BRISURE A SENESTRE


brisure-a-senestre

Vladimir Nabokov (traduit du russe par René Alladaye)

Gallimard

Un grand roman de Nabokov sur l’homme face à la dictature …

Adam Krug, philosophe, dont la femme vient de mourir en le laissant avec son petit garçon David, est sollicité par ses collègues pour intervenir auprès du tyran Paduk, qui veut fermer l’université. Comme Adam refuse d’adhérer à l’idéologie fondatrice du parti, non seulement ses collègues sont arrêtés, mais son fils est pris en otage. Adam, qui se croit intouchable, vit un calvaire.

Adam Krug, professeur de philosophie de renommée internationale, perd sa femme et se retrouve seul tuteur de son fils. Leur amour est au centre de ce récit qui se déroule dans l’univers sombre de la dictature. Car Paduk, un ancien camarade de classe de Krug, a pris le contrôle de l’État. La raison et le sens commun désertent la nation.

Ce roman nous parle d’un pays imaginaire, mais où l’on reconnaît sans peine les terreurs de l’écrivain: le stalinisme et le nazisme. Dans ce pays, un coup d’état vient de se produire et une dictature s’installe. Aussitôt, le cauchemar commence: suppression de toutes les libertés, discours insipides hurlés dans toutes les villes, défilés de militaires grotesques, bornés et stupides … Et la peur se répand dans le pays; les arrestations d’intellectuels, les enlèvements et les assassinats politiques deviennent la règle.

A l’origine de cette situation, le tyran Paduk, un homme faible et lâche qui a souffert dans son enfance des railleries de ses camarades de classe. Tout jeune, il fonda le Parti de l’Homme Ordinaire, regroupant autour de lui tous les frustrés de la société. C’est ce parti qui, quelques années plus tard, prendra le pouvoir par la violence, imposant une doctrine qui propose de réduire les inégalités sociales en supprimant toute forme de culture ou d’originalité: l”égalité dans la bêtise standardisée!

Face au tyran stupide, un homme seul va se dresser: Krug, un ancien camarade du dictateur, célèbre philosophe et professeur à l”université dont le nouveau régime veut obtenir l’appui. Le savant, bien sûr, refusera. Dès lors, le thème du livre deviendra le duel entre la bêtise, l’abjection et le mensonge d’une part, et la tendresse, la beauté et la vérité d’autre part. Avec la précision et l’ingéniosité d’un maître d’échecs, Nabokov dévoile peu à peu la lutte implacable que mène le dictateur contre le philosophe: offres fabuleuses, menaces, enlèvement de ses amis… Le savant résiste et fuit de ville en ville avec son fils pour lequel il éprouve une infinie tendresse. Et c’est parce qu’il aime son enfant qu’il va devenir vulnérable. En effet, il suffira de lui enlever son enfant pour que cet homme solide soit brisé et devienne le pantin de la dictature.

Malgré un thème tragique, l’humour et la dérision sont partout présents, et ce livre est aussi, un manifeste contre la bêtise et toutes les dictatures, un roman qu’il faut lire plusieurs fois afin d’en saisir toutes les richesses.

En 1940, Nabokov s’installe aux Etats-Unis, fuyant une Europe livrée aux dictatures. Sur le nouveau continent, il enseigne le russe et travaille dans les laboratoires d’Harvard, faisant des recherches sur les papillons. Mais, tel un fantôme malfaisant, l’Europe hante son esprit et va le décider à écrire en 1945 son premier roman américain, Brisure à senestre.

Parution :  novembre 2010

Reliure : Broché

Format : 18 x 11 cm

ISBN : 978-2-07-034715-5

EAN13 : 9782070347155

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.