Archives de la catégorie Sciences humaines et sociales

L’EUROPE ET SES MINORITES

Yves Plasseraud
PUG (Presses Universitaires de Grenoble)

l_europe_et_ses_minorites

PRESENTATION

Depuis des décennies, la question des minorités agite le continent européen, conduisant parfois à la guerre, voire à la guerre civile. Aujourd’hui, si l’Union européenne nous épargne les conflits majeurs que l’Europe a connus, la question des minorités reste préoccupante : séparatistes basques, nationalistes corses, mais aussi Roms, Ossètes ou Tchétchènes s’invitent régulièrement à la une des journaux. Mais au-delà de ces minorités historiques, il existe aussi des minorités plus récentes, issues de l’immigration de ce dernier demi-siècle.

Fort de son expérience internationale, Yves Plasseraud constate combien l’intégration de nouvelles minorités extra-européennes est difficile, à cause notamment de la précarité qui entraîne le rejet, le racisme et la xénophobie. Qui sont ces minoritaires européens, quelles sont leurs demandes, comment nos États peuvent-ils y répondre ? Quelles politiques adopter ? Comment rendre celles existantes efficaces ? Autant de questions sur lesquelles il est urgent de réfléchir. L’enjeu est de taille : l’Europe a besoin de cet apport démographique ; sa survie est à ce prix.

S’interrogeant sur une problématique majeure de la société contemporaine, cet ouvrage donnera aux étudiants et enseignants en science politique mais aussi à tout un chacun une vision historique et actuelle des enjeux fondamentaux que sont l’accueil de nouvelles populations et l’aménagement du statut des minorités autochtones.

Une vision historique et actuelle des enjeux fondamentaux du traitement des minorités nationales, de l’accueil de nouvelles populations et de l’aménagement du statut des minorités.

La question des minorités en Europe est préoccupante, qu’il s’agisse des minorités historiques, autochtones (Basques, Corse, Hongrois de Slovaquie,…) ou diasporiques (Roms, Juif, Arméniens,…), ou des nouvelles minorités issues de l’immigration (Afrique, Ukraine,…) : Qui sont ces minoritaires européens, quelles sont leurs demande et comment nos États et les institutions européennes peuvent-ils y répondre ? Comment le vivre ensemble s’organise-t-il ? Quelle synergie ou opposition de ces groupes en résulte ? Quelle politique adopter ?

Illustrant ces propos des exemples concrets, l’auteur s’interroge ici sur une problématique majeure de la société contemporaine : la place du multiculturalisme dans notre société.

EXTRAIT

Introduction

Jusqu’à la fin du XXe siècle, les observateurs s’accordaient à penser que l’homogénéisation des États et la mondialisation conduiraient inéluctablement les groupes ethniques minoritaires, qu’ils soient autochtones ou immigrés, à ne plus jouer qu’un rôle marginal sur la scène européenne. Beaucoup s’en réjouissaient alors que d’autres, plus rares, trouvaient ce phénomène d’entropie culturelle inquiétant.

Or, il s’avère aujourd’hui que c’est le phénomène inverse qui s’est produit. Stimulées par leur résistance à l’homogénéisation, un certain nombre de minorités sont aujourd’hui au premier plan de l’actualité et tendent de plus en plus à imposer à l’Europe leur rythme. Ainsi, Régis Debray - pourtant de tradition jacobine - affirmait récemment que le XXIe siècle serait celui des minorités. Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France, lui faisait écho en écrivant «Le “peuple” ne s’appréhende plus comme une masse homogène, il s’éprouve plutôt comme une succession d’histoires singulières, une addition de situations spécifiques. C’est pourquoi les sociétés contemporaines se comprennent de plus en plus à partir de la notion de minorité. La minorité n’est plus la “petite part” (devant s’incliner devant une “grande part”) : elle est devenue une des multiples expressions diffractées de la totalité sociale.»

Cette évolution s’impose dans le contexte nouveau d’un affaiblissement historique des États nations européens. Pendant des siècles, ceux-ci n’ont cessé de renforcer leur pouvoir par centralisation croissante et intégration des périphéries. Aujourd’hui, sans que l’on en ait toujours bien pris conscience, tout a changé. Confrontés à une mondialisation qui érode à la fois leurs pouvoirs et leur raison d’être, contestés par leurs administrés qui ne font plus guère confiance au pouvoir politique, les États européens se voient cantonnés à un rôle secondaire. Entre les intérêts d’entreprises multinationales, toujours plus puissantes, les exigences des organisations intergouvernementales universelles (FMI, OMC, Banque mondiale, etc.), les diktats des agences de notation et les arcanes de l’intégration européenne, leurs appareils institutionnels et législatifs, vieillis, paraissent tourner à vide.

TABLE DES MATIERES

Il y a minorités et minorités.

A l’Ouest : Etats-nations et identités ethniques.

A l’Est : un sentiment de vulnérabilité

La question des minorités n’est pas close.

