AKHENATON - LA FACE B


akhenaton-la-face-b

Akhenaton avec Eric Mandel

Editions Don Quichotte

 

Cela fait environ une vingtaine d’années que le rappeur Akhenaton, leader du groupe IAM, imprime une marque particulière au milieu du hip hop français. Ce petit-fils d’immigrés italiens rapporte aujourd’hui dans une autobiographie intitulée La Face B, son parcours riche en évènements, en rencontres et découvertes. Un livre co-écrit avec Eric Mandel, un collaborateur de RFI Musique.

 

On avait déjà une référence en matière d’autobiographie française d’une “rap star” : Mauvaise réputation de JoeyStarr, mètre étalon d’un genre dont il était le seul exemple. Et voici que le leader du groupe “ennemi” de NTM vient renforcer la donne. Akhenaton, rappeur du groupe IAM, un autre quarantenaire du hip hop d’ici, nous résume, avec l’aide d’Eric Mandel, un quart de siècle d’activisme rapologique et quelques souvenirs d’enfance.

 

Ce livre de 450 pages démarre à Marseille le 17 septembre 1968 pour s’achever le 15 mars 2008 au Caire, au pied des pyramides, avec le récit du concert d’IAM célébrant leurs vingt ans d’existence. Entre ces deux dates symboliques, on va de New York à Paris, de la scène au studio, de l’ombre à la lumière.

 

Avec candeur, tout en laissant quelques zones de flou, Philippe Fragione (le nom de naissance d’Akhenaton) résume sa vie de rimes, son ascension vers un improbable (et néanmoins durable) succès, ses doutes et ses victoires.

 

Si le style est moins truculent que celui de son double inversé JoeyStarr, il est sincère, et les anecdotes sont souvent étonnantes, comme celle de cette soirée new-yorkaise des années 1980 qui s’achève avec des coups de feu tirés par les gangsters du quartier.

 

Parfois très ancienne école, comme quand il explique regretter le temps où les enfants s’amusaient avec un bout de bois alors qu’aujourd’hui, ils ont perpétuellement le nez sur des écrans, le ton d’Akhenaton est juste, et raconte une certaine histoire française, celle d’une jeunesse qui a dû lutter pour exister. Une bio de qualité, donc, pour ceux qui connaissent l’artiste et les autres, qui veulent le découvrir.

 

Le point de vue de l’éditeur :

 

« AKHENATON a contribué à donner au rap français ses lettres de noblesse. Rappeur agile, auteur exigeant, compositeur inspiré, il concilie depuis ses débuts succès populaire et fidélité à l’éthique du hip-hop : dépassement de soi, tolérance, engagement, dénonciation sociale, mais aussi esprit festif et humour méditerranéen. Le créateur de la chanson Je danse le Mia, ce tube hexagonal qui a popularisé le rap auprès d’un large public, peut se targuer d’une constance jamais démentie en vingt ans de carrière.Et si le rappeur s’est beaucoup livré à l’exercice de l’introspection dans ses chansons - plus que n’importe quel autre rappeur - peu de gens connaissent le cheminement personnel de cet homme introverti et peu enclin à se livrer aux médias.Pour la première fois, le petit-fils d’immigrés napolitains, né en 1968 et élevé dans un village sur les hauteurs de Marseille, accepte de se raconter. Il nous entraîne tour à tour dans la campagne de son enfance, le Marseille interlope des années 1980, et le New York de tous les possibles, berceau du hip-hop, où il fit ses classes de rappeur à l’âge de 16 ans.L’histoire d’Akhenaton est celle d’un homme de passions, avec ses périodes fastes et ses années noires, celle d’un homme de foi érudit et d’un père de famille épanoui.Mais l’histoire d’Akhenaton, c’est aussi celle d’IAM, une aventure collective sans équivalent dans le rap français, qui dure depuis vingt ans. »

 

Akhenaton est auteur-compositeur et chanteur de rap français. Il est également producteur de nombreux rappeurs et réalisateur de film (Comme un aimant).Son livre est écrit en collaboration avec Eric Mandel, journaliste musical au Journal du dimanche et collaborateur de Paris Match et RFI musique.

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.