LA FEE BENNINKOVA


la-fee-benninkova

Franz Bartelt

Editeur : Le dilettante

Les contes de fées, on connaît, mais les mécomptes d’une fée, la chose est beaucoup plus rare. Noir, goguenard, hilare et féroce, ce conte féérique inspiré par la fée Clochette et la pulpeuse Paulette de Pichard, est ciselé par le talentueux Franz Bartelt. Un régal !

Résumé : Les contes de fées, on connaît, mais les mécomptes d’une fée, la chose est beaucoup plus rare, et fort pathétique. Dont acte avec la Benninkova de Franz Bartelt qui s’en vient cogner, minuit sonnant, à l’huis de Clinty Dabot ! La pauvrette s’avoue toute harcelée par trois malheurs : une envie pressante, la perte de sa baguette et le péril rôdant des Grands Lutins Noirs, horribles malfaisants, gourmets de fées qu’ils dépiautent et savourent en bande. Surpris mais compatissant, Clinty Dabot, béquillard à la patte folle et au dos en vrac, lui offre une hospitalité récompensée, comme il se doit, quand la régie régionale des baguettes de fées aura renvoyé un autre spécimen, par le traditionnel voeu exhaussé.

La fée s’acclimatant et la confiance venant, Clinty se met à dévider par le menu les replis d’une existence aussi tortueuse et douloureuse que son squelette. Une vie hantée par le dévoilement tarifé (et au plus haut !) de l’anatomie de Marylène, l’opulente caissière du supermarché dont les rondeurs, les plis et replis, la fourrure et les accès intimes sont la terre d’aventure du Clinty Dabot. Noir, goguenard, hilare et féroce, ce conte féérique inspiré par la fée Clochette et la pulpeuse Paulette de Pichard, est ciselé par le talentueux Franz Bartelt. Un régal !

Extrait :

« Vous avez un bon fond, Clinty, appréciait la fée Benninkova. Vous êtes étourdissant de bonté. Je crois que je vais être idéalement heureuse de vous transformer en prince charmant. Vous le méritez plus que n’importe quel crapaud. »

Presse :

Le Bartelt nouveau est arrivé, et il est nettement plus savoureux que le beaujolais du même nom (…) Dire le plus grand bien de La Fée Benninkova (…) Le romancier y raconte la rencontre inopinée entre un handicapé et une fée qui a perdu sa baguette.

Gilles Grandpierre, L’Union, 1er décembre 2010

Franz Bartelt

Editeur : Le dilettante

Couverture : Lucia Di Bisceglie

Genre : Conte(s)

Nombre de pages : 160

Format : 12×18 cm

ISBN : 978-2-84263-658-6

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.