La gestion politique de la question minoritaire.

L’AUTEUR

Yves Plasseraud intervient régulièrement en tant qu’expert du statut des minorités en Europe médiane. Il a également enseigné auprès des universités de Strasbourg, Alicante, Vilnius et au Collège international de Défense (Paris).

Parution : 30 novembre 2012
Nb. de pages : 287 p.
ISBN : 978-2706117497
Prix : 22 €

, , , , , , ,

Pas de commentaire

IN THE LAND OF THE FREE

Pierre Saint-Arnaud
Presses de l’Universitaire Laval

in-the-land-of-the-freeLe paradoxe racial à travers le roman social africain-américain.

PRESENTATION

« In the Land of the Free and the Home of the Brave » : la phrase ferme chacun des couplets de l’hymne national américain The Star-Spangled Banner, composé en 1814 par Francis Scott Key (1779-1843), avocat et poète amateur de race blanche. Cri du cœur patriotique, elle magnifie aussi on ne peut mieux le « rêve américain ». Celui-ci est-il accessible à toutes les personnes qui peuplent le territoire ? En principe, oui, depuis les amendements apportés en ce sens à la Constitution de 1787. De facto, la route est infiniment plus facile si l’on a eu l’immense chance d’appartenir par la naissance à la « bonne » race, celle de Francis Scott Key. La divergence entre le principe démocratique d’égalité et ce qui se donne à voir dans la pratique a inspiré notre sous-titre : le paradoxe racial.
Dans une perspective sociologique et non pas d’abord littéraire, ce livre examine l’œuvre romanesque courageusement bâtie par les écrivains africains-américains, des hommes et des femmes, depuis la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Avec leur plume, ces ouvriers de l’imaginaire s’attaquent d’entrée de jeu à l’arbitraire de la stigmatisation raciale, font tout pour réduire les effets du paradoxe ci-dessus et aider leur minorité à pouvoir légitimement participer au « rêve américain ». Ils aspirent en même temps à se gagner une place au sein de la littérature universelle afin d’y être reconnus et respectés comme des artistes de haut niveau, s’exprimant à partir de leur situation particulière de Noirs américains.
Une profonde leçon d’humanité se dégage de cette trajectoire intellectuelle hors du commun, remarquablement illustrée entre autres par la grande figure de Toni Morrison, fière récipiendaire du prix Nobel de littérature pour l’année 1993.

VIDEO

L’AUTEUR

Pierre Saint-Arnaud
est professeur associé au Département de sociologie de l’Université Laval. Il a publié aux Presses de l’Université Laval : William Graham Sumner et les débuts de la sociologie américaine (1984) ; Park – Dos Passos – Metropolis. Regards croisés sur la modernité urbaine aux États-Unis (1997) ; L’invention de la sociologie noire aux États-Unis d’Amérique. Essai en sociologie de la connaissance scientifique (2003).  Ce dernier ouvrage a été publié en anglais par les Presses de l’Université de Toronto sous le titre African American Pioneers of Sociology: A Critical History (2009).

Parution : mars 2012
Nb. de pages : 838 p.
ISBN : 978-2763790220
Prix : 35 €

, , , , ,

Pas de commentaire

LA PAUVRETE. QUATRE MODELES SOCIAUX EN PERSPECTIVE

Sylvain Lefèvre, Gérard Boismenu, Pascale Dufour
PU Montréal

la-pauvretePrésentation
La pauvreté traverse l’histoire contemporaine. Elle continue d’exister entre les crises et leur survit. La conjoncture économique ne fait que moduler son ampleur et ses formes d’expression. C’est pourquoi, pour comprendre le phénomène, il faut le situer dans le modèle de développement des sociétés. Pour les auteurs de ce livre en effet, la pauvreté n’est rien de moins que le résultat d’un arrangement politique et social propre à chaque modèle de développement. En d’autres termes, par les formes institutionnelles qu’elles se donnent, les sociétés produisent une pauvreté qui leur ressemble. C’est ce que révèle la comparaison de quatre modèles de l’Etat social: la Grande-Bretagne, le Danemark, la France et le Québec. Se distancer de l’actualité immédiate - tout inquiétante qu’elle soit - c’est peut-être la meilleure manière d’affronter une réalité inconfortable et d’agir en conséquence.

Sommaire

COMPRENDRE LA PAUVRETE : ENJEUX POLITIQUES ET ANALYTIQUES
LES ARETES DU TRIANGLE DANOIS
LA LEGITIMITE DES INEGALITES ET LA QUESTION SOCIALE EN GRANDE-BRETAGNE
L’IDEAL SOLIDARISTE REPUBLICAIN FRANÇAIS FACE A LA DUALISATION DU MARCHE DU TRAVAIL
LA LUTTE QUEBECOISE CONTRE LA PAUVRETE DANS UN CONTEXTE INEGALITAIRE
(DE)CHIFFRER LA PAUVRETE : DES INSTRUMENTS D’OBJECTIVATION EN DEBATS
VOUS DITES CONVERGENCE ?

