LE GENIE DU CAPITALISME


HOWARD BLOOM
Le Jardins des Livres

le-genie-du-capitalismeUne vision particulière de l’Histoire, typiquement nord-américaine. Occidentalo-centré. Mais des vérités à partager et des positions à écouter même si l’on peut ne pas les partager.

PRESENTATION

Cette crise signifie-t-elle la fin du capitalisme et celle de toutes les idéologies ? Howard Bloom nous montre simplement que le capitalisme a plus fait pour les pauvres en 100 ans que toutes les religions réunies depuis 2000 ans, et aussi que cette crise économique n’est que le passage douloureux vers un nouvel âge d’or… Un livre qui pulvérise toutes les idées reçues sur le capitalisme.

EXTRAITS

Préface à la version française de Howard Bloom (fev. 2012)
La version française du Génie de la Bête, une refonte radicale du capitalisme arrive dans la 10e année de ma relation avec les éditions Le Jardin des Livres et son directeur littéraire, Pierre Jovanovic.
Le Génie de la Bête franchit le fossé entre croyance et science. C’est un livre sur les miracles. Sur les miracles séculiers. Sur les miracles matériels. Sur les miracles qui se dégagent de l’évolution, pas de dieux. Miracles que la science doit être amenée à comprendre si elle veut être à la hauteur de sa mission, une compréhension laïque de chaque phénomène dans cet univers.
Mais est-ce que les miracles et le capitalisme peuvent figurer ensemble dans un même livre ? Oui. Absolument oui. Si vous et moi étions nés en 1850, notre espérance de vie ne serait que de 38 lamentables années et une demie. Si nous sommes nés dans la sphère d’influence de la civilisation occidentale en l’an 2000, notre espérance de vie passe alors à 78 ans. Deux vies pour le prix d’une. Une quarantaine d’années supplémentaires ! Les empereurs chinois avaient pour habitude de dépenser des fortunes chez des “experts” qui prétendaient disposer de techniques pour prolonger la durée de vie. En fait certaines de leurs techniques raccourcissaient leur vie car elles impliquaient l’usage de poisons. Mais le système occidental a réalisé le miracle que les empereurs chinois avaient cherché. Et il ne l’a pas fait pour un seul être humain, privilégié parmi les privilégiés, mais pour plus d’un milliard d’habitants. Et SEUL le système capitaliste a réussi à le faire.
Mais il y a plus. Chaque système de croyance qui fait appel à notre idéalisme prétend qu’il va relever le pauvre et l’opprimé. Mais seul le système occidental a tenu cette promesse. Comment ? En 1850, si vous aviez été l’un des pauvres ouvriers les moins bien payés de Londres, vous auriez alors été un docker d’origine irlandaise travaillant sur les quais pour 4.800 dollars par an ; 4.800 dollars pour nourrir votre femme et vos 5 ou 9 enfants. Mais si vous étiez le plus pauvre des travailleurs de Londres en 2009, vous auriez été un assistant personnel et vous auriez gagné près de 39.000 dollars par an. En d’autres termes, vous, le travailleur le moins bien payé en 2009, vous auriez gagné plus qu’un immeuble entier rempli de dockers de 1850. Le système occidental a sorti tant de gens de la pauvreté que nous avons un nouveau nom pour désigner cette masse des pauvres d’autrefois: on l’appelle la “classe moyenne”.
Aucun autre système n’a jamais pu réussir de tels achèvements extraordinaires par sorcellerie. La civilisation chinoise ne l’a pas fait. La civilisation islamique ne l’a pas fait. Quant au système marxiste, il a lamentablement échoué. Seul le système occidental a réalisé ces miracles séculaires, ces miracles matériels. Des miracles qui ont élevé l’esprit humain et qui ont considérablement élevé le QI moyen. Ce sont des miracles d’un tout nouveau genre. Miracles que vous examinerez à travers les optiques brillantes de la science et de l’histoire dans le Génie de la Bête.
Qu’est-ce que le capitalisme a de commun avec tout cela ? Il est le métabolisme du système occidental. Un métabolisme qui fonctionne à merveille quand il est en équilibre avec les autres éléments clés du système : le gouvernement et le mouvement de protestation.
Pourquoi notre économie s’est-elle effondrée en 2008 ? Pourquoi courrons-nous le danger d’avoir d’autres effondrements aujourd’hui ? Pourquoi une nouvelle période de prospérité est-elle inévitable ? Et que devons nous faire pour que notre système dépasse son grand rival chinois ? Les réponses se trouvent dans nos capacités à fabriquer des miracles. Les réponses sont dans les secrets du système occidental. Les réponses sont dans ce livre.

Howard Bloom

Extrait du prologue
Lame a-t-elle sa place dans cette Machine ?
Pourquoi le capitalisme a-t-il besoin dune révision radicale ?

La première décennie du XXIe siècle aura infligé au monde occidental une fracture du crâne après l’autre. Les attaques du 11 septembre et l’écroulement du World Trade Center de New York, le bourbier en Irak, le Grand Crash de 2008, l’implosion d’entreprises majeures telles que General Motors, Chrysler, Merril Lynch et City Bank, et l’expansion de la Chine au rang de superpuissance ; tous ces événements ont été des coups de poing pour nous réveiller. Ils nous ont apporté, à vous et moi, PDG, chercheurs, artistes, étudiants, et penseurs, ce qui pourrait bien être notre plus grande opportunité et notre plus grande responsabilité depuis la Grande Dépression et la menace nazie de renverser le mode de vie occidental dans les années 1930.
Notre civilisation est attaquée mais la plupart d’entre-nous ne veut pas la défendre. Pourquoi ? Il y a un vide dans notre sens de la signification. On nous a dit que le système occidental est un système dans lequel les riches créent des besoins artificiels pour sucer l’argent, le sang et l’esprit du reste d’entre-nous.
On nous a dit que les requins de l’industrie travaillent sans relâche à transformer les humains sensibles que nous sommes en consommateurs - acheteurs idiots qui regardent passivement la télévision tandis que la mauvaise nourriture aux saveurs artificielles, conservateurs chimiques et sucres bon marché nous rend obèses. Et c’est en partie vrai.
Mais le problème ne se situe pas dans les turbines du mode de vie occidental - il ne réside pas dans l’industrialisation, le capitalisme, le pluralisme, la liberté d’expression ou la démocratie. Le problème vient du prisme par lequel nous voyons les choses.
Les flux émotionnels ont alimenté notre passé et conduiront également notre futur. Mais nous n’avions jamais eu le spectre perceptuel qui les expose au grand jour. Le capitalisme fonctionne. Il fonctionne pour des raisons qui n’apparaissent pas dans les analyses de Marx ou dans les statistiques des économistes. Ça marche maladroitement, tant bien que mal, parfois brillamment, parfois sauvagement. Le Génie de la Bête : une Révision Radicale du Capitalisme tente de nous montrer pourquoi.
Le Génie de la Bête tente de révéler le sens plus profond de ce qui se cache sous ce qu’on nous présente comme du matérialisme grossier. Il sonde comment nos réalisations obsessionnelles et échanges de biens et services élèvent mystérieusement la nature de notre espèce, nous donnent de nouveaux pouvoirs et nous dotent de l’équivalent de nouveaux bras, jambes, yeux et cerveaux.
Le Génie de la Bête sonde un secret non révélé du système occidental - nous ne sommes pas de simples chiffres dans un jeu de nombres. Nous sommes des personnes avec des sentiments et nous sommes cousus d’échanges émotionnels.
Qu’est-ce que La Bête ? C’est la civilisation occidentale. Un monstre avec un métabolisme particulier - le capitalisme. Le capitalisme est un mot qui est devenu un juron pour beaucoup d’entre-nous. Mais sous la surface, le capitalisme et le système occidental cachent des habilités étonnantes. Le Génie de la Bête regarde la dure réalité en face. Beaucoup d’entreprises d’aujourd’hui sont, du point de vue créatif et moral, endormies. Mais vous et moi pouvons les réveiller de la façon la plus ironique qui soit - par une amélioration étrange mais vitale de la richesse de nos vies. Chaque culture a besoin d’un mythe de création, une vision de comment les choses se sont produites. Ce mythe de création définit les valeurs d’une culture et ses aspirations. Le Génie de la Bête tente d’apporter un mythe de création radicalement nouveau - un mythe de création factuel, une histoire de la création basée sur l’histoire et la science. Le Génie de la Bête tente de nous donner une façon complètement nouvelle de comprendre notre société.

ILS EN PARLENT…

« Bloom est en penseur comme Henri Bergson … Un livre incroyable et brillant »
Robin Fox, Rutgers University

« Une création littéraire visionnaire » Avul Pakir Jainulabdeen, Président de la République Indienne (2002 à 2007)

« Un livre extraordinaire … Je n’ai pas pu le poser »
James Burke BBC.

« Un livre impressionnant et stimulant »
James Fallows, New America Foundation.

« Ce livre va vous prendre à la gorge et secouer toutes vos idées reçues sur la vie »
Robert D. Steel, officier de la CIA

Parution : 1 mars 2012
Format : Broché
Nb de pages : 464 p.
ISBN : 978-2914569767
Prix : 24,90 €

, , , ,

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.