CONNAISSANCE DES PERES DE L’EGLISE - NUMERO 111. LA BEAUTE CHEZ LES PERES


connaissance-des-peres-de-l-eglise

Nouvelle Cité

Une contribution à la patristique latine et grecque.

La 4e de couverture cite Saint Augustin : « Bien tard je t’ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard je t’ai aimée ! Et voici que tu étais au-dedans, et moi au-dehors et c’est la que je te cherchais, et sur la grâce de ces choses que tu as faites, pauvre disgracie, je me ruais ! Tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi ; elles me retenaient loin de toi, ces choses qui pourtant, si elles n’existaient pas en toi n’existeraient pas !

Tu as appelé, tu as crié et tu as brisé ma surdité ;

Tu as brillé, tu as resplendi et tu as dissipé ma cécité ;

Tu as embaumé, j’ai respiré et haletant j’aspire à toi ;

J’ai goûte et j’ai faim et j’ai soif ;

Tu m’as touché et je me suis enflammé pour ta paix.

Quand j’aurai adhéré à toi de tout moi-même, nulle part il n’y aura pour moi douleur et labeur, et vivante sera ma vie toute pleine de toi. Mais maintenant, puisque tu allèges celui que tu remplis, n’étant pas rempli de toi je suis un poids pour moi.

Il y a lutté entre mes joies dignes de larmes et les tristesses dignes de joie ; et de quel côté se tient la victoire, je ne sais. Il y a lutté entre mes tristesses mauvaises et les bonnes joies ; et de quel côte se tient la victoire, je ne sais.

Ah ! malheureux ! Seigneur, aie pitié de moi.

Ah ! malheureux ! voici mes blessures, je ne les cache pas : tu es médecin, je suis malade ;tu es miséricorde, je suis misère. N’est-elle pas une épreuve, la vie humaine sur terre ?

Qui peut vouloir les tracas et les difficultés ?

Tu ordonnes de les supporter, non pas de les aimer. Aucun n’aime ce qu’il supporte même s’il aime supporter. Quelle que soit en effet la joie qu’on ait de supporter, on préfère pourtant n’avoir rien à supporter.

Dans l’adversité, je désire la prospérité ; dans la prospérité, je redoute l’adversité. Quel juste milieu y a-t-il entre les deux, où la vie humaine ne soit pas une épreuve ? »

S.Augustin, Confessions, X, 27, 38-28, 39, BA 14, pp. 209-211.

Au sommaire notamment :

La beauté chez les Pères (P. Laurence)

Le concept de beauté chez les Apologistes grecs (B. Pouderon)

La beauté aux yeux des hommes, la beauté aux yeux de Dieu chez les Tertullien (J. Siat)

La beauté de la croix (S. Deléani).

Page : 64 p

Reliure : Broché

Format : 24 x 16 cm

EAN13 : 3260050386470

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.