LES GRANDS SOLDATS - TOME 1 - UNE AVENTURE DE CATHAL CRAM


les-grands-soldats

Laurent Rivelaygue, Olivier Tallec

Gallimard

Frédéric-Guillaume 1er, appelé aussi le « Roi-sergent », se mit en tête de moderniser l’armée prussienne, un des rares sujets qui semblât l’intéresser. Ce qu’il fit, comme le soulignent les auteurs en fin d’album, en incorporant aux troupes 40.000 mercenaires.

Pour sa garde personnelle, il réforma le régiment des Grenadiers de Postdam, en intégrant, de gré ou de force, des géants pris aux quatre coins de l’Europe. Cathal Crann faisait partie de ceux-là.

A partir d’un fait historique étonnant et qui traduit autant la mégalomanie que la propension de certains chefs d’État à s’adonner à leurs petites obsessions, Laurent Rivelaygue propose un récit amusant qui fait suivre le destin d’un colosse imaginaire arraché d’Irlande pour satisfaire les caprices d’un grassouillet rustre et mal embouché.

Le site d’Olivier Tallec : http://www.oliviertallec.fr/

REVUE DE PRESSE /

La critique de L. Cirade :

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le baraqué rouquin dispose d’une nature lui valant la sympathie de qui le croise - hormis ceux qui le voient comme un concurrent aux faveurs de son Altesse - autant qu’elle attire une gent féminine bien peu farouche, habituée qu’elle peut être à la fréquentation des hommes de troupe. Pour traiter du sort de ces Grands soldats, le ton est à la comédie, avec de nombreux personnages qui évoluent, parfois avec force d’agitation, autour du placide et peu bavard gaillard. Gare, cependant, à ne pas réveiller l’animal, hérité d’un traumatisme passé, qui sommeille en lui ! Les pages défilent à bonne allure, le scénario brodant avec légèreté et une certaine malice pour illustrer cette curiosité de l’Histoire, jusqu’au moment où, bien que l’histoire de Cathal Crann ne soit pas encore refermée, l’inspiration paraisse un peu tarie. Sans remettre en question le sentiment positif qui accompagne la découverte de ce qui précédait, la conclusion laisse un peu dubitatif, tout comme ce qui est donné à voir du chien rouge qui le hante. Un peu comme si toutes les promesses n’étaient finalement pas tenues.

D’un point de vue graphique, en revanche, elles le sont pleinement. Après Negrinha et son ambiance habitée par la lumière du Brésil, Olivier Tallec anime une foule de petits (et grands) bonhommes vifs et expressifs évoluant dans une vieille Europe aux teintes variées et plus contrastées. Un authentique régal !

http://www.bdgest.com/chronique-4280-BD-Grands-soldats-Les-grands-soldats.html

REVUE DE PRESSE /

La critique de Plienard (14/12/2010) :

Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume Ier est autoritaire, vulgaire, capricieux, colérique et parfois violent. Il est très peu cultivé et sa seule passion est son armée. Et il s’est mis en tête de créer une armée de géants. Il fait recruter les plus grands hommes parmi la Prusse et à l’étranger si nécessaire. Tous les moyens sont bons pour le recrutement, même l’enlèvement. Cathal Crann est un colosse irlandais. Le colonel Van Dijk, parcourant l’Europe à la recherche d’hommes dans son genre, lui propose d’intégrer l’armée de Prusse avant de l’embarquer de force jusqu’à Potz­dam après son refus. Sur la route, les deux hommes apprennent à s’apprécier et Cathal fait preuve de grandes qualités. Une vie incroyable commence alors pour lui.

Drôle d’histoire que nous raconte là Laurent Rivelaygue et que dessine Olivier Tallec. Tiré d’une histoire vraie (le roi de Prusse qui a créé une armée de géant) et reprenant quelques personnages historiques (le roi de Prusse, James Kirkman, Redivanoff), le scénariste invente cet irlandais colossal capable de devenir complètement fou quand on le met en colère. Selon Cathal, un chien rouge est dans sa tête. Si l’on croit, tout d’abord, à une métaphore de sa colère, le chien finit par prendre forme et réellement sortir pour déchiqueter les assaillants de Cathal. Car, l’irlandais, malgré toute sa sympathie et sa gentillesse qui vont charmer Hilde, la fille de son hôte, ne se fait pas que des amis. Si le roi est content de son nouveau joujou, son arrivée fait perdre de l’influence à certains et la jalousie fait le reste.

On se prend d’amitié pour Cathal Crann dès le début. Ce jeune berger irlandais va être enlevé et éduqué par l’armée, logé et nourri, va rencontrer l’amitié et l’amour, mais aussi la bêtise et la haine. Il gardera pourtant une certaine intégrité tout le long de l’histoire. Tous ces sentiments sont superbement exprimés par le dessin d’Olivier Tallec. Avec un style simple, mais très expressif, il parvient à montrer toutes les émotions des personnages et des situations. Ce n’est pas le plus beau dessin du monde, mais il est cohérent tout le long de l’histoire. Le dessin résonne parfaitement avec l’atmosphère à la fois dramatique, humoristique et fantastique. Il n’y a quelquefois que des ombres et des couleurs jetées à travers la case, mais tout s’exprime clairement.

Voilà deux auteurs qui ont su trouver la bonne équation entre leur talent respectif. Une belle découverte avec une fin superbe. La collection Bayou des éditions Gallimard recèle de petits bijoux.

http://www.krinein.com/bd/grands-soldats-1-aventure-cathal-cram-10576.html

les-grands-soldats-1

Les Grands soldats - Tome 1 - Une aventure de Cathal Cram

Scénario : Rivelaygue, Laurent

Dessin : Tallec, Olivier

Couleurs : Tallec, Olivier

Editeur : Gallimard

Dépot Légal : 10/2010

ISBN : 978-2-07-062955-8

Nb Pages : 121

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.