MADELEINE CASTAING


madeleine-castaing

Emily Evans Eermans

Regard


Présentation de l’éditeur : “Muse, magicienne, mécène, marchande, fabricante de mythes, tous ces termes auront servi à qualifier Madeleine Castaing, dont le style continue d’envoûter et d’hypnotiser. tectrice, rêveuse, voyageuse, brocanteuse et, bien qu’elle trouvât de mauvais goût l’activité inhérente à ce terme, décoratrice. Au cours de sa vie quasi centenaire, elle endossa tous ces rôles avec passion.”

Ainsi commence l’étude détaillée et fascinante de l’incomparable Madeleine Castaing par Ennily Evans Eerdmans. Alors que le modernisme battait son plein au début et au milieu du XXe siècle, l’antiquaire et décoratrice française Madeleine Castaing créa son propre style, mélange unique de néoclassicisme, de romantisme proustien et d’esprit français à l’état pur.

Sa vision esthétique a inspiré les maîtres du goût des deux côtés de l’Atlantique et ses adeptes sont légion aujourd’hui comme naguère.

Cet ouvrage, résultat d’une recherche menée avec compétence, la première du genre, explore toutes les recettes de la vie et de l’œuvre de Madeleine Castaing. Après nous avoir présenté son enfance et sa vie d’écolière dans un couvent près de Chartres, l’auteur aborde les années dans cet épicentre de la vie artistique parisienne qu’était alors Montparnasse telles que les vécut Madeleine Castaing, qui y découvrit en compagnie de son bien-aimé Marcellin l’artiste taciturne Chaïm Soutine et nombre de maîtres de l’art moderne.

Après quelques années impétueuses passées à Paris, les Castaing se retirèrent dans leur maison de campagne, Lèves, dont elle fit ce qui peut être considéré comme son chef-d’oeuvre, véritable laboratoire où son style prit forme et où s’épanouit sa vision sans pareille. Tous les déments du style Castaing, tapis “léopard”, bleu opalin, abat-jour “coolie” ainsi qu’un mélange éclectique de meubles néoclassiques (allant du style Regency au style Napoléon III), firent mis à contribution dans cette maison romantique.

Durant l’Occupation, Madeleine Castaing transforma audacieusement ses stylisations décoratives en une profession à part entière. Après la guerre, elle ouvrira sa boutique légendaire de la rue Jacob à Paris, que fréquentera une clientèle conquise et fidèle. Toujours curieuse et s’employant infatigablement à créer des cadres de vie qui reflétaient la magie de son esthétique excentrique, elle travaillera jusqu’à quatre-vingts ans passés.

Lorsqu’elle mourut en 1992 à l’âge de 98 ans, elle laissa un héritage encore inégalé. Outre plus de 250 illustrations, ce livre contient un appendice consacré à ses tissus et tapis préférés, tant fabriqués par d’autres que produits par elle.

Emily Evans Eerdmans est historienne du design et professeur d’histoire de la décoration d’intérieur et de l’ameublement au Fashion Institute of Technology à New York. Titulaire d’une maîtrise en art et en art décoratif du Sotheby’s Institute of Art à Londres, elle est l’auteur de classic english design and antiques (Rizzoli, 2006), et de Regency Redux (Rizzi, 2008).

Jacques grange, décorateur d’intérieur de réputation internationale, a travaillé avec madeleine Castaing au début de sa carrière. Frédéric Castaing, petit-neveu de madeleine Castaing, est marchand d’autographes historiques à Paris.

Emily Evans Eermans (Auteur),

Frédéric Castaing (Préface)

Jacques Grange (Préface)

Richard Crevier (Traduction)

Pages : 271 p.

ISBN-10: 2841052591

ISBN-13: 978-2841052592

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.