BEAU LIVRE : RELIURES GOURMANDES


reliures-gourmandes

Louis Faton

 

Les Bibliothèques-Médiathèques de Metz, l’association Les Amis de la Reliure d’Art - ARA France, l’association Bibliothèques gourmandes ont organisé une exposition internationale de Reliure d’Art à Metz, dans le cadre prestigieux de l’Arsenal-Metz en scènes, du 21 novembre au 24 décembre 2009, sur le thème des Reliures Gourmandes où les professionnels français et étrangers confronteront leurs créations, leurs styles et leurs savoir-faire.

 

L’exposition a donné lieu à un catalogue publié par les éditions Faton, reprenant toutes les pièces créés pour cet appel à projet, ainsi que les “reliures gourmandes” des deux seules bibliothèques françaises à en posséder : Metz et Dijon.

 

Reliure de création et gastronomie à fleur de peau

 

Les Bibliothèques-Médiathèques de Metz comptent, aujourd’hui parmi les collections, un fonds culinaire riche d’un millier d’ouvrages et de documents iconographiques reçu en donation. L’inventaire recensa des éditions rares, quelques belles reliures basanées enrobant des textes classiques mais aussi des livres de bibliophilie chagrinés qui ne demandaient qu’à changer de peau. Une réflexion menée par plusieurs conservateurs porta sur la mise en valeur de ce fonds et, à partir de 1983, il fut exposé dans son jus à plusieurs reprises mais décliné sur des thèmes différents pour le plus grand plaisir du public.

 

A Metz, reliure ancienne et gastronomie tenaient une place importante au sein des collections patrimoniales, il sembla évident d’associer conservation et création artistique contemporaine pour parer ces deux fonds de nouvelles reliures, témoignages d’un art et d’un métier qui ne s’étaient pas éteints. Car au-delà de la préservation des écrits, un exemplaire relié acquiert une originalité, une particularité indéniable, un aspect documentaire susceptible d’intéresser historiens et bibliographes.

 

Petite histoire d’une collection particulière

 

En novembre 1982, l’épouse d’un libraire messin, Yvonne Mutelet fit don à la bibliothèque messine d’une collection de livres de cuisine, menus, gravures et d’un ensemble insolite de papiers de sucre rapportés des quatre coins du monde. Sa vie durant et suivant les conseils avisés de son époux Marius Mutelet, Yvonne acquit éditions rares, gravures anciennes et contemporaines, amassa une abondante documentation sur l’alimentation, la santé, les techniques culinaires, les spécialités régionales, rassembla vignettes et revues spécialisées, cartes en tout genre : postales, publicitaires, de restaurants ainsi que des menus de tous les pays, colla inlassablement, sur de petits cartons, des centaines de papiers de sucre…

 

Yvonne n’était pas cuisinière mais aimait les livres qui parlaient de cuisine, singularité qui la poussa à collecter un peu de tout ou presque… Quelques pièces remarquables dont un Platine en françois de 1519, un ouvrage rarissime imprimé et manuscrit de Jacques Vontet sur l’Art de trancher la viande de 1650, auxquels s’ajoutèrent bien d’autres noms célèbres du XVIII ème et du XIX ème siècle, François Marin, Menon, Gilliers, Grimod de La Reynière, Antonin Carême, Jean-Anthelme Brillat-Savarin, Jules Gouffé, Alexandre Dumas, Charles Monselet, au XX ème siècle Raymond Oliver, René Héron de Villefosse, Jean-Louis Vaudoyer, … constituent en partie ce bel ensemble qui fut expertisé par un amateur éclairé de littérature culinaire, Gérard Oberlé.

 

Ce fonds n’a cessé, depuis 1982, d’être consulté, exposé, remarqué, prêté, photographié pour diverses publications et enrichi par de nombreux achats auprès de libraires spécialisés.

 

Veau, porc, chèvre, buffle, sanglier… pour en faire tout un plat !

 

De 1999 à 2004 plusieurs expositions de reliures contemporaines suscitèrent auprès du public un intérêt marqué pour cet artisanat d’art que beaucoup découvraient pour la première fois. Une politique de commande annuelle de trois ou quatre reliures d’art fut, dès l’an 2000, mise en œuvre auprès de relieurs talentueux qui s’enthousiasmèrent de travailler pour un établissement public. Le choix des titres à relier s’effectua sur divers fonds locaux (livres d’artistes, Jean Vodaine, Paul Verlaine, Joël Leick …) mais la gastronomie séduisit un bon nombre de relieurs.

