FRANÇOISE DORIN : “PRETE MOI TA VIE POUR T’ECRIRE LA-HAUT”


prete-moi-ta-vie-pour-tecrire-la-haut

par Nicole Salez, mercredi 2 février 2011

chez FLAMMARION

Voici, avec “Prête moi ta vie pour t’écrire là-haut”, un ouvrage tendre, cocasse, baigné de nostalgie et d’humour comme sait nous en tricoter Françoise Dorin, écrivain certes mais aussi ex-comédienne et chansonnière de talent. Une conversation entre ici-bas et l’au-delà, entre la narratrice et son père, René Dorin, célèbre chansonnier revuiste, disparu en 1969.

Françoise Dorin : « Si je n’avais pas été la fille de mon père, j’aurais sûrement écrit un roman sur sa vie… Sur son enfance plus que modeste de petit villageois charentais, se voyant déjà en haut de l’affiche comme violoniste virtuose. Sur son obligation de concilier musique et notariat. Sur son engagement dans l’armée pour pouvoir monter à Paris… avec vue sur le Conservatoire. Sur son rêve brisé par la guerre de 1914 et son violon remplacé par un brancard ! Sur ses années de galère, après l’armistice et avant, pour lui, une réussite inattendue à la fois comme chansonnier revuiste et comme mari d’une ravissante normande. Oui, vraiment, la vie de mon père avait tout pour devenir un roman. Alors, finalement, je l’ai racontée sous son regard, dans une tendre et joyeuse complicité. »

L’auteure

Françoise Dorin a été comédienne avant de devenir écrivain et auteur de chansons. Dans ses nombreux livres, on peut citer : Va voir maman, papa travaille, L’Intoxe, L’Étiquette, Les Jupes culottes, Les Vendanges tardives, Les lettres que je n’ai pas envoyées…

REVUE DE PRESSE :

La critique du site belge « Le célibat ne passera pas par moi » :

« Un titre étrange pour un ouvrage hors normes.  Un titre qui fait fredonner “Au clair de la lune” bien sûr.

Un ouvrage que j’avais envie de lire, car dialogue tendre et drôle entre une fille et son père disparu.  Son père se trouvant “là-haut”.

Pas un dialogue déprimant sur la mort, que nenni.  Une façon originale de raconter sa vie, tout simplement.  Une vie qui commence il y a deux siècles, excusez du peu.

En alternant dialogues avec son père et flash-back sur sa vie, Françoise Dorin nous fait découvrir un homme passionné et passionnant.  Passionné par le violon, puis par les chansons, puis par l’amour de sa vie… passionné par la vie, tout simplement.  Une passion, notamment artistique, qui doit sans doute être génétique.

Hormis le récit de la vie professionnelle couronnée de succès de Monsieur Dorin, c’est le récit de la guerre, la grande guerre, qui m’a littéralement scotchée.  Avec les tranchées, la peur, le froid, la faim, et cette trêve de Noël devenue célèbre il y a quelques années, via le cinéma.

Un livre hors normes, je vous le disais, car au travers d’une seule vie, j’ai pu en découvrir plusieurs…

Article original sur :

http://www.le-celibat-ne-passera-pas-par-moi.be/archive/2011/02/14/prete-moi-ta-vie-pour-t-ecrire-la-haut-francoise-dorin.html

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.