DEADLINE, DERNIÈRE LIMITE


deadline-3-orangers

Jean-Pierre JOURDAN

Préface de Raymond MOODY

Editeur: LES 3 ORANGERS

Expériences de Mort Imminente, une énigme pour la science

Un plaidoyer pour une étude scientifique des expériences dites de mort imminente.

« J’ai lu ce livre sur le vaste sujet des EMI/NDE … avec plaisir et émerveillement. Les nombreux témoignages cités apportent vraiment légèreté et humour sur un thème encore tabou et grave en Occident. Je le conseille à toute personne croyante ou sceptique intriguée par le sens de la vie et de la mort » (hyper-atheisme )

Une rigoureuse étude scientifique sur l’une des grandes énigmes humaines : les Expériences de Mort Imminente (E.M.I.)

La rigueur et la précision d’une véritable “enquête” sur un phénomène littéralement oublié par la recherche

Contrairement à ce que leur dénomination laisse entendre, les expériences dites de « mort imminente » (E.M.I.) ne concernent pas seulement des individus en état de mort clinique : les manifestations qui les caractérisent peuvent aussi se produire chez des sujets en parfaite santé, à la faveur de situations moins dramatiques : méditation, transport amoureux, anesthésie générale…

Fait étrange, toutes celles et tous ceux qui ont vécu une E.M.I. - quelles qu’en soient les circonstances - en rapportent des perceptions inexplicables, des sentiments particuliers et des souvenirs dont la similarité déjoue toutes les lois du hasard.

Que se passe-t-il en ces instants limites ?

Comment peut-on percevoir et mémoriser ce qui se passe autour de soi alors que l’on est parfaitement inconscient voire dans certains cas avec un encéphalogramme plat ? Quelle explication - et quel sens - donner au phénomène ?

Histoire”Vingt ans… Vingt ans passés à écouter encore et toujours la même impossible histoire.

Vingt ans passés à tenter de donner une légitimité aux Expériences de Mort Imminente : si pratiquement tous s’accordent pour dire que cette expérience est la plus belle de leur vie, presque tous ont attendu des années pour oser en parler, la gardant par-devers eux comme quelque chose de presque honteux.

En leur donnant la parole, j’ai d’abord voulu montrer à ceux qui l’ont vécue qu’ils ne sont pas seuls, que d’autres ont parfois pu vivre quelque chose d’encore plus incroyable. Leur montrer qu’ils ne sont ni fous ni hallucinés.

Ce livre est aussi pour ceux qui sont en première ligne : leurs proches, bien entendu, afin qu’ils puissent parler sans être regardés de travers, mais surtout les soignants, psychologues, infirmier(e)s, médecins. Il n’existe pour l’instant aucun enseignement sur le sujet dans les facultés, et la littérature qui traite des EMI de manière sérieuse est bien maigre. Tous ceux qui auront un jour à écouter le récit d’une telle expérience trouveront donc dans cet ouvrage de quoi se forger leur propre opinion, hors de toute interprétation partiale ou partielle : sans rien passer sous silence, j’ai écrit ce livre pour des lecteurs adultes en leur apportant tous les éléments qui leur permettront de réfléchir par eux-mêmes.

Les EMI sont quelque chose de sérieux, et il serait peut-être temps d’en informer la communauté scientifique. Aussi riches sur le plan humain que prometteuses sur celui de la connaissance, elles sont beaucoup plus complexes et cohérentes qu’il n’y paraît au premier abord. Ainsi que le lecteur critique s’en rendra compte à la lecture du livre, leur analyse montre à tous les niveaux des éléments tout à fait objectifs qui permettent de les aborder de manière raisonnée, en dépassant les interprétations a priori dont elles peuvent faire l’objet mais sans pour autant les réduire.

Au bout du compte, pour les yeux d’une science qui n’a pu les appréhender en totalité avec les concepts dont elle dispose pour l’instant, elles ressemblent fort à un phénomène nouveau. Et si ces expériences sont pour l’instant inexplicables, c’est -peut-être- parce qu’elles recèlent ce qu’il y a de plus précieux pour la connaissance : une nouvelle loi de la nature.

Il nous faut donc trouver les moyens de les explorer, et essayer de définir les nouveaux concepts qui nous permettront de les inclure dans le socle de nos connaissances.

Au fil des 640 pages de DEADLINE- Dernière Limite, et à travers l’étude approfondie de 70 témoignages, j’ai tenté de montrer que tout cela est possible”.