 

Claude Honnelaître réveilla Les 5 sens de Raymond Oliver d’une peau de buffle gris-bleu incrustée d’un puzzle photographique, Daniel-Henri Mercher évoqua l’Eloge de la gourmandise de Jean-Louis Vaudoyer par une mosaïque de poissons colorés sur fond de chagrin jaune ; Emma Coll rendit tout en douceur au Manuel de cuisine ou l’art d’irriter lagueule de 1811 une seconde jeunesse en le recouvrant de chèvre oasis bordeaux, ouvrage qu’elle déposa dans un boîtier original décoré de papier, peint au pochoir, par ses soins. Stéphane Gangloff, autre jeune relieur-doreur, inspiré par un texte ancien et les gravures de Christiane Vielle, interpréta sobrement mais avec beaucoup de modernité La Mesure de Boire, extrait de la règle de saint Benoît qu’il enferma dans un écrin de veau rouge et de porc velours marron, Alain Devauchelle suggéra, sur un buffle vert doublé de porc velours lie de vin, tout un univers œnologique dans Vins, fleurs etflammes de René Héron de Villefosse par un jeu typographique particulier et une composition géométrique colorée. Quant à Sün Evrard c’est de peau de sanglier agrafée d’or qu’elle revêtit Grapes de D.H. Lawrence, exemplaire illustré de huit mezzotintes de Judith Rothchild.

 

Une drôle de cuisine dans un atelier créatif

 

Les Bibliothèques-Médiathèques de Metz disposent d’un atelier de reliure composé de professionnels dirigés par Angélique Michel, relieur confirmé. Cette équipe assure non seulement le suivi, l’équipement et l’entretien des collections, mais aussi le montage d’expositions et la participation à des animations extérieures. C’est tout naturellement et au fil du temps qu’Angélique Michel mit son savoir-faire et son goût pour la création au service des diverses manifestations qui se déroulèrent à la bibliothèque. La gastronomie lui livra quelques beaux exemplaires pour lesquels elle inventa un nouveau décor, une nouvelle vie. Angélique cuisina La France gastronomique de Curnonsky à sa manière, seize fascicules qu’elle recouvrit d’écailles de carpe, mates et brillantes, tantôt monochromes tantôt polychromes, doublés de gardes papier mis en peinture dans des coloris reprenant ou s’opposant aux couleurs des plats, le tout rassemblé dans une boîte de présentation en cuir et plexiglas.

 

Pour rehausser une édition originale de 1865, Mémoire sur le vin de champagne, c’est une pleine peau d’autruche naturelle estampée de bulles dorées pétillantes réalisées aux petits fers qui illustre les deux plats réunis par une tranchefile en soie or, effervescence d’un décor élégant et léger, marque d’une longue maturation et d’un savant dosage.

 

Plexiglas encore pour un emboîtage de 100 variétés de bonbons et sucreries faciles à préparerchez soi de B. Renaudet, paru en 1930 dont le dos lisse, recouvert de toile cirée rose bonbon, fixée par des rivets de couleurs acidulées, « Smarties » ludiques qui séduisent petits et grands, amateurs de friandises. Les papiers de bonbons consommés ici ne sont pas jetés mais recyclés par Angélique Michel en tranchefiles torsadées. Pour napper La table du végétarien de Louise Smeeckaert publié en 1935, une pochette de toile de jute rustique sur laquelle une broderie de fils de soie rappelle les couleurs de la nature et de ses produits, enfin du liège dont on fabrique les bouchons, elle revêtit d’une parure solide mais souple les Mémoires d’une bouteille de qualité qui se vide, au fil des mots, de tout son contenu pour ne donner que le meilleur.

 

 

 

 

 

[Re]-lier les mots et les mets

 

Ces quelques exemples de reliures montrent combien la créativité, pour peu qu’elle soit appréciée et valorisée, distingue un fonds, lui donne une identité particulière car le décor n’est pas une simple illustration narrative, il permet au livre d’être apprécié pleinement comme une œuvre mais aussi comme une création artistique.

 

La collection messine compte actuellement une trentaine de reliures réalisées par des professionnels, une quinzaine de reliures « maison » c’est à la fois peu mais beaucoup si l’on considère le coût, le petit nombre d’acquisitions annuelles (trois ou quatre) et la jeunesse du fonds. Pérenniser, valoriser et accroître ce fonds tel est l’objectif que l’établissement s’est fixé depuis neuf ans. 

 

 

Éditeur:Faton

Dimensions:28.7 x 21.6 x 1.7 cm

ISBN:9782878441284

EAN13:9782878441284

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.