KRABAT


krabat

Otfried Preussler

Bayard


Krabat, quatorze ans, mendie sur les routes de Saxe avec deux compagnons d’infortune. Une nuit, il rêve de onze mystérieux corbeaux, et une voix lui ordonne de se rendre au moulin de Koselbruch. Irrésistiblement attiré, il s’y présente. Malgré l’accueil étrange que lui réserve le maître, il commence son apprentissage avec onze autres garçons-meuniers, parmi lesquels Tonda, l’aîné, qui le prend sous son aile, Juro, le benêt, et le perfide Lyschko. Krabat comprend bientôt qu’il a mis les pieds dans un terrible engrenage .

Pour échapper à ce piège, le garçon aidé de ses plus proches amis et d’une jeune fille dont il est tombé amoureux, va défier ce maître cruel et tyrannique. Un récit envoûtant, à la mécanique implacable, destiné aussi bien aux jeunes lecteurs qu’aux adultes. Un hymne à la valeur inestimable de la liberté et de l’amitié, reconnu en Allemagne comme un chef-d’oeuvre.

Il existe une sorte de magie que l’on acquiert avec peine, celle du Koraktor, que l’on doit apprendre signe après signe, formule après formule.  Et il en existe une autre qui pousse et grandit au fond du cœur d’une personne, simplement parce qu’elle se soucie d’une autre personne aimée.

Krabat est un jeune vagabond qui mendie pour subsister. Une nuit, il rêve de 11 corbeaux, et une voix impérieuse lui demande de se rendre au moulin de Schwarzkolln. Après avoir fait le même rêve plusieurs nuits de suite, il décide de suivre cet ordre, et devient apprenti du Maître avec 11 camarades, qui leur enseigne le métier de meunier mais surtout la magie noire.

Ce livre nous plonge dans un monde étrange, éthéré, comme coupé de la réalité. L’écriture est très factuelle, c’est à dire que l’auteur se contente de relater ce que Krabat fait, ce qui se passe au moulin et les rêves des apprentis. Je qualifie donc son style de factuel en opposition à une écriture qui ferait appel aux sens,  avec des descriptions de goûts, de couleurs, de sensations, d’ambiance, avec des métaphores. D’ailleurs, la fin est très abrupte, à l’image du reste du livre. Le récit utilise également à plusieurs reprises un procédé de répétition, qui me plait beaucoup, et qui construit une sorte d’écho onirique dans le roman.

Bref, c’est un livre difficile à décrire, qui n’est pas vraiment un roman mais un récit étrange, qui a réussi à éveiller ma curiosité et à me donner envie de continuer ma lecture.

Un film a été réalisé en Allemagne, dont voici la bande-annonce traduite en anglais. Le trailer a l’air de beaucoup miser sur l’action et les effets spéciaux, ce qui doit donner une atmosphère assez différente du livre, dans lequel l’attente se fait pesante et participe à une ambiance lourde plutôt réussie.

Format : 200×134x21

Nombre de page(s) : 322

ISBN: 9782747026079

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.