LA TRAVERSEE


la-traversee

Jérémie Royer

Manolo sanctis


Un homme solitaire traverse un pays dévasté par une catastrophe dont tout le monde a déjà oublié les causes. Dans cet univers post-apocalyptique, les survivants se font rares, et les temps sont durs. Des hordes de pillards sans foi ni loi ravagent ces contrées troublées. Lorsqu’il fait la rencontre d’une jeune orpheline, notre héros sait que son chemin sera semé d’embûches, mais il sent, au fond de lui, que l’espoir d’une ère nouvelle n’est pas mort.

Puisant son inspiration chez McCarthy (La Route), Miller (Mad Max) ou encore Hara (Hokuto No Ken), Jérémie Royer nous délivre un magnifique road-trip aux accents fantastiques, sombre et inspiré.

INTERVIEW EXPRESS DE L’AUTEUR :

Où as-tu puisé ton inspiration pour réaliser cet album ?

J : Je me suis inspiré de films tels que Mad Max pour l’univers désertique et le désolement. De livres tels que Malevil pour l’esprit humain ou La route pour la noirceur du monde. Il y a longtemps que m’intéressais à la façon dont un homme pouvait survivre à une catastrophe. Le livre Homo disparitus parle pas mal de tout ça, comment serait le monde sans hommes.

Dans ton album, la religion est très loin d’apparaître comme le remède salutaire de l’humanité qui se trouve plongée en plein contexte apocalyptique. Vers quoi penserais-tu te tourner dans de telles circonstances ?

J : Chacun cherche son chat. Moi, je me dirigerais vers l’humain. Je suis sûr qu’il est capable de se révéler très intelligent et qu’il peut prendre ce qu’il y a de bon en chacun de nous.

Le style de La Traversée est très épuré, mettant l’accent sur l’aspect contemplatif de la BD. Pourquoi avoir pris ce parti ?

J : Je voulais que l’on s’attarde sur des paysages. Je voulais instaurer une certaine lenteur et créer ainsi une certaine désolation, un univers vide. Quand je conçois une bande dessinée, je m’imagine souvent les scènes comme dans un film. C’est peut-être une façon d’essayer de retranscrire ce que j’imagine sur du papier. De cette manière, cela paraît contemplatif.

Né à Paris en 1979, Jérémie Royer passe une grande partie de sa jeunesse à Nice où il rentre en école de graphisme publicitaire pendant deux ans. Il décide ensuite de partir à l’école de BD de Saint-Luc à Bruxelles. Ses études terminées, il retourne finalement à Paris, où il débute sa carrière dans le dessin. Rapidement repéré par manolosanctis, il participe aux recueils 13m28 et Phantasmes puis publie son premier album, La Traversée.

la-traversee-1

la-traversee-2

Jérémie Royer

Manolo sanctis

Series : Gemini

72 pages

ISBN : 9782359760149

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.