LE LIVRE QUI FAIT DEJA SCANDALE AVANT SA PARUTION (3) / “DSK FAIT PEUR A SARKOZY, LA FIEVRE MONTE A L’ELYSEE…” DIXIT L’EXPRESS


strauss-kahn-pr-emp-et-il-ogre-3

C’est le livre du mois. « DSK, les Secrets d’un présidentiable » sort chez Plon ces jours-ci, et il est déjà l’objet de bien des supputations.

« Cette affaire sort au moment où DSK laisse entrevoir ses ambitions pour les prochaines élections présidentielles en France, où il apparaît comme très dangereux pour Sarkozy ou son successeur à la tête de la droite française. Les grandes manœuvres semblent avoir commencé en France ! » écrivions-nous il y a quelques jours …

 

C’est aussi l’avis de la presse parisienne  :

« Sarkozy et ses proches répètent que DSK ne se présentera pas en 2012. Sur Le Post, une proche du patron du FMI décrypte cette stratégie de com’.

L’élection présidentielle de 2012 n’aura lieu que dans deux ans mais que ce soit à l’Elysée ou au PS, on ne parle que de ça… De quoi? De l’éventuel retour de Dominique Strauss-Kahn, qui reste le candidat favori des Français pour représenter le PS à la prochaine présidentielle, selon un sondage BVA pour Le Nouvel Obs à paraître jeudi.

Depuis plusieurs semaines, le patron du FMI manie sa communication “de campagne” avec subtilité. D’un côté, il laisse planer le doute sur ses véritables intentions, en ne répondant pas aux appels de ses partisans qui le pressent de se déclarer. Et d’un autre côté, il fait tout pour rester dans le jeu, en envoyant régulièrement des clins d’oeil aux Français. Si ce n’est pas lui qui s’en charge directement -comme lorsqu’il confie au Point qu’il se “sent mieux préparé aujourd’hui qu’en 2007″- il laisse ses proches s’en charger. Exemple: des proches de DSK ont raconté à Libération la manière dont s’est déroulé un récent dîner avec sa garde rapprochée. Objectif: faire savoir que le patron du FMI a envie de se lancer et se prépare pour l’échéance de 2012.

Histoire de rassurer ceux qui en douteraient et de ne pas laisser le champ libre à ses rivaux, qui s’activent… Et en premier lieu à Martine Aubry. La première secrétaire du PS se positionnant de plus en plus comme la candidate naturelle du PS. Sans oublier Ségolène Royal, qui se prépare également pour 2012 sans le dire, et François Hollande qui multiplie les interventions médiatiques et les propositions sur de nombreux sujets, comme la fiscalité ou l’éducation.

 

1. Sarkozy: DSK “n’est pas capable d’endurer une campagne présidentielle”

Mais DSK, qui se retrouve en ce moment sous les feux de l’actualité avec la gestion de la crise grecque, n’est pas le seul à manier sa communication avec subtilité. Comme l’a déjà remarqué Le Post, depuis plusieurs semaines, Nicolas Sarkozy et les communiquants de l’Elysée font courir le bruit que le socialiste serait “trop loin” et “pas assez motivé” pour se lancer dans la bataille de 2012… Le Président s’imaginant déjà affronter Martine Aubry ou Ségolène Royal. Une petite musique notamment relayée par le conseiller présidentiel, Alain Minc, ou le chef de file des députés UMP, Jean-François Copé.

Rebelote ce mercredi! Dans un article intitulé “Sarkozy : 2012 en tête”, Le Figaro raconte que lundi dernier, le chef de l’Etat a une nouvelle fois “écarté l’hypothèse d’une candidature Strauss-Kahn” lors d’un déjeuner avec une dizaine de députés UMP, à l’Elysée. DSK “n’est pas capable d’endurer une campagne présidentielle (…) En face de moi, j’ai Martine (Aubry) et Eva (Joly)”, a lâché Nicolas Sarkozy, selon le quotidien.

Alors, un nouveau bruit de couloir distillé à la presse “pour barrer la route à DSK et favoriser une candidature Royal, voire Aubry, voire (le rêve absolu) les deux, Royal et Aubry”, comme le pense Bruno Roger-Petit? Ou alors la traduction d’une vraie peur à droite?

 

2. “C’est le symptôme que la fièvre monte à l’Elysée”

Contactée par Le Post, la députée socialiste Sandrine Mazetier, politiquement proche de DSK, penche plutôt pour la seconde interprétation. Elle estime que ces petites phrases du président de la République sur celui du FMI sont comme “un thermomètre”. “C’est le symptôme que la fièvre monte à l’Elysée. Cela montre que Dominique Strauss-Kahn fait peur à Nicolas Sarkozy”, décrypte-t-elle. Avant d’ironiser: “l’Elysée veut choisir le candidat le moins sérieux, c’est compréhensible…”

“DSK est le mieux placé pour gagner en 2012 et la droite le redoute”, a expliqué François Patriat, président PS de la région Bourgogne, ce mardi lors du Talk Orange-Le Figaro.

La preuve que la droite redoute DSK depuis longtemps: les auteurs du livre “Copé, l’homme pressé” (Archipel), paru en janvier, rapportent qu’en privé, le patron des députés UMP reconnaît que DSK est “le candidat le plus dangereux” pour la droite.

 

(Sources: Le Post, Libération.fr, Le Figaro, Le Monde.fr)

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.