BD / UNE VIE CHINOISE - T1 : LE TEMPS DU PERE & T2 : LE TEMPS DU PARTI


JQ_UneVieChinoise.qxd

Par Li Kunwu & P. Ôtié

Kana (/ Dargaud-Lombard)

 

Une BD exceptionnelle sur l’histoire de la Chine moderne, dépeinte au travers la vie du héros et de sa famille. Témoignage rare et passionnant, ce premier tome nous éclaire sur une époque de la Chine peu mise en lumière, car volontairement étouffée. Une œuvre démarrant avec force et dotée de nombreux intérêts.

 

1950. Mao Zedong est au pouvoir depuis un an. Dans les montagnes du Yunnan, les conditions de vie sont difficiles. Le Secrétaire Li, jeune cadre communiste enflammé, emmène la camarade Tao à la ville, ‘faire la révolution’. Fruit de leur union, Xiao Li - ‘petit Li’ - naît bientôt. A l’époque de Révolution triomphante, le petit garçon s’estime le messager du Président Mao. Arborant les couleurs du communisme et armé des citations du président, il fait régner la terreur autour de lui. Il est alors pris dans l’engrenage d’une folie collective indescriptible où chacun va dénoncer, casser, brûler…

 

Né en 1955 dans la province du Yunnan, d’un père cadre du parti et d’une mère ouvrière, Xiao Li a grandi sous propagande, dans un moule. Comme tout enfant de l’époque -ou presque- il a appris à aimer, à aduler Mao Zedong et à connaître par cœur les citations de son “petit livre rouge”. Il vécut durant sa jeunesse le mouvement du “Grand Bond en avant” mais aussi la famine qui suivit et qui dura trois ans. C’est également grâce à un annuaire illustré que le jeune garçon apprit à dessiner et qu’il mit plus tard son talent au service de la propagande.

Li Kunwu est un des rares artistes chinois de sa génération à s’être, tout au long de sa carrière, exclusivement, dédié au 9e art et à en vivre. En 30 ans d’activité, plus d’une trentaine de ses ouvrages ont été édités en Chine, et il a été publié dans les magazines de BD chinois les plus emblématiques tels que Lianhua Huabao, Huma Dashi, etc. D’abord spécialisé dans la BD de propagande, il s’est ensuite orienté vers l’étude des minorités culturelles chinoises dont sa province, le Yunnan, est si riche. Il est membre du parti communiste chinois et administrateur de l’Association des artistes du Yunnan et de l’Institut chinois d’étude du dessin de presse. P. Otié, dont il s’agit du premier ouvrage de bande dessinée, a vécu en Extrême-Orient pendant plus d’une dizaine d’années.

 

C’est encouragé par les éditions Kana et avec l’aide scénaristique de son ami P. Ôtié (ayant vécu une dizaine d’années en Extrême-Orient) que Li Kunwu s’est attelé à cette œuvre autobiographique inédite. Un travail qu’on devine éprouvant pour un artiste s’étant illustré pendant trente ans dans le dessin de propagande. Il est particulièrement difficile de se détacher d’une éducation conditionnée lorsqu’on a toujours été fidèle au parti.

 

De la rencontre de ses parents au décès du Grand Timonier, le président Mao, dans le T1, puis Durant les deux décennies qui ont suivi dans le T2, Li Kunwu raconte fidèlement la Chine et son régime au travers de sa propre jeunesse. Son enfance, son cheminement jusqu’à son entrée dans l’armée, tout dans ce récit transpire la sincérité. Malgré une fascination palpable, le regard sait aussi se faire critique, intransigeant. Le lecteur se retrouve étonné, secoué et ébranlé par la découverte de ce qui était une réalité. On apprend, on s’interroge, on s’indigne également. Aidés par une relative facilité de lecture, les auteurs ne nous ménagent pas pour autant en images choc, comme lorsqu’un camarade de Xiao Li s’épingle une médaille à l’éffigie de Mao à même la poitrine pour prouver son engagement révolutionnaire.

Pinceau en main, Li Kunwu anime ses planches d’un trait épais et caricatural. On remarque au fil des pages une certaine irrégularité dans le dessin des personnages, mais la spontanéité qui ressort de cet aspect graphique sert agréablement l’authenticité du récit.

Une vie chinoise s’impose comme un ouvrage indispensable, à la fois instructif et accaparant l’attention comme s’il la prenait par la force, à ceci près que nous la lui offrons avec une curiosité presque troublante.

 

Notons également la préface du journaliste Pierre Haski qui nous dresse un rapide mais intéressant portrait de la Chine d’après-guerre. Co-fondateur du site Rue89, il a vécu quelques années en Chine et est l’auteur de plusieurs livres sur le sujet, notamment Chine, les damnés du sida (Grasset, 2005) qui obtint le Prix International des Médias à Genève en 2005 et le Prix Joseph Kessel en 2006.

 

REVUE DE PRESSE :

La critique d’EVENE, par Mikaël Demets

Extrait : « Tiré des souvenirs du dessinateur Li Kunwu, ‘Le Temps du père’ choisit de raconter l’histoire récente de la Chine à travers la vie du jeune Li. Né au début des années 1950, le bambin découvre son environnement à travers les yeux d’une figure tutélaire, paternelle et à jamais marquante : Mao. C’est en enfant un peu perdu qu’il explore les ressorts d’un monde au bord du précipice, le monde de ses parents, de ses ancêtres, forcé, à coup de réforme ou de représailles violentes, de laisser sa place à une nouvelle Chine. Li traverse la famine, voit sa famille ou ses amis se déchirer ; la Révolution culturelle le happe en pleine adolescence, libérant les instincts vengeurs les plus vils, brisant la morale, déchirant le tissu social. Le dessin étrange de Li Kunwu, d’une élégance calligraphique toute asiatique, se déforme alors. Les cadrages vrillent, les proportions se dérèglent, le trait précis et élégant se tord. ‘Une vie chinoise’ interpelle par la justesse de ses descriptions, par sa retranscription dépouillée des bouleversements que ce déchaînement de violence impose à un jeune garçon élevé dans le moule de la doctrine étatique, dont l’ignorance, le zèle et la hargne seront les principaux atout de cette révolution que Mao impose grâce à la jeunesse. Sa vision du monde dogmatique et simplifiée se fissure, lorsque ses camarades profitent du chaos pour assouvir leur bassesse ou que son père, militant de la première heure, se trouve en porte-à-faux avec le pouvoir, victime de dénonciations calomnieuses. Un premier tome qui utilise au mieux les atouts de la bande dessinée pour témoigner de l’effrayant basculement dans la folie de tout un peuple hypnotisé par son guide ».

une-vie-chinoise-2une-vie-chinoise-3 

Broché: 254 pages

Editeur : KANA/Dargaud 

Collection : Made In

Langue : Français

ISBN-10: 2505006083

ISBN-13: 978-2505006084

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.