Extrait du livre :

« Il a été beaucoup écrit et dit sur les expériences que nous allons essayer ici de décrypter, qui sont dites “de mort imminente”. Si cette dénomination a largement contribué à leur diffusion auprès du public, elle a depuis les débuts masqué leur intérêt scientifique et humain, une information superficielle pouvant laisser penser qu’il ne s’agissait que d’hallucinations ou de créations plus ou moins élaborées d’un cerveau souffrant, permettant de vendre à un public naïf de vagues promesses de “vie après la mort”. L’analyse approfondie de nombreux témoignages à laquelle nous allons nous livrer dans les pages qui suivent montrera qu’il s’agit d’un sujet qui, loin de se résumer à une simple interrogation sur la “survie”, est susceptible de présenter à tous points de vue un intérêt majeur, non seulement sur un plan humain et existentiel, mais aussi et surtout pour tous ceux, médecins, psychologues et scientifiques qui seront les mieux placés pour les étudier dans les années à venir. Les controverses historiques qui ont depuis toujours opposé matérialisme et spiritualisme, monisme et dualisme sont encore de nos jours un sérieux obstacle pour un abord serein des EMI. Pourtant, une meilleure connaissance de ce genre de phénomènes ne pourrait que contribuer au recul de tous les obscurantismes, en éclairant les zones encore incertaines de la réalité qui profitent à ces derniers et dans lesquelles tout est encore permis. Nous verrons donc que ces querelles peuvent être dépassées grâce, précisément, à une étude détachée de tout présupposé idéologique. Les nombreuses enquêtes hospitalières parues dans la dernière décennie et portant sur des patients ayant subi un arrêt cardiaque s’accordent sur une fréquence de survenue aux alentours de 15 %. Il s’agit donc d’un phénomène qui n’a rien d’anecdotique et qui doit à ce titre être pris en compte par toutes les branches de la science - et elles sont nombreuses - qu’il peut intéresser. »

Biographie de l’auteur :

Docteur en médecine, vice-président et directeur de la recherche médicale de Iands-France (Inter-national Association fort Near-Dcath Studies), Jean-Pierre Jourdan étudie les expériences dites de ” mort imminente ” (EMI) depuis près de vingt ans. Ses nombreuses publications font autorité en la matière.

REVUE DE PRESSE :

La critique de Guy Morant

Sur « hyper-atheisme » :

« À l’inverse de Raymond Moody et des chercheurs anglo-saxons, Jourdan se méfie des religions et du dualisme. Je crois surtout qu’il s’adapte au scepticisme en vigueur dans la communauté scientifique française et qu’il craint d’être assimilé aux spiritualistes, aux marchands de transcendance niouâgeux et aux religions. Son parti pris est de revendiquer l’indépendance de la démarche scientifique, mais il oublie que les EMI relèvent tout autant de la spiritualité (il ne fait pas la distinction entre religion et spiritualité). Face à de telles expériences, la science ne peut offrir les outils de développement, de purification et de compréhension qui sont nécessaires pour les intégrer à nos existences. En outre, les EMI soulignent l’insuffisance de la pensée objective et la pertinence de la spiritualité (je pense au livre des morts tibétain, au kundalini yoga, aux expériences mystiques, à la méditation, etc.) Bien sûr, les expérienceurs s’éloignent des dogmes, des concepts trop schématiques (l’âme, le paradis, etc.), mais ils se rapprochent au contraire de toutes les méthodes que vous mentionnez.

La question du dualisme est particulièrement révélatrice : si l’on conçoit la possibilité pour l’esprit de quitter le corps, voire de lui survivre, la conclusion logique est qu’il existe bien deux ordres de phénomènes, l’un matériel et corruptible, l’autre spirituel et durable. Pas question d’échapper à un certain type de dualisme, ni de dépasser l’opposition monisme-dualisme. Je crois qu’il serait plus utile (et tout à fait conforme à la pensée de Jourdan) d’affirmer qu’il n’existe qu’une seule réalité, que la nature est une, même si nos sens et nos instruments ne nous permettent d’accéder qu’à une partie de cette réalité.

Je retiens en tout cas un élément important : Jean-Pierre Jourdan s’efforce de réconcilier l’esprit scientifique avec des phénomènes qui contredisent le modèle dominant. Il permettra à des esprit rationnels, à qui la spiritualité fait peur, de remettre en question l’idéologie matérialiste et de ne pas rejeter sans appel ce genre de témoignages. »

Dossier sur :

http://hyper-atheisme.hautetfort.com/archive/2007/05/06/deadline-derniere-limite-commentaire.html

Deadline, dernière limite

Auteur Jean-Pierre Jourdan

Editeur Les Trois Orangers

Format 16 cm x 24 cm

ISBN 2912883571

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.