REVUE DE PRESSE | ISRAËL | 9 JUIN 2009


AMBASSADE DE FRANCE

Les Titres

Ha’aretz (Le pays)

Eli Yishaï allouera plusieurs dizaines de millions de shékels au développement de colonies The Jerusalem Post

Un officiel israélien : Le Liban tout entier aura des comptes à rendre si le Hezbollah prend le pouvoir

Ma’ariv (Le soir)

Le Hezbollah : Nous avons perdu

Yediot aharonot (Les dernières nouvelles )

Netanyahu acceptera deux États

Netanyahu devrait changer de direction | Shimon Schiffer | Yediot Aharonot

Le Premier ministre israélien, Biynamin Netanyahu, est en train de devenir « mûr » pour un tournant dans ses déclarations publiques concernant la solution au conflit avec les Palestiniens et se rapproche de la formule de deux États pour deux peuples.

Hier, en ouverture du conseil des ministres, le Premier ministre a déclaré qu’il prononcera dimanche prochain « un discours politique central dans lequel [il présentera] aux Israéliens les principes qui permettront d’obtenir paix et sécurité ». Dans ce discours, qui sera prononcé au centre Begin-Sadate de l’université Bar-Ilan, Netanyahu devrait affirmer que son gouvernement adopte la solution considérée comme évidente : un accord permanent basé sur deux États.

C’est du moins ce qu’estiment de hauts responsables politiques et surtout des responsables des cabinets du président Pérès et du ministre de la Défense, Ehud Barak, qui sont ces jours-ci en contact permanent avec Binyamin Netanyahu.

Dans l’entourage du président Pérès on parle d’une relation étroite entre le président et le Premier ministre : « Ils élaborent un plan conjoint afin de relancer les pourparlers avec les Palestiniens dans le contexte d’accords régionaux et de normalisation des relations avec les pays arabes ».

Ehud Barak, de retour de Washington, estime lui aussi que Netanyahu peut dissiper les tensions avec l’administration Obama s’il adopte publiquement « la Feuille de route comme plan qui mènera les deux camps à des pourparlers sur un accord permanent et la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël ».

Le Premier ministre a déclaré hier que dans les prochains jours il rencontrera « les dirigeants de la coalition et d’autres personnalités ». Parallèlement, Netanyahu poursuivra ses contacts avec les membres de la coalition afin de renforcer la stabilité de son gouvernement. Des responsables politiques ont affirmé qu’il ne seraient pas surpris de voir dans les prochains jours des informations concernant une reprise des contacts entre de hauts responsables du Likoud et leurs collègues du parti Kadima.

Les conseillers du Premier ministre espèrent qu’après ce discours, la pression passera dans le camp palestinien.

La réponse de Netanyahu | Mérav David, Arik Bender, Efrat Zémer & Tal Schneider | Ma’ariv

Dans l’entourage du Premier ministre on promet que dans son discours le Premier ministre tiendra « des propos clairs ». Il compte présenter un programme et sa politique pour faire avancer le processus de paix. Des membres de la coalition ont toutefois affirmé avoir reçu du Premier ministre des « messages rassurants » selon lesquels seule la rhétorique changera. « Netanyahu prendra un tournant à gauche uniquement en paroles mais pas dans les actes », a déclaré un haut responsable politique.

« Je lis des propos que l’on m’attribue mais que je n’ai pas dits. Nous souhaitons parvenir à la paix avec les Palestiniens et le monde arabe, en accord avec les États-Unis. J’ai l’intention d’offrir paix et sécurité aux citoyens d’Israël », a déclaré hier Binyamin Netanyahu en ouverture du conseil des ministres.

Le discours à l’université Bar-Ilan a été organisé précipitamment ce week-end par le cabinet du Premier ministre qui, ayant compris que celui-ci devait réagir au discours du Caire du président Obama, ont cherché un lieu adéquat. A ce stade, on ne sait pas encore ce que dira Netanyahu dans son discours sinon qu’il réagira aux positions fermes exprimées dernièrement par l’administration Obama.

« Netanyahu déshonore la Knesset », ont déclaré hier des députés qui ont réclamé du Premier ministre de présenter son programme politique à la tribune du parlement et non à l’université Bar-Ilan.

Barak fait pression sur Netanyahu afin qu’il reconnaisse la solution de deux États dans son discours | Barak Ravid | Ha’aretz

Le texte du discours n’a pas encore été élaboré et au cours de la semaine qui vient le Premier ministre devait tenir des consultations intensives avec ses conseillers, les autres ministères et d’autres personnalités politiques.

Le ministre israélien de la Défense, l’ex-Ra’Mat’Kal (chef d’état-major), Ehud Barak, presse Binyamin Netanyahu d’exprimer dans son discours des positions plus conciliantes concernant le principe de deux États pour deux peuples et de s’engager à respecter les principes de la Feuille de route.

L’émissaire américain au Proche-Orient, George Mitchell, et son équipe devraient arriver ce soir en Israël pour entamer des pourparlers concernant la construction dans les colonies. Mitchell rencontrera demain le Premier ministre israélien, Biynamin Netanyahu, le ministre israélien de la Défense, l’ex-Ra’Mat’Kal (chef d’état-major), Ehud Barak, et le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman. Au-delà de la question des colonies, l’émissaire américain devrait réclamer à nouveau une plus grande ouverture des points de passage avec la Bande de Gaza.

Mercredi c’est le haut représentant pour la politique extérieure de l’Union européenne, Javier Solana, qui se rendra en Israël et dans les territoires palestiniens.

des dizaines de millions de shekels pour les colonies | Mazal Moualem | Ha’aretz

Le ministre de l’Intérieur et président du parti Shas, Eli Yishaï, cherche à utiliser les ressources de son ministère pour permettre l’extension des colonies.

Le Ha’aretz a appris qu’Eli Yishaï a d’ores et déjà ordonné aux fonctionnaires de son ministère de contribuer par plusieurs moyens aux colonies afin de mettre en place une sorte de « voie de contournement » qui permettra la poursuite de la construction dans les grands blocs de colonies qui est à l’heure actuelle gelée, suite aux pressions américaines.

Parmi ces démarches, l’ajout de nouvelles zones au territoire municipal de colonies situées dans les grands blocs, procédure qui fait partie des attributions du ministre de l’Intérieur. Autre mesure de soutien, l’octroi de fonds issus de la « réserve du ministre de l’Intérieur », un budget de plusieurs dizaines de millions de shekel que le ministre peut distribuer selon son bon vouloir.

Eli Yishaï compte aussi modifier la loi d’aide aux communes périphériques qui offre des avantages à des communes éloignées au détriment des colonies de Cisjordanie.

Les services de sécurité examinent la possibilité d’alléger le blocus de Gaza | Amos Harel & Ofri Ilani | Ha’aretz

Cette semaine, les services de sécurité israéliens devrait réexaminer la politique de blocus de la bande de Gaza, à cause notamment des critiques qu’a exprimées à ce propos le président américain, Barack H. Obama, dans son discours du Caire, jeudi dernier. En effet, cela fait plusieurs mois que l’administration d’Obama émet des réserves concernant le blocus économique de la bande de Gaza, et Obama l’a explicitement évoqué dans son discours.

Ces deux dernières semaines, le Département de Coordination des activités israéliennes dans les territoires étudie la possibilité d’assouplir le blocus. Des officiers supérieurs devraient faire part cette semaine de leur position à ce sujet au ministre israélien de la Défense, l’ex-Ra’Mat’Kal (chef d’état-major), Ehud Barak,. Par la suite, les responsables politiques devront trancher.

En moyenne, une centaine de camions chargés de matériel médical entrent chaque jour dans la Bande de Gaza. A l’époque de la tahadiya (la trêve) du deuxième semestre 2008, 130 camions ou plus passaient chaque jour. Selon la politique fixée par le gouvernement, peuvent être livrés entre autres à la Bande de Gaza des équipements médicaux, des médicaments et des denrées alimentaires de base, surtout de la viande, des produits laitiers, des fruits et des légumes. Israël ne permet pas le transit de marchandises dites « à double usage », à savoir des marchandises qui pourraient, selon Israël, servir les organisations terroristes dans leurs activités. Il s’agit notamment des matériaux de construction dont l’entrée dans la bande de Gaza est interdite depuis une longue période.

Nouveau plan US contre le Hamas : former une brigade palestinienne dans les territoires | Amir Bouhbout | Ma-ariv

Le plan du général américain Keith Dayton pour combattre le Hamas et faire régner l’ordre dans les territoires palestiniens consiste dans le renforcement de la gendarmerie palestinienne, qui passera des trois bataillons existants à dix bataillons. Le général Dayton est responsable depuis deux ans de la formation de la gendarmerie palestinienne qui s’effectue sur le sol jordanien. Il a formé jusqu’ici trois bataillons de policiers qui se sont déployés sur le terrain et œuvrent à assurer l’ordre, à la satisfaction des responsables militaires israéliens. Les forces de sécurité israéliennes estiment que la mise ne œuvre du Plan Dayton se fera sur deux ans.

Régional

Défaite pour le Hezbollah | Jacky Hougui | Maariv

Hier, quelques heures après la fermeture des bureaux de votes libanais, on pouvait semble-il se sentir soulagé : les premiers résultats indiquent que la coalition pro-occidentale dirigée par Saad Hariri et de son Parti de l’Avenir auraient battu le Hezbollah et le front pro-syrien qu’il dirigeait. Un tel résultat signifierait une victoire historique tant pour les forces démocratiques modérées que pour la l’administration de Barack Obama, qui, depuis plusieurs semaines, avait suivi de près la campagne électorale libanaise.

En Israël, les services de sécurité suivaient hier avec inquiétude ce qui se passait au Liban, craignant une provocation de la part du Hezbollah. « Du point de vue israélien, les élections libanaises ne sont pas significatives », a déclaré hier un responsable militaire, « mis à part pour ce qui est de notre vigilance le long de la frontière, qui existe de toute façon ».

Toujours dans la clandestinité | Jacky Hougui | Maariv

Quels que soient les résultats de ces élections, on peut supposer que Hassan Nasrallâh proclamera bientôt sa victoire. Cela fait partie de sa vision du monde : même si tu as perdu, fais comme si tu as gagné. En juillet 2006 cela avait très bien fonctionné. Aujourd’hui, chaque enfant arabe sait bien qu’Israël a perdu la guerre. Si le bloc chiite-chrétien mené par le Hezbollah est battu, il trouvera les moyens d’intégrer la coalition. Ainsi, trois ans après avoir passé un mois entier dans le bunker, frôlant la mort sous les bombardements israéliens de Beyrouth, Hassan Nasrallah serait plus proche que jamais de la réhabilitation publique à laquelle il a toujours aspiré. Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallâh,, le plus petit pays du Proche-Orient, pourrait devenir désormais un partenaire légitime d’un gouvernement démocratiquement élu.

France-Israël

Jérusalem | L’exploitant du tramway se retire | Avi Bar-Eli | The Marker

(supplément économique du Ha’aretz)

Coup dur pour le projet du tramway de Jérusalem : le groupe français Veolia, qui devait assurer l’exploitation du tramway après sa mise en service, a décidé de quitter le projet et de vendre ses parts du concessionnaire Citypass. Au-delà des difficultés que connaît le projet, Veolia a aussi dû faire face à des pressions politiques. Il y a deux mois, un tribunal français a décidé d’examiner la demande d’une organisation pro-palestinienne qui réclamait l’arrêt du projet. Cette organisation basait sa requête sur une texte de loi français qui permet à un tribunal d’annuler les contrats conclus par des entreprises françaises si ceux-ci impliquent une violation du droit international. Les pressions se sont accentuées dernièrement et, selon des informations parues dans la presse, Veolia aurait perdu des projets importants en Europe, à cause de sa participation au tramway de Jérusalem. Selon des sources dans le domaine des transports, ces pressions sont la principale raison du retrait annoncé de Veolia.

Les commentaires sont fermés.

Your server is running PHP version 4.4.9 but WordPress 4.0 requires at least 5.2.4.