Pascale Dufour et Gérard Boismenu sont professeurs de science politique à l’Université de Montréal. Entre autres publications, ils ont signé, avec Alain Noël, L’aide au conditionnel (PUM, 2003). Docteur en science politique de l’Université Lille 2, Sylvain Lefèvre est chercheur au Centre de recherche sur les politiques et le développement social de l’Université de Montréal.

Parution : août 2011
Nb de pages : 209 p.
Format : Broché
Dimensions : 21.0 x 14.0 x 1.3 cm
ISBN : 9782760622555
EAN13 : 9782760622555

Enhanced by Zemanta

, , , , ,

Pas de commentaire

Les Cercles : une sociabilité à Marseille

Pierre CHABERT
Jeanne Laffitte

les-cercles-une-sociabilite-a-marseilleCet ouvrage propose un « voyage » dans une sociabilité marseillaise, avant tout traditionnelle, souvent peu connue mais très vivante faite de Cercles, d’anciennes Sociétés musicales, de Chorales, de Sociétés de boules, nautiques ou sportives, voire de Maison du Peuple.

La présence à Marseille d’un grand nombre de Cercles interroge sûrement le passant : cette association régie par la loi de 1901 est une institution dans quelques quartiers. Et pourtant, certains en ont une image particulière. Les uns l’associent à leur grand-père et l’estiment définitivement disparue, les autres la réduisent aux romans régionaux de Pagnol, Giono ou Daudet et enfin les derniers s’interrogent tout simplement.

L’auteur entraîne le lecteur à travers la cité phocéenne où les Cercles prennent différentes formes selon les quartiers. C’est cette originalité qui est présentée au travers des entretiens avec les membres et les Présidents de Cercles. C’est alors au tour des témoins d’expliquer les Cercles de naguère et d’exposer leur rôle aujourd’hui, dans le domaine sportif avec le célèbre Cercle des Nageurs ou dans le domaine politique avec certains notables.

Dans cette étude qui se penche sur la sociabilité provençale, aujourd’hui et hier, l’auteur convoque l’ethnologie, l’histoire et la dialectologie, autant de disciplines qui servent une démarche anthropologique.

Comment peut-il en être autrement avec un sujet aussi souple que les associations mais où demeure quand même une continuité ? Couvrant la Provence historique et le Comté de Nice ainsi que la partie méridionale du Dauphiné, il était séduisant, après les ethnologues et les historiens, de se pencher sur ce fait peu connu qui reste pour beaucoup marginal et dépassé.

La réalité du cercle remontant souvent au XIXe siècle, lieu de sociabilité, de loisir et parfois enjeu politique, semble bien ancrée dans les esprits même si elle se trouve aujourd’hui en concurrence avec d’autres structures plus répandues dans le reste de la France.
En ce sens sans doute peut-on parler d’une spécificité provençale ou tout au moins d’un fait enraciné dans une conception du monde.

SOMMAIRE

Le cercle, typologie et fonctions

LES CERCLES A FONCTION LUDIQUE
L’importance de la fête
Le blé et le vin

LES CERCLES A FONCTION POLITIQUES
Les cercles rouges
Les cercles blancs

Enseignant Pierre Chabert a pubié un ouvrage sur Aix-en-Provence au XIXe siècle (Edisud), il est l’auteur de deux thèses sur la sociabilité en Provence à travers les cercles et d’articles et communications autour de ce sujet.

Format : Broché
Nb de pages : 344 p.
ISBN-10: 2862764833
ISBN-13: 978-2862764832

, ,

Pas de commentaire

LES REGLES DE LA VIE. PEDAGOGIE POUR LES JEUNES ET LES ADULTES

korczak-les-regles-de-la-vie

JANUSZ KORCZAK

(Traduit par Marie-Françoise Iwaniukowicz)

Fabert

Voilà la devise de sa vie est :

« Non pas pour les enfants, mais avec eux »

Toute sa vie, il la dédié aux enfants, il est mort pour ses idées en refusant d’abonner les enfants juifs du ghetto de Varsovie. Il s’adressait aux enfants avec des mots simples.

Lire la suite »

Pas de commentaire

DICTIONNAIRE DES CONCEPTS NOMADES DES SCIENCES SOCIALES

dictionnaire-des-concept-nomades

Sous la direction de Olivier Christin

Metailie

En partie inspiré d’entreprises antérieures, ce dictionnaire regroupe des textes consacrés à quelques-uns des termes ou des concepts à travers lesquels les sciences sociales et l’histoire pensent le monde social et se pensent elles-mêmes.

Mais à la différence des précédents ouvrages qui avaient choisi un champ bien précis (le vocabulaire des groupes sociaux, les concepts centraux des idéologies ou des formes constitutionnelles…) et surtout une seule aire linguistique, aucune discipline, aucune nation, aucune langue n’est privilégiée.

Lire la suite »

Pas de commentaire

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.