4e UNIVERSITE D’ETE 2010 DE LA BANDE DESSINEE


université d’été 2010 : trans-média, cross-média, média global :

de l’album singulier aux écrans multiples

Angoulême, les 5, 6 et 7 juillet 2010

 La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image organise la 4ème édition de l’université d’été de la bande dessinée qui se déroulera du 5 au 7 juillet prochains, sur le thème : « trans-média, cross-média, média global : de l’album singulier aux écrans multiples »

Elle s’associe avec le Pôle Image Magelis pour s’interroger sur le rôle et la place des auteurs dans le contexte de la convergence des médias vers des œuvres globales.

Comment se conçoit aujourd’hui une œuvre appelée à être déclinée sur différents supports ?

Qu’annoncent ces mutations pour le livre ? Pour la lecture ?

De nouveaux métiers sont-ils en train de naître du trans-média ?

 

À partir d’études de cas, avec des auteurs et des professionnels de l’image, l’université d’été questionne sur les évolutions en cours et les champs ouverts par une forme d’écriture nouvelle.

 

Pour la 4ème édition de son Université d’été de la bande dessinée, la Cité a choisi de s’associer avec le Pôle Image Magelis pour s’interroger sur le rôle et la place des auteurs dans le contexte de la convergence des médias vers des œuvres globales. Comment se conçoit aujourd’hui une œuvre appelée à être déclinée sur différents supports ? Qu’annoncent ces mutations pour le livre ? Pour la lecture ? De nouveaux métiers sont-ils en train de naître du trans-média ? Voici quelques-unes des interrogations qui seront au cœur des rencontres, présentations, conférences et ateliers de cette Université d’été. Après la journée d’études du 24 novembre organisée à Paris par la Cité, ces trois journées angoumoisines explorent un univers à l’aube de profonds changements. Extension du champ de la création ou « simples » transformations économiques ? À partir d’études de cas, avec des auteurs et des professionnels de l’image, l’Université d’été interroge sur les évolutions en cours et les champs ouverts par une forme d’écriture nouvelle.

 

La mise en réseau des médias autorise désormais des interactions et la mise en commun de différentes disciplines au service d’un même propos ou d’une même démarche : il en va ainsi de l’adaptation de bandes dessinées au format numérique, pour le cinéma, pour le jeu vidéo, etc., ou de la conception multidimensionnelle dès l’origine de l’œuvre.

 

En quoi le transmédia, c’est-à-dire les nouveaux et multiples formats influent-ils sur les contenus culturels ? Comment les nouvelles formes de médiations (web streaming, e-pub, blogs, etc.) transforment-ils les rapports tout au long de la chaîne « conception, production, diffusion, réception » ?

 

Parallèlement, un grand nombre d’auteurs migrent désormais du livre à l’animation, du cinéma à la programmation informatique ce qui annonce, depuis quelques années une nouvelle génération d’auteurs pluridisciplinaires… à l’image de ces trois journées d’échanges.

 

Les débats porteront donc sur les potentialités créatives autant que sur les remises en cause du modèle économique traditionnel.

PROGRAMME :

 

lundi 5 juillet

 

12h30 déjeuner

 

13h45 présentation du programme de la 4ème Université d’été

 

14h00 introduction : adaptations et déclinaisons multi supports, vers le modèle « à 360° » ?

avec

Benoit Berthou, spécialiste de l’édition, chercheur au LABSIC, Université Paris 13) « mise en contexte du phénomène, mise en perspective et exposé des questionnements »

Thierry Smolderen, auteur, enseignant à l’EESI, théoricien : « la bande dessinée un art trans-média »

Eric Leguay consultant expert en médias et organisation de production : « de l’Opération Teddy Bear à Bludzee »

 

16h00 pause

 

16h30 étude de cas No. 1 : « Allez raconte »

On se penchera ici sur l’œuvre qui ne s’enferme pas dans un seul format et connaît plusieurs déclinaisons. Ce faisant, elle adapte sa narration et son esthétique au media qui la porte. Adaptation, mais aussi simultanéité des « sorties » (jeux vidéo, livre, animation, etc.) influencent les processus de création. Nous traiterons notamment les sujets suivants :

Jeu vidéo du dessin à la programmation, du scénario à l’animation

Entre 7ème et 9ème Art : bande dessinée, cinéma et animation.

Les stratégies de développement multi-supports.

Le point de vue des auteurs qui ont vu décliner leurs œuvres sur plusieurs supports.

avec

José Parrondo, dessinateur de la bande dessinée (sous réserve)

Jean-Christophe Roger, réalisateur du long métrage

Didier Brunner, Les Armateurs, producteur du long métrage

Frédérique et Sébastien Doumic, Ouat entertainment, producteur du jeu vidéo

Jean-Michel Spinner, 2 minutes, coproducteur de la série animée

 

18h30 pause

 

18h45 événement artistique : « Prise de tête »

Anthony Rageul : « pour une véritable bande dessinée interactive »

 

20h00 dîner d’ouverture

 

mardi 6 juillet

 

9h30 trans-média et mutations éditoriales

Il s’agit ici de prolonger une réflexion largement engagée depuis l’affirmation de l’écriture électronique. Médiation directe entre l’auteur et le public, prépublications en ligne, éditions numériques et hyperlivre sont autant de symptômes d’une transformation profonde de l’économie du livre à laquelle la bande dessinée est organiquement liée.

avec

Poipoi (alias Jérôme d’Aviau), auteur de bande dessinée venu du jeu vidéo et collaborateur de la collection Tchô (Glénat)

Laurent Tolleron, producteur de la série Vampyres

Louis Antoine Dujardin, responsable éditorial Dupuis qui y a supervisé l’édition de Vampyres

Claudia Zimmer, présidente d’Aquafadas et responsable d’Avé comics, éditeur de bande dessinée sur mobile

Benjamin Samuel Ewenczyk, fondateur de DIGIBIDI

 

11h00 pause

 

11h15 étude de cas No. 2 : les éditions Ankama

Quel modèle d’entreprise pour les projets artistiques intégrés ?

avec

Nicolas Devos, webdesigner, auteur de l’adaptation en bande dessinée de Dofus

David Calvo, chef de projet chez Ankama

 

12h30 déjeuner

 

14h00 l’audiovisuel à l’heure du trans-média

avec

Julien Borde, directeur de monLudo.fr

Michel Albuy, Canal +

Pierre Belaïche, Orange

 

15h45 formations au trans-média et évolutions des métiers

Présentation des formations et des cursus, enseignements et débouchés professionnels. Intégration du transmédia dans les projets audiovisuel et stratégies d’entreprises du secteur de TIC.

avec

Stéphane Natkin, directeur de l’Ecole nationale du jeu et des médias interactifs numériques (ENJMIN)

Marie-France Zumofen, directrice adjointe des Gobelins l’école de l’image

Inès de la Ville, directrice du Centre européen des produits de l’enfant (CEPE)

Un représentant de l’Ecole des métiers du cinéma d’animation (EMCA)

Un représentant de l’Ecole européenne supérieure de l’image (EESI)

 

16h30 pause et visite du musée de la bande dessinée

 

20h00 dîner

 

mercredi 7 juillet

 

9h30 transformations du livre : les nouveaux regards de la lecture

A travers l’écriture et la lecture numérique, c’est l’objet même du livre qui connaît une mutation presque physique. La transmutation de la lecture multisupport interroge les stratégies éditoriales. Adaptation, mais aussi conception des œuvres compatibles à des formats de lecture désormais multimédia (ex : Numérique, Hyperlivre)…Quel nouveau rapport à la lecture, dès lors que celle-ci s’appuiera sur des objets multimédia, intégrant animations et sons.

avec

Christian Lérolle et Emmanuel de Rengervé, SNAC - Groupement des auteurs de bande dessinée (GABD)

Emmanuelle Lavoix, Centre du Livre et de la Lecture en Poitou-Charentes

Olivier Piffault, conservateur à la Bibliothèque nationale de France (BNF)

Yannick Lejeune, fondateur du Festiblog et responsable du département numérique chez Delcourt

 

11h30 les potentialités du format .ePub,

Format de lecture web intégrée : étude de cas avec Cent pour cent, catalogue d’exposition de bande dessinée, par IGS

 

12h00 conclusions

 

programme contact :

Jean-Philippe Martin

Virginie Berger +33 5 45 38 65 40

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.