LE DERNIER TEMPLIER : LE CHEVALIER DE LA CRYPTE


le-dernier-templier

Raymond Khoury (scénariste)

khoury-dernier-templier

Miguel (scénariste)

Miguel (dessinateur)

miguel-dernier-templier

DARGAUD

 

Tout avait commencé au Metropolitan Museum of Art : quatre cavaliers en costume médiéval avaient semé la terreur dans une exposition consacrée aux trésors du Vatican. Tess, une jeune archéologue présente sur les lieux, et Sean Reilly, un agent du FBI, mènent l’enquête. Cette dernière les conduit très vite sur les traces du fameux trésor des Templiers. Tandis que Tess cherche à retrouver un ancien professeur d’université qui s’est intéressé de près au sujet, l’agent Reilly remonte la piste d’un ex-flic qui a mal tourné. Leurs chemins vont finir par se rejoindre dans les bas-fonds des égouts new-yorkais…

 

Le roman Le Dernier Templier, vendu à 5 millions d’exemplaires et traduit en 38 langues, poursuit sa carrière de best-seller sous forme d’une bande dessinée. Servi par un trait réaliste dans la lignée de Largo Winch et porté par un scénario qui multiplie surprises et rebondissements, ce deuxième volet mêle avec efficacité scènes d’action sur fond de New York contemporain et retours vers le passé à l’époque des Templiers persécutés par le roi de France.

Entre thriller, ésotérisme et saga historique, cette série entraîne le lecteur dans une quête palpitante à la recherche d’une machine mythique, l’encodeur, seule capable de déchiffrer les manuscrits secrets des Templiers…

 

Raymond Khoury quitte le Liban pendant la guerre civile de 1975 pour s’installer aux États-Unis. Il retourne dans son pays natal et termine ses études d’architecte avant de devoir le quitter de nouveau, cette fois pour la France, où il étudie la finance à l’INSEAD, puis pour Londres et ses banques d’investissement. À force de s’ennuyer, il délaisse le monde des affaires et se lance dans l’écriture de scénarios (la série MI-5, c’est lui !) et de romans.

 

Miguel Lalor, alias Miguel, est un grand admirateur du Major Fatal de Moebius ainsi que de Leo, l’auteur des Mondes d’Aldebaran. D’origine brésilienne, il étudie aux beaux-arts et travaille au Portugal chez un éditeur avant de s’installer à Paris - comme Leo quelques années plus tôt - avec une seule idée en tête : réussir dans la bande dessinée. De sa rencontre avec Jean-Charles Kraehn naîtra la série Myrkos publiée par Dargaud.

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.