“RENDS-MOI MES LEGIONS !” LE PLUS GRAVE DESASTRE DE L’ARMEE ROMAINE


Luc Mary
Larousse

A travers les récits des historiens antiques, tels Tacite ou Dion Cassius, Luc Mary retrace ici, dans un style vif et précis, l’histoire du plus grave désastre de l’armée romaine.

rends-moi-mes-legions

Trois légions, six cohortes d’auxiliaires et trois ailes de cavalerie, soit plus de vingt mille soldats, auxquels il faut ajouter une dizaine de milliers de civils : tel est le cortège qui avance, sous les ordres du général romain Varus, en ce matin brumeux du mois d’octobre de l’an 9.

De retour d’une expédition en Germanie, cette foule de combattants, étirée sur une quinzaine de kilomètres, s’enfonce dans la forêt de Teutoburg pour rejoindre les camps fortifiés sur le Rhin. Or, tapis dans les taillis, des milliers de guerriers chérusques, le torse nu pour impressionner leurs adversaires, le visage et le corps peinturlurés de blanc, les épient, attendant le moment propice pour se jeter sur eux…

A travers les récits des historiens antiques, tels Tacite ou Dion Cassius, Luc Mary retrace ici, dans un style vif et précis, l’histoire du plus grave désastre de l’armée romaine.

REVUE DE PRESSE /
La critique de Nicolas Bernard sur Histobiblio.com :

«  Deux mille ans auparavant eut lieu l’une de ces batailles qui, dit-on, décident du sort de tout un continent. En octobre de l’an 9 ap. J.C., plus de 20.000 légionnaires romains regroupés en trois légions, revenant d’une expédition menée en Germanie, furent exterminés par des milliers de guerriers chérusques conduits par Arminius, jadis officier de l’armée romaine. Ce désastre, dit de Teutoburg, marqua virtuellement le terme de la colonisation de la Germanie au-delà du Rhin. Les légions impériales eurent beau, par la suite, écraser les Chérusques au cours d’une campagne punitive, elles ne purent se maintenir en Germanie, décimées qu’elles furent par les aléas climatiques. Or, ce fut de cette région que déferlèrent, plus de trois siècles plus tard, les « invasions barbares »…
L’épisode de Teutoburg a fait depuis l’objet d’une construction mémorielle, en Allemagne, similaire à celle de l’édification du mythe gaulois en France, Arminus – Hermann, outre-Rhin – étant devenu l’équivalent de Vercingétorix, héros national résistant victorieusement à l’envahisseur latin. La réalité, comme toujours, apparaît plus complexe que la légende. Le désastre romain de Teutoburg, démontre Luc Mary dans cette vivante synthèse, n’était pas inscrit dans les astres, et doit être interprété à la lumière du contexte, celui d’une occupation romaine de la Germanie qui s’est révélée créer des contacts entre civilisations, mais a été également source d’abus, fédérant ainsi des tribus germaines désireuses de recouvrer leur indépendance. Or, l’incompétence militaire du légat Varus, le gouverneur local, n’a eu d’égale que les extraordinaires aptitudes d’Arminius, Chérusque servant l’armée romaine mais décidé à lutter contre l’Empire. Arminius, lui, a percé le point faible des légions : en combat frontal, elles sont invincibles, mais un harcèlement continuel de leurs lignes de communications en territoire forestier serait à même de mener à leur anéantissement. Cette stratégie de guérilla a porté ses fruits, aboutissant à l’une des pires débâcles que connaîtra l’armée impériale, au point de susciter la dépression du Princeps Auguste.
Luc Mary nous raconte cette sanglante page d’histoire avec un réel talent pédagogique, nous entraînant à sa suite aux confins de l’Empire romain, dans les forêts de Germanie, où se posent les fondations de cet affrontement décisif. De cet épisode bien plus passionnant qu’un simple péplum, il nous en rappelle également les conséquences, sur le moment comme sur la longue durée : indéniablement, Teutoburg aura contribué à vicier la puissance romaine, à l’instar d’autres défaites (Cannes, Andrinople, etc.) qui font l’objet d’une rapide description en annexe… »

http://www.histobiblio.com/Rends-moi-mes-legions.html

Pages: 204 p.
Format: Broché
Dimensions: 14.0 x 21.0 x 1.2 cm
ISBN: 9782035848420
EAN13: 9782035848420

,

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.