LA CROISADE DES ENFANTS



la-croisade-des-enfants

Florina Ilis

Editions des Syrtes


L’histoire commence un matin, sur le quai d’une gare, quand un groupe d’enfants part vers la mer Noire, en colonie de vacances. Stoppé en pleine campagne par les écoliers, leur train ne parviendra pas à destination. Aidés par Calman, « Tsigane blond à peau blanche », les enfants vont y organiser leur propre vie devant des troupes spéciales déconcertées et des médias avides de nouvelles sensationnelles.

Ce qui n’était au départ qu’un jeu pour les enfants, prêts à en découdre avec le monde réel ou virtuel des adultes, devient une véritable affaire d’État. On évoque la présence d’un groupe de terroristes voulant déstabiliser le gouvernement ; on pense par la suite à des malfrats, des trafiquants en tout genre - hypothèse encouragée par l’arrivée massive d’enfants des rues sur les lieux, qui demandent la liquidation des orphelinats et des foyers d’accueil.

Les médias, la police, l’armée, les professeurs ou les parents, la société entière, semblent incapables, pour un temps, de mettre fin à la « croisade des enfants », qui exigent le respect de leurs droits et de leurs libertés.

L’issue sera précipitée dans une confusion générale et nul ne sortira indemne de cette aventure où le burlesque le dispute au tragique. Écrit par un auteur doué d’une indéniable grâce littéraire, La Croisade des enfants est une fresque du chaos postcommuniste roumain, confronté à ses propres dilemmes : enfance et jeunesse déboussolées, progrès et adaptation, politique et corruption, innocence et compromis…

Succès critique mais aussi succès de librairie, La Croisade des enfants est une fresque de la Roumanie contemporaine qui a comme point de départ le voyage en train d’un groupe d’enfants vers une colonie de vacances, au bord de la mer Noire. Le train est détourné par les écoliers issus de milieux très différents, enfants gâtés, orphelins, tsiganes et n’arrivera nulle part. Stoppés en pleine campagne, les enfants vont organiser leur résistance devant les troupes spéciales venues de Bucarest et qui ne comprennent pas ce qui se passe. Ils pensent avoir affaire à un groupe de terroristes qui exerce un chantage sur le gouvernement ; on pense par la suite à des malfrats roumains. Les enfants demandent la liquidation des orphelinats et autres maisons d’accueil. Une bagarre entre les deux groupes d’enfants permet aux autorités de reprendre le contrôle de la situation - ce qui se soldera par quelques victimes.

La Croisade des enfants invite à une réflexion sur les rapports entre les générations et sur la société actuelle. Le roman, dans un style libre et qui permet l’ironie, est composé de fragments qui alternent rapidement : à chaque page, le lecteur se retrouve devant un nouveau « rapporteur » impliqué dans l’histoire. Chaque phrase se termine par une virgule, accentuant la continuité du récit, sans affirmation, uniquement par des exclamations ou des questionnements.

La Croisade des enfants a été traduit en espagnol, portugais, hébreux et hongrois et le film adapté du roman est en tournage actuellement en Roumanie.

CE QU’EN PENSE LA PRESSE :

“La Croisade des enfants est un roman qui ne laisse pas indifférent. Par son style d’abord, incisif, cassant, inquiétant, et en même temps empreint d’une tendresse évidente et truffé d’allusions plus ou moins ironiques qui le rendent d’autant plus vivant et poignant. Et par son récit ensuite… [...] C’est beau. C’est fort. Et absolument bouleversant.”

Le Dauphiné libéré

“Un gros et grand roman étonnant, tout à la fois conte truculent et satire grinçante des réalités de la Roumanie postcommuniste, mais aussi méditation sur l’innocence et la pérennité du mal. Un livre kaléidoscope sur une société corrompue, obsédé par l’argent facile, rongée par la violence et hantée par les réminiscences du passé et de la dictature ubuesque des époux Ceausescu. Une société où le tragique a fait place au grotesque.”

Libération

“L’ironie, le sens de la narration et culture aussi rayonnante qu’acérée de Florina Ilis font merveille, éveillant chez le lecteur mille étages de réflexion. Image du chaos postcommuniste et de la condition parfois exécrable des jeunes Roumains, de la dégringolade des utopies, ce vaste apologue est bourré de talent jusqu’à la gueule. Au point que notre conception de la nature humaine en est ébranlée.”

Le Matricule des anges

Née en 1968, Florina Ilis a publié un recueil de haïkus et quatre romans. La Croisade des enfants a reçu de nombreux prix littéraires, dont le prestigieux prix de l’Académie roumaine.

Pages : 524 p.

Traduit du roumain par Marily le Nir

ISBN : 978-2-84545-152-0

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.