr examine de quelle façon les manifestations de célébration et de protestation entourant la parade du Colombus Day tenue à Denver, aux États-Unis, à l’occasion du 500e anniversaire des Amériques, rendent explicite une tension génératrice d’identités et d’altérités diverses au cœur de l’expérience américaine, en plus de participer à la fois de cette tension. En se basant sur le scénario d’une découverte de l’Amérique, elle examine la négociation des identités culturelles dans l’espace public américain, ce qui l’amène à interroger les limites du multiculturalisme.

TABLE DES MATIERES

Introduction / Identités multiples, identités assiégées : un point de vue critique sur la contingence / Simon Harel et Isabelle St-Amand
Chapitre 1 / De la dimension territoriale à la dimension politique : les figures du siège / Sandra Breux et Hugo Loiseau
Chapitre 2 / Territoire partagé, territoire contesté : la Côte-Nord en période de revendications territoriales autochtones / Arianne Loranger-Saindon
Chapitre 3 / Du wampum aux barricades : géographies du siège et espaces de réconciliation au Québec / Caroline Desbiens
Chapitre 4 / Actes identitaires : expressions radicales et réactionnaires de l’identité culturelle laïque dans la société québécoise / Jenny Burman
Chapitre 5 / Les défilés populaires du Columbus Day ou la négociation des identités culturelles dans l’espace public américain / Claudine Cyr
Chapitre 6 / Le siège dans l’espace numérique :le cas des joueurs experts face aux compagnies de jeux vidéo / Maude Bonenfant
Chapitre 7 / Lévinas l’obsidional / Christian Saint-Germain
Chapitre 8 / Frontières, limites et interstices : l’espace architectural comme projet de négociation / Denis Bilodeau et Alena Prochazka
Chapitre 9 / De l’ambassade au bunker : quelques réflexions sur l’architecture-forteresse de la présence diplomatique américaine à Ottawa / Simon Harel
Chapitre 10 / Voix, résistance et négativité : théorie des corps / René Lapierre
Chapitre 11 / La caméra sur les lieux du siège : la crise d’Oka dans le film documentaire Okanada / Isabelle St-Amand
Chapitre 12 / États de siège dans la poésie urbaine d’en bas : voisins pauvres et communautés connaissables / Roxanne Rimstead
Chapitre 13 / Pratiques d’espace minoritaires : entre conflits territoriaux et rencontre de l’autre / Amaryll Chanady
Chapitre 14 / Le siège de l’homme, le piège de la langue : ethnolinguistique de la grande tribu / Pierre Ouellet

LES AUTEURS

Lauréat du prix Trudeau (2009-2012), Simon Harel est membre de la Société royale du Canada. Son ouvrage Voleur de parcours (1989, réédité en 1999) est reconnu comme l’un des livres les plus significatifs dans le champ des études culturelles au Québec. Auteur et directeur de publication, il s’est intéressé aux problématiques interculturelles, à la place de l’étranger dans la société, à la précarité de nos espaces de vie. Conscient de l’insuffisance de certains discours critiques (sur l’hybridité, le métissage, l’identité à la carte), il se donne à présent l’objectif de cerner les formes instables, souvent conflictuelles, de la mobilité culturelle.

Doctorante au Département d’études littéraires à l’UQAM, Isabelle St-Amand a reçu une bourse d’études supérieures du Canada pour la réalisation d’une thèse sur la crise d’Oka sur les lieux du siège, dans les films documentaires et dans les récits littéraires autochtones et allochtones au Canada et au Québec. Elle a publié des articles sur la littérature et le théâtre autochtones dans les revues Études en littérature canadienne (2010) et Recherches amérindiennes au Québec (2009) ainsi que dans l’ouvrage collectif Littératures autochtones (2010). Dans une démarche de recherche collaborative, elle a coorganisé des événements scientifiques et culturels rassemblant chercheurs, écrivains, cinéastes et artistes autochtones du Québec et d’ailleurs dans les Amériques, dont trois éditions du colloque international sur le cinéma autochtone « R egards autochtones sur les Amériques », qui s’est tenu lors du festival Présence autochtone à Montréal (2009, 2010 et 2011).

Parution : février 2012
Nb. de pages : 318 p.
ISBN : 978-2-7637-9548-5
Prix : 35 $ CA

, , , , ,